Utilisateur:Marcel/Version 2.0

De Disposition de clavier francophone et ergonomique bépo

L’objectif de cette page est de ranimer la discussion sur la version 2.0 en parallèle à celle sur la version 1.1, afin qu’avant la normalisation, la communauté puisse voter pour décider de l’ampleur des évolutions qui seront implémentées en vue de la normalisation du bépo, synchronisée avec celle de l’azerty. Cf. aussi la proposition de version 1.1 du même utilisateur.

Attention

Sur cette page, plusieurs cartes et tableaux et beaucoup de liens vers les archives de la Mailing List (ML) sont à venir, ainsi que l’ossature de la page de discussion.

Suite aux nombreuses modifications identifiées en cours de documentation, les drivers de test pour Windows sont en instance de redéveloppement. Les fichiers de configuration pour l’XKB et le fichier XML .keylayout pour Mac OS sont prévus au développement dès que ce prototype 1.10.0 sera au point.

Plutôt que comme un accomplissement, la normalisation du bépo peut être considérée comme un nouveau point de départ. Vu ainsi, le processus est le moment de la dernière chance. Étant donné que la promotion et la popularité du bépo passeront à la vitesse supérieure grâce à la norme, la mise au point d’une version 2 ne devrait pas être reportée. C’est un peu juste, et c’est dommage de ne pas avoir eu toutes ces idées deux ans plus tôt[1], mais ce n’est pas une raison d’exclure a priori que le bépo bénéficie d’une transformation poussée qui peaufine le concept dans un délicat dosage de confirmation et d’innovation. En interprétant des témoignages sur la ML (exemple), on peut affirmer qu’une partie des bépoètes s’attendent à des changements et sont prêts à adopter de nouvelles fonctionnalités, même si cela conduit à adapter le matériel[2].
Attention

Plusieurs pages préexistantes contiennent le plus gros des ressources
pour la version 2 :

  • Présentation générale et lignes directrices : v2:Projet ;
  • Boîte à idées : v2:Idées ;
  • La page d’accueil v2:Creation référence toutes les pages de la v2.

Dans la suite, il s’agit d’une proposition concrète testable à l’aide de fichiers inclus dans le pack à télécharger sur dispoclavier (pour Windows ; les fichiers pour Linux et Mac sont à venir).

➀ Sur le plan de l’ergonomie, les éléments nouveaux comprennent :

  1. La frappe en A et la touche tiret[3] ;
  2. L’exploitation de l’accessibilité des touches sous les médians et les annulaires sur la rangée supérieure ;
  3. L’accès avantageux aux chiffres par Alt droite (clavier bépoPro, qui devient la modificatrice Kana sous Windows, qu’on propose d’appeler « Pro » comme ‘Programmeur’) et sa bascule (KanaLock ou « VerrPro ») et aussi en pavé par une modificatrice sur la touche 105, appelée « Num » (claviers ISO uniquement) ;
  4. L’utilisation des bonnes places en clavier bépoPro sur la rangée de repos et voisines pour les caractères informatiques ;
  5. Le basculement de l’accès direct entre la diacritation (mode Langues) et les chiffres, les guillemets et tirets informatiques et le $ (mode Programmeur) ;
  6. L’accessibilité simultanée en direct des deux apostrophes (typographique et guillemet simple informatique), et un accès facile à la lettre apostrophe et l’okina ;
  7. Un meilleur accès au tiret sur tous les claviers grâce à la touche tiret introduite dans la foulée de la frappe en A ;
  8. Un meilleur accès au Ç sur les claviers ANSI, utilisés notamment au Canada.
La plus grande ergonomie de clavier bépoMaj gauche sur les claviers ANSI pourra bénéficier au bépo par la simple inversion de clavier bépoMaj gauche et de la nouvelle modificatrice clavier bépoNum, de sorte que clavier bépoMaj gauche serait sur la 105ᵉ touche ; mais pour la compatibilité avec les claviers ANSI, cette option devra être paramétrée localement par l’administrateur[4].

