Qu’est-ce que le bépo ?

De Disposition de clavier francophone et ergonomique bépo

Le bépo est une disposition de symboles et de caractères conçue pour les claviers d’ordinateur afin de faciliter la saisie du français, des éléments typographiques, sans oublier les symboles de programmation. Elle donne accès à de nombreux caractères d’autres langues.

La démarche du projet est fondée sur la méthode établie par August Dvorak, qui a conçu une disposition éponyme pour les Américains. Cette méthode respecte plusieurs principes, notamment de placer les lettres les plus utilisées sur les touches les plus accessibles, divisant par deux les déplacements des doigts sur le clavier par rapport à la disposition azerty.

Dans le cadre d’une frappe à dix doigts et à l’aveugle, cela permet un confort accru — y compris dans les bras et les épaules —, un apprentissage facilité et un gain en vitesse. Enfin, compte tenu de la diminution des contraintes, il y a de bonnes chances que cela aide à prévenir les troubles musculosquelettiques, comme le syndrome du canal carpien ou les tendinites. Le bépo participe à la bonne ergonomie du poste de travail.

L’objectif du projet est d’inclure la disposition bépo dans les systèmes d’exploitation et, si possible, de la faire avaliser par un organisme officiel. Niveau matériel, plusieurs entreprises produisent des planches autocollants bépo et TypeMatrix des claviers compacts et des peaux en silicone marqués avec la carte simplifiée.

Clavier TypeMatrix 2030 USB.
Autocollants Beaujoie bépo, noir sur blanc

Défauts de la disposition azerty

Barres enchevêtrées d’une machine mécanique

La disposition des claviers azerty est dérivée de la disposition américaine, le qwerty, avec pour principales différences le passage des chiffres en position majuscule, l’ajout de lettres accentuées (é, è, à et ç), l’inversion de A/Q et de Z/W, et le déplacement de M. Les autres pays francophones (Canada, Belgique, Suisse) utilisent des versions différentes plus ou moins proches de l’azerty ou du qwerty.

La principale caractéristique du qwerty — et de ses dérivés — est d’éviter le chevauchement des barres sur les machines à écrire mécaniques, et pas du tout de faciliter la frappe. Cette contrainte mécanique n’existant plus sur nos claviers, nous pouvons réorganiser les touches de façon logique et efficace. Pour les détails historiques, lire cette bande dessinée (en anglais).

Les défauts de l’azerty :

  • les caractères les plus fréquents ne sont pas les plus facilement accessibles ;
  • à l’inverse, des caractères rares sont très accessibles ; citons pour exemple : « Z », « ; » ou « K » ;
  • les lettres accentuées sont difficilement accessibles, placées sur la rangée des chiffres ;
  • des caractères usuels du français ont été oubliés : œ, « , », les majuscules accentués, l’espace insécable ;
  • il y a un gros déséquilibre entre les deux mains (58 % de frappes pour la main gauche alors qu’il y a plus de caractères sous la main droite) ;
  • aucune optimisation propre à la langue française n’a été faite.

L’efficacité de l’azerty est proche de celle d’une répartition aléatoire ! Et le hasard n’a pas bien fait les choses. Ainsi, sans qu’on puisse affirmer que c’est une disposition dangereuse et responsable de pathologies, elle est génératrice d’inconfort, rend la frappe compliquée et ne permet pas d’écrire dans un français correct.

Avantages de la disposition bépo

Caractères disponibles

Caractères…

Sans qu’aucune concession ait été faite pour l’usage du français et des langages de programmation, le bépo permet d’accéder directement à de nombreux symboles et caractères accentués des langues étrangères. En particulier toutes les langues officielles de l’Union Européenne basées sur l’alphabet latin sont disponibles, mais aussi de nombreuses touches mortes comme les lettres grecques, tous les symboles monétaires, les chiffres en indice et en exposant, ou encore les caractères typographiques des autres langues tels « ¿ », « ¡ » ou « „ ».

Ergonomie

Les remarques ergonomiques concernant le bépo s’entendent dans le cadre d’une frappe à l’aveugle à dix doigts. C’est un investissement préalable préférable et bien moins compliqué qu’il n’y paraît. Pour une efficacité optimum, une bonne ergonomie du poste de travail est également indispensable. Nous ne prétendons pas fournir une disposition à l’ergonomie parfaite. Pour ce faire, il faudrait remiser les claviers décalés, tout comme la plupart des claviers dits « ergonomiques » et concevoir un nouveau clavier matériel. La disposition est conçue pour les claviers les plus répandus aujourd’hui : les claviers azerty 105 touches. Cela dit, le bépo est compatible avec les claviers ayant une autre disposition, avec les claviers ergonomiques, même ceux sans touche Windows ou sans 105e touche.

Voici une vidéo de comparaison de la frappe d’un même texte en azerty et en bépo :

« Fluidité »
Statistiques de fréquence d’utilisation des rangées et des mains en azerty et en bépo.

La disposition bépo permet de :

  • « sortir » le moins possible les doigts de la ligne de repos. En bépo, les deux tiers de la frappe se font sur la ligne de repos contre un peu plus de 20 % en azerty ;
  • répartir équitablement le nombre de frappes entre main gauche et main droite ;
  • réduire la distance totale parcourue par les doigts de moitié par rapport à l’azerty ;
  • réduire le nombre de digrammes à une main (¡ chiffres !) ;
  • ne jamais avoir recours à la rangée du haut du clavier (chiffres et symboles) pour un texte en français ;
  • utiliser tous les types de claviers sans perte d’efficacité ;
  • simplifier la frappe des digrammes comprenant des caractères de la rangée inférieure du clavier, sous la main gauche (zone peu accessible sur les claviers décalés).

