Association Ergodis

De Disposition de clavier francophone et ergonomique bépo

Logo de l’association Ergodis

L’association Ergodis a pour but de promouvoir et démocratiser la disposition bépo, les dispositifs de saisie et pointage ergonomiques, ainsi que l'ergonomie du poste de travail informatique en général.

Pourquoi une association ?

Essentiellement pour gagner en crédibilité. Une association a plus de poids aux yeux du grand public et elle est plus crédible pour s’adresser aux constructeurs, aux pouvoirs publics, tenir un stand quelque part ou organiser nous-mêmes un événement.

L’association permet également :

  • de mutualiser des finances (cotisations, dons…) auxquelles il est facile de trouver une utilité (noms de domaine, hébergement, prospectus, autocollants, étiquettes pour les touches…) ;
  • de compter les membres et chiffrer notre « force » ;
  • d’attribuer à l’association les copyrights nécessaires à la disposition, à sa documentation ou aux différents codes sources pour faciliter d’éventuels changements de licence ;
  • d’obtenir des financements : la disposition bépo fait la promotion de la francophonie et est potentiellement utile à tous les francophones ;
  • d’avoir des recours en justice ainsi qu’un droit de réponse en cas de diffamation ou d’utilisation complètement abusive de la disposition ;
  • d’établir un label d’ergonomie basé sur des critères précis et le proposer aux constructeurs ;
  • d’obtenir plus facilement une standardisation de la disposition.

Statuts

Les statuts d’une association ne sont pas définis dans la loi de 1901, leur rédaction est donc libre.

Vous pouvez consulter les statuts de l'association.

Sa création a été officialisé dans le journal officiel le 2 août 2014.

Personnes motivées

Liste des membres intéressés par la création d’une association


Collège

Constitution

En général, un groupe constitué des membres les plus motivés coordonne l'association. Chez Ergodis, ce groupe s’appelle le Collège et comporte neuf membres théoriques désignés de manière démocratique.

Une association doit au minimum déclarer deux personnes : un responsable légal et une autre personne. Le représentant légal est tiré au sort parmi les membres du Collège (hors secrétaire et trésorier, qui ont déjà une fonction). Pour les réunions, on tire au sort un animateur parmi les membres du Collège.

Ceci permet d’éviter la personnalisation à outrance : on ne désigne quelqu’un que lorsque cela est vraiment indispensable (obligation légale, ou besoin d’un coordinateur pour les réunions). Pour le reste, le Collège gère les choses collectivement. Tous les membres du Collège sont présidents et porte-paroles.

Pour éviter de faire peser toute la responsabilité sur une seule personne, on stipule par contrat (les statuts) qu’en cas de problème, tous les membres du Collège sont solidaires du représentant légal. Ils réagiront de manière collective face à un éventuel problème : l’union fait la force.

Il n’y a pas de président, est-ce normal ?

La loi exige la présence d’un représentant légal et non celle d’un président. D’autres associations, comme l’Autre Net par exemple, ont un Collège solidaire.

On précise noir sur blanc que personne n’est au-dessus des autres : tous les membres du Collège sont présidents (voir section au-dessus). Si le poste de président n’existe pas, personne ne peut en détourner l’usage.

Finances

Cotisations et dons. Les gens peuvent :

  • adhérer ;
  • faire un don sans adhérer (si la personne ne souhaite pas adhérer) ;
  • adhérer en versant une grosse cotisation.

Reconnaissance d’utilité publique

Pour être reconnue d’utilité publique, une association doit avoir des finances importantes… sans les subventions.