Sur cette carte, les touches sensibles à la bascule VerrPro sont repérables par un fond en dégradé qui commence par du rouge pastel sur le bord gauche. Il s’agit de toutes les touches des chiffres ainsi que de clavier bépoÉ, clavier bépoÈ, clavier bépoê et clavier bépoò. Quand la nouvelle bascule en haut à gauche, clavier bépoVerrPro, est active, le niveau 3 de ces touches est en accès direct, et le niveau 4 est en clavier bépoMaj, tandis que les niveaux 1 et 2 sont inaccessibles.
• « Pro » comme Programmeur est aussi le nouveau nom proposé pour la touche AltGr[5], appelée clavier bépoPro en attendant.
• Ce qui ressemble à des barres verticales mauves est en fait le surlignage de l’espace fine insécable qui accompagne les ponctuations doublées en clavier bépoMaj+clavier bépoPro. C’est expliqué plus en détail dans la section Gestion des espaces insécables.

Verr
Pro
` 1
«
# 2
»
' 3
À ÷
4
×
^ 5
Æ
6
á 7
Œ
8
Ç
9
Ù
0
å
= °
+ ±
@ %
B ŏ
ø
É %
_
P ȯ
&
O ǫ
³
È `
'
§ ^
ê "
V ș
õ
D
³
L £
ë
J IJ
ij
Z
ß
W Ə
ə
 ⏎ 
A «
(
U »
)
I _
|
E ^
; ;
, \
C ȩ
#
T
{
S
}
R ɍ
[
N
]
M º
ō
¤
ò $
Num
Y
<
X
>
: :
. /
! !
- *
K
~
? ?
·
Q ̣ш
G Ω
µ
H
ȟ
F ª
ſ
Ctrl
Sys
Alt
[Espace insécable] [Espace fine insécable]
[Espace] Compose
Pro
Sys
Menu
Ctrl


➁ Au niveau typographique, on compte l’apostrophe déjà citée, ainsi que :

  1. L’espace fine insécable (EFI) qui peut être utilisée facilement avec les ponctuations hautes sans modifier l’accès traditionnel à l’espace insécable classique (EIC), dont l’utilisation a pu être favorisée encore davantage à son tour ;
  2. Les minuscules en exposant qui servent dans les abréviations les plus courantes. Elles sont faciles d’accès, en particulier l’« ᵉ » cité en exemple par l’Afnor[6]. Pour des abréviations plus longues, une saisie fluide des minuscules en exposant est possible sur les claviers ISO au niveau clavier bépoMaj+clavier bépoNum, faute de quoi il reste la nouvelle touche morte exposant ;
  3. Un mini-pavé multilingue regroupant trois des lettres d’autres langues déjà présentes sur le bépo est implanté sur les touches clavier bépoJ, clavier bépoZ et clavier bépoW. Cela revient au maintien de l’accès direct au digramme ij, à l’eszett ß, et au schwa ə, bien que ces lettres soient aussi dans le groupe tertiaire (touche morte sur D et sur O). Le mini-pavé multilingue symbolise le soutien du bépo à l’allemand, au flamand[7], à l’azéri, ainsi que la prise en charge de l’alphabet phonétique international[8] ;
  4. Grâce aux modificatrices ajoutées sur les bascules, le grec lui aussi est en touches vives tant que l’on appuie sur clavier bépoVerrCap, l’arabe en écriture arabe pareillement avec clavier bépoVerrPro, le cyrillique l’est avec clavier bépoVerrPro+clavier bépoPro, et l’hébreu vocalisé en clavier bépoVerrCap+clavier bépoPro[9] ;
  5. L’émulation de pavé numérique permet la saisie fluide des chiffres avec séparateur de milliers français (espace fine insécable, EFI), virgule ou point au choix, et les symboles %, ‰, €, $ avec ou sans EFI. C’est là aussi que se trouvent les opérateurs mathématiques en accès facile, dont l’ordonnancement sur la rangée des chiffres a dû être sacrifié à l’optimisation pour le français (mais ils sont toujours sur la carte de base).

Proposition provisoire pour le bépo normalisable version 2.0 (Voir avec les info-bulles) :

Prop prov bépo.png

Légende : sur fond blanc, les caractères en accès direct ; sur jaune, en Majuscule ; sur bleu, en clavier bépoPro (touche clavier bépoAltGr, nommée clavier bépoPro) ; sur vert, en clavier bépoMaj+clavier bépoPro. Cette proposition a une nouvelle bascule, appelée « Verrouillage Pro » et marquée clavier bépoVerrPro, sur la touche historique des symboles clavier bépo$ # — ¶. Cette bascule agit uniquement sur les touches qui ont la trame oblique, en mettant les caractères sur fond bleu ou vert à la place de ceux sur fond blanc ou jaune. La bascule clavier bépoVerrPro met en accès direct les chiffres et autres caractères sur fond bleu ; sur ces touches, les caractères sur fond vert sont alors en clavier bépoMaj. Apparaît alors le caractère ou la séquence en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt (fond rouge pastel, majuscule invisible sur fond orange pastel)[10].