Il en résulte un grand confort d’utilisation, moins de fatigue et une sensation de facilité.

Vitesse et endurance

La vitesse n’est pas un but en soi, le confort et l’endurance sont bien plus importants : une frappe à 70 mots par minute (vitesse assez vite atteinte en bépo) est au-dessus de la moyenne et plus que confortable pour un usage quotidien.

Bien que nous ne disposions pas de chiffres, certains estiment qu’on tape plus vite et plus longtemps avec une disposition optimisée. Parce que les doigts bougent beaucoup moins, que la distance parcourue est d’autant plus réduite que les caractères sont fréquents, et que l’alternance des mains est bien plus importante, il est raisonnable d’imaginer qu’à effort équivalent, la vitesse est plus élevée. De même, les contraintes sur les doigts (muscles et articulations) étant diminuées, il est vraisemblable que le gain en confort et la facilité « mécanique » à enchaîner les mouvements permettent de taper plus longtemps à une vitesse plus soutenue.

Il est d’ailleurs remarquable que le record de vitesse dactylographique ait été établi à plus de 200 mots par minute sur une disposition dvorak américaine.

Vidéo de Robipo à 126 mots par minutes sur un clavier TrulyErgonomic en bépo :

Apprentissage

Plusieurs facteurs rendent l’apprentissage du bépo facile :

  • accès immédiat à tous les caractères courants ;
  • optimisation des digrammes courants ;
  • logique de placement des caractères et symboles permettant de les trouver sans difficulté, même s’ils sont peu utilisés.

Ces éléments permettent d’apprendre rapidement le clavier par cœur et d’acquérir très vite les réflexes pour taper les digrammes et trigrammes courants.

Multi-plateformes et transportable

La disposition bépo est disponible sur :

Installation sur système Android Installation sur GNU/Linux Installation sur Mac OS X Installation sur *BSD Installation sur OpenIndiana Installation sur Microsoft Windows
Android GNU/Linux Mac OS X (Free/Net/Open) BSD OpenIndiana Windows

Les pilotes fournis permettent une installation :

  • pour tout le système (nécessitent les droits d’administrateurs de la machine) ;
  • pour un seul utilisateur (ne nécessite aucun droit particulier) : on peut transporter tous les pilotes sur une clé USB afin d’utiliser le bépo partout.

Source ouverte & licence libre

La disposition bépo est disponible sous licence libre. Elle peut être modifiée sans contrainte. Concernant la distribution d’une version modifiée, voir les détails de la licence.

Les programmes pour générer la configuration sont aussi sous licence libre. Ils peuvent être utilisés pour retracer l’évolution du bépo, ou pour générer une nouvelle disposition adaptée à une autre langue (merci de nous le signaler).

Communauté

Grâce à une communauté active et une licence ouverte, le projet est pérenne, et vous bénéficiez :

Principes

DvZine.org — Historique du dvorak anglais en bd.

Comment le bépo a-t-il été créé ? Quelle est la logique utilisée dans le placement des touches ?

Règles de création et d’optimisation

  • symboles les plus courants placés sur la rangée du milieu ;
  • amélioration de l’accessibilité des digrammes les plus courants ;
  • alternance des mains ;
  • répartition du nombre de frappes équitable entre chaque main ;
  • pas de surcharge de travail pour les auriculaires, qui ont déjà la charge des touches « système » (Entrée, Maj., Ctrl, etc.).

Touche modificatrice

Pour pallier le manque de touches face à la multitude de caractères utiles, nous avons donné un rôle plus important à la touche modificatrice AltGr (située à droite de la barre d’espace). Cette touche présente des avantages :

  • elle existe sur tous les claviers ;
  • elle sollicite l’utilisation du pouce droit, un doigt fort, mobile et peu sollicité sur les dispositions actuelles (les claviers ergonomiques donnent déjà tous plus de travail aux pouces) ;
  • pas d’augmentation du nombre de frappes (contrairement à une touche morte qui nécessite deux frappes consécutives pour une lettre) ;
  • pas ou peu de perte de vitesse, car le bépo a été conçu de façon à associer AltGr (main droite) avec des touches sous la main gauche.

Logique de placement

La disposition a été créée de façon à simplifier le schéma corporel correspondant au clavier et à diminuer la charge mentale nécessaire à son utilisation.

  • les caractères d’une paire — (), {}, <>, «», [], “”, ‘’ — sont toujours côte à côte, du même côté du clavier (à gauche) ;
  • les opérateurs mathématiques sont regroupés ;
  • les accents morts sont accessibles par AltGr et placés sur une touche facile à trouver intuitivement. Ils ne sont jamais placés sur les combinaisons [Altgr]+[Maj.] sur la main droite, pour garantir qu’ils soient réellement utilisables ;
  • la frappe d’un français de qualité est facile, logique et indépendant des logiciels :
    • accès direct aux guillemets français : “«” et “»” ;
    • accès au tiret cadratin « — », à l’apostrophe typographique « ’ », aux points de suspension « … » ;
    • toutes les majuscules accentuées sont présentes et en position [Maj.] de leur minuscule, y compris Œ et Æ ;
    • accès facile à l’espace insécable ;
    • les ponctuations sont placées intuitivement sur les mêmes touches : le point « . » avec le double-point « : » et les points de suspension « … » ; la virgule « , » avec le point-virgule « ; » ;
    • les ponctuations qui nécessitent l’espace insécable sont sur le même modificateur qu’elle : l’espace insécable, ansi que les « ; », « : », « ! » et « ? » sont accessibles avec la touche [Maj.] ;
  • tous les signes utiles à la programmation sont placés logiquement, sans nuire à la frappe du français. Aucun caractère ASCII ne nécessite l’usage de AltGr+Maj.