Info-bulles : elles apparaissent sur le tableau en ligne ici au survol du pointeur sur de nombreuses positions de touches.


Sommaire

Point de départ

Cette proposition de version 2.0 est concrétisée dans l’urgence juste avant la normalisation pour égaliser les performances du bépo avec celles de l’azerty proposé par le même proposant. L’urgence résulte de la synchronisation, mais aussi et surtout de l’unicité de la chance offerte actuellement aux claviers français. Seules les fonctionnalités acceptées dans le processus présent entreront dans la réalité du grand public.

Normaliser le bépo sous sa forme actuelle (Version_1.0rc2) avec quelques ajustements aurait l’avantage de ne pas nécessiter de négociations avec les constructeurs, ni d’autocollants sur les claviers bépo existants. Mais ce serait inefficient et dangereux dans tous les cas :

  • Le bépo manquerait la chance de compléter son éventail de fonctionnalités avant d’entrer dans la conscience d’un public beaucoup plus large ;
  • Le bépo reproduirait le phénomène – connu en France depuis le milieu des années 1980 – du maintien d’une rétrocompatibilité à 100 % au détriment de l’expérience d’un multiple d’utilisateurs ;
  • Si l’AFNOR accepte les nouvelles fonctionnalités pour l’azerty, le bépo resterait à la traîne ;
  • Si l’AFNOR refuse les nouvelles fonctionnalités par égard pour le bépo ou parce que la communauté du bépo les a refusées “elle aussi”, le nouvel azerty de France n’aura probablement pas le potentiel de devenir un grand succès, ni le peuple français l’envie de le porter à l’actif du gouvernement, bien au contraire. Et les Français ne verront peut-être aucune raison de ne pas faire basculer la situation politique et faire conduire l’Union Européenne à l’implosion.[11]


Éléments conservés

Beaucoup de propositions ont été faites pour optimiser l’ergonomie par des inversions ou des permutations circulaires de lettres et d’autres caractères, mais aucun consensus n’a pu se dégager en faveur de telle ou telle option sauf l’aménagement pour la frappe en A. Cette proposition de version 2.0 a donc beaucoup en commun avec la version stable actuelle et a pour but de s’inscrire dans la tradition du bépo afin de pouvoir être adoptée le cas échéant avec un minimum de changements dans les habitudes de base. Les innovations doivent toutes être motivées par un réel plus qu’elles apportent aux utilisateurs.

L’agencement de l’alphabet de base est conservé sauf pour l’clavier bépoX et l’clavier bépoY, décalés d’une touche vers la gauche pour s’adapter aux nécessités de la frappe en A. Sont pareillement conservés toutes les lettres diacritées en accès direct pour autant qu’elles soient exemptes de problèmes, c’est-à-dire l’clavier bépoÉ et l’clavier bépoÈ. Ainsi la rangée éponyme « clavier bépoBclavier bépoÉclavier bépoPclavier bépoO(clavier bépoÈ) » reste intacte et assure la continuité de l’identité visuelle du bépo dans ce qu’elle a de plus caractéristique.

Cette proposition maintient la présence d’une espace insécable au niveau Majuscule sur la barre, et elle renforce son utilisation avec les ponctuations françaises. Malgré les inconvénients, l’insécable en clavier bépoMaj+clavier bépoEspace est devenue d’emblée une fonctionnalité phare du bépo qui souligne le savoir-faire tant de ses concepteurs, que de ses utilisateurs à cause du tour de main qui évite les frappes accidentelles.

Dans le même souci d’éviter que l’expérience utilisateur se voie impactée par des ruptures évitables, on propose aussi de maintenir à leurs places actuelles sur la barre les deux espaces insécables, tant que les préférences des utilisateurs ne penchent pas clairement en faveur de l’inversion :

  • L’espace insécable classique (EIC) en clavier bépoMaj+clavier bépoEspace ;
  • L’espace fine insécable (EFI) en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoEspace.

Par contre, des facilités sont ajoutées pour utiliser l’EFI avec les ponctuations hautes en lieu et place de l’EIC. Elles consistent à disposer en clavier bépoMaj+clavier bépoPro – soit au même niveau où se trouve l’EFI sur la barre – des séquences tout-en-un par lesquelles la disposition de clavier ajoute l’EFI automatiquement, quel que soit l’environnement. Autant que possible, ces séquences ont été placées sur la touche de la ponctuation en question, ou sinon un niveau au-dessus d’autres symboles appariés (parenthèses, chevrons).

On propose de conserver aussi la prise en charge sur la carte de base, des lettres « ij », « ß » et « ə » en minuscule et majuscule (« IJ », « ẞ », « Ə ») afin de maintenir une continuité de l’expérience utilisateur pour les bilingues Flamands et germanophones, et puis pour afficher clairement le soutien du bépo aux langues étrangères. Les nécessités du réaménagement aidant, l’eszett « ß » s’installe sur clavier bépoZ tandis que le schwa « ə » se décale d’une touche. Le “mini-pavé multilingue” qui en résulte, renforce l’effet visuel de cette triple présence et apporte au bépo un élément supplémentaire de cohérence et de logique. Toutefois, suite à certaines insuffisances de Windows[12], les trois majuscules ne sont pas sensibles à la bascule clavier bépoVerrCap sous cet OS, mais devraient l’être sous Linux et Mac OS.

La plupart des caractères spéciaux sont eux aussi maintenus, soit sur leurs places traditionnelles comme les indicateurs ordinaux, les obèles, la perluète et la barre verticale, soit là où il restait des places, possiblement en gardant un minimum de logique ou autre mnémonique, comme pour les , , ×, ÷, , ¬.

Idées réalisées

De nombreuses fonctionnalités incluses dans cette proposition se retrouvent déjà sur la page de présentation du projet de version 2 et/ou dans la boîte à idées de la version 2 :

L’idée d’aménager le bépo pour la frappe en A a été discutée sur la ML et a trouvé un écho favorable. La présente proposition vise à la réaliser tout en évitant à l’À de se retrouver sur la touche 105. Les utilisateurs de claviers ANSI bénéficieraient ainsi eux aussi de la touche tiret au milieu, et le bépo conserverait son unicité.


Fonctionnalités ajoutées

Pour réaliser ces idées dans les meilleures conditions, il est nécessaire d’utiliser des ressources clavier moins courantes que la modificatrice traditionnelle Alternate Graphics. Par exemple, si les chiffres sont accessibles par Pro (clavier bépoPro), il faut pouvoir transférer vers une autre bascule le rôle qu’a la bascule Verrouillage Capitales pour les chiffres. Sous Windows (soit sur la plupart des ordinateurs), cela aboutit à ajouter une bascule sur le clavier. La bascule qui reste sous Windows agit sur le bit modificateur 0x08, qui vient après celui da la touche clavier bépoAlt et sert traditionnellement sur les claviers japonais, d’où son nom de Kana. L’agencement du clavier dans cet état se caractérise par l’accès direct aux chiffres et au $, au tiret bas, et aux guillemets informatiques simple et double, et par l’absence des diacrités français et des touches mortes en accès direct. Ce mode convient donc uniquement à la programmation (et à l’écriture de l’anglais en ASCII), ce pourquoi le nom proposé pour cette bascule est « Verrpro ».

Le remplacement d’AltGr par Kana n’est pas directement impliqué par l’ajout de clavier bépoVerrPro. Il est juste recommandé sous Windows. Sous Linux et Mac OS, le maintien d’clavier bépoAltGr sur Pro sera probablement possible. Mais la disposition globale devrait tenir compte de cette contrainte de Windows, où il est plus rationnel de placer sur Pro la modificatrice qui correspond à clavier bépoVerrPro, car c’est la seule manière de l’utiliser si l’on veut garder les trois modificatrices restantes pour les autres usages. Le résultat est une gestion rigoureuse des niveaux, où les dispositions basculées par clavier bépoVerrPro ont un lien logique plausible. L’implémentation sous Linux et Mac OS consiste alors à émuler ce fonctionnement avec les moyens propres à l’OS.

L’agencement des chiffres en pavé nécessite à son tour une modificatrice (ou/et une bascule, mais l’accès instantané par modificatrice est préféré), placée impérativement à gauche à cause de la majorité de droitiers. Mais elle ne peut pas être sur Alt gauche (clavier bépoAlt), parce que sous Windows, le remappage de cette touche dans le driver de disposition est dysfonctionnel. La seule option normalisable est alors la conversion de la 105ᵉ touche en modificatrice, mais de préférence pas sous la forme d’un simple doublage d’Pro. L’utilité de cette symétrie concerne surtout les chiffres de la moitié droite, qui seront tous inclus sur la carte de la nouvelle modificatrice. D’autre part, pour être ergonomique, le pavé numérique émulé doit s’étendre sur davantage de touches que ce qui découle de sa morphologie par défaut. Il en résulte que la 105ᵉ touche devient idéalement une modificatrice d’émulation de pavé numérique, appelée « Num » (bien que sans rapport avec la bascule clavier bépoVerrNum), et utilisable au niveau clavier bépoMaj+clavier bépoNum aussi pour écrire en exposants, fonctionnalité utile en français et d’autant plus souhaitable sur un clavier ergonomique[13].

Deux autres extensions de fonctionnalités sont implémentables sous forme de touches mortes. Il s’agit d’une part des touches mortes exposant et indice, dont la première est nécessaire pour les abréviations françaises pour stabiliser leur signification faute de ponctuation[14] d’une paire symétrique de sélecteurs de groupe rémanents façon ISO/IEC 9995, et d’autre part d’une émulation COMPOSE intégrée à la disposition, et qui de ce fait participe de la prise en charge des caractères. Une manière rationnelle d’implémenter ces fonctionnalités consiste à utiliser trois positions de touches en clavier bépoPro :

  • L’accès à l’émulation COMPOSE intégrée à la disposition peut se faire par une ou plusieurs (séquences de) touches mortes, mais le plus simple et le plus efficace est une touche morte en clavier bépoPro. Or clavier bépoCompose est typiquement suivie d’un symbole informatique ou d’une séquence de lettres. Dans les deux cas, l’idéal est de garder les doigts 2–5 libres pour taper la séquence, et donc de pouvoir faire clavier bépoCompose à l’aide des deux pouces. Il s’ensuit que clavier bépoCompose est le mieux sur clavier bépoPro+clavier bépoEspace. En échange de sa bonne place, le tiret bas est transféré sur clavier bépoPro+clavier bépoÉ, à côté de la barre verticale et sur la lettre qui représente le son initial du nom du caractère qu’il remplace souvent. Sur cette touche, le tiret bas est en accès direct quand le clavier est en mode Programmeur ;
  • L’accès aux groupes ISO/IEC 9995 se fait par une touche morte, si l’on retient l’option du sélecteur de groupe rémanent[15] Mis à part les cas où le sélecteur de groupe est répété ou suivi d’un chiffre pour accéder aux groupes supérieurs, il est typiquement suivi d’une lettre. Pour assurer son ergonomie, il doit donc se dédoubler selon une symétrie gauche-droite. On peut estimer que selon son utilisation, il est moins important que clavier bépoCompose et les caractères informatiques. Par conséquent, il est proposé pour clavier bépoPro+clavier bépoO et clavier bépoPro+clavier bépoD. — Le principal avantage de la mise en place de groupes plutôt que d’une série de touches mortes thématiques est de fournir un nombre de cartes suffisant pour les différents domaines comme le latin étendu/supplémentaire/additionnel, les mathématiques, la musicologie sans ajouter plus de deux touches mortes. Un autre avantage est que cela pare aux accusations d’hétéroclitie dans les cas où tel groupe contient des symboles issus de plusieurs secteurs.

Une fonctionnalité supplémentaire consiste à fournir un accès en touches vives à plusieurs écritures européennes et/ou utilisées en France et/ou dans le cadre de la culture occidentale, à savoir l’arabe, le cyrillique, le grec et l’hébreu. Implémentée avec les ressources par défaut d’un driver de disposition au format Windows, et de toute manière, cette fonctionnalité ne permet pas d’écrire de textes dans ces écritures, parce qu’il faut appuyer de manière continue sur une ou deux modificatrices. (Une disposition de clavier dédiée offre aussi l’avantage que la langue utilisée est reconnue plus facilement par les applications.) Concrètement, chacune des deux bascules reçoit en plus une modificatrice supplémentaire. C’est pertinent parce que le nombre de déverrouillages de la bascule après utilisation ⋘ le nombre de caractères de l’autre écriture entrés par touches vives.


Support par les systèmes d’exploitation et portabilité

Vu l’état du marché de l’informatique, les ressources pour les dispositions de clavier, et les stratégies de développement des éditeurs d’OS, les normes de clavier doivent se caler sur Windows. Les autres schémas d’action se sont révélés inefficaces :

  • Apple a adopté l’XML pour configurer les claviers, et c’est aussi dans ce format que les dispositions de clavier sont déposées dans le Common Locale Data Repository (CLDR) d’Unicode. En dépit de tout cela, Windows et Linux continuent d’insupporter les dispositions de clavier en XML.
  • Le Comité technique commun de l’ISO et de l’IEC[16] a créé une norme de clavier internationale depuis le milieu des années 1980 à l’initiative de la France (Dʳ Yves NEUVILLE)[17], à laquelle l’AFNOR a mis la dernière main en 2015 (partie 11). Les développeurs de Linux se sont efforcés d’implémenter cette norme internationale, tandis que Microsoft a refusé jusqu’à sa propre participation aux réunions du groupe de travail – malgré l’invitation –, et a figé les API de dispositions de clavier, à ce qu’il paraît après avoir implémenté un sélecteur de groupe – probablement celui d’ISO/IEC 9995, cf. plus bas – de la manière la plus compliquée à programmer (avec le tout dernier bit drapeau, en sautant l’avant-dernier) et sans la moindre documentation dans kbd.h à part le nom (« KBDGRPSELTAP »). D’après ce qu’il a été possible de deviner et de tester, l’attribut dédié, lui, ne fonctionne pas (voir Le changement de modificatrice sur Pro).

Le bépo a déjà suivi le principe de s’aligner sur Windows, en bridant la disposition pour la faire tenir dans les ressources connues de Windows telles qu’elles sont représentées par le MSKLC, ou plutôt telles qu’elles apparaissent à travers l’interface utilisateur du logiciel de création de dispositions de clavier de Microsoft[18], la seule chose qui dépasse étant le tiret bas sur la barre d’espace.

Maintenant que l’on sait que Windows supporte l’enchaînement des touches mortes[19], le bépo est mis à jour en conséquence. Dans la foulée, on peut utiliser pareillement les autres ressources clavier dormantes de Windows.

La portabilité sous les autres OS ne pose a priori pas de problème puisque l’XML est déjà plus performant que les API Windows, et que sous Linux on peut sans doute ajouter tout ce que l’on veut. Cela permet de partir du principe qu’une fois les ressources de Windows pleinement mises en œuvre, les autres OS se feront un devoir de prévoir d’en faire au minimum autant, si vraiment il leur manque encore quelque chose.

C’est peut-être un peu naïf comme point de vue, mais probablement plus terre-à-terre que la normalisation idéaliste que représente ISO/IEC 9995. La chose à éviter en tout cas, c’est la conception de dispositions de clavier en vase clos sans garder à l’œil la faisabilité sous l’OS figé qu’est Windows en ce qui concerne les claviers[20].


Conformité au cahier des charges

Comme cette proposition prend en charge la totalité de l’écriture latine jusqu’à l’horizon 2017 et Unicode 10.0.0 (dont le répertoire, déjà pratiquement fixé, est en train de passer les étapes officielles en lien avec l’ISO/IEC[21]), ainsi que le grec monotonique et polytonique (entre autres), elle répond quasi automatiquement au cahier des charges tel qu’il figure dans la présentation utilisée lors de la réunion du 30 juin 2016 à l’Afnor[22].

Dans la suite, on essaie de faire le point sur quelques aspects précis.

Lettres en exposant

Pour les abréviations en français, en particulier les ordinaux, la DGLFLF et l’Afnor[23] préconisent une touche morte exposant, qui produit notamment les minuscules en exposant encodées dans Unicode.

La seule exception parmi les minuscules latines en exposant est sur la touche clavier bépoQ[24], parce qu’aucun usage autre que comme exposant n’a pu être prouvé dans le passé. Cela a changé dimanche 9 octobre 2016, quand Denis JACQUERYE a cité sur la ML d’Unicode plusieurs occurrences du q en exposant dans des travaux linguistiques[25]. Unicode s’abstient en effet d’encoder aussi des lettres préformatées autres que les lettres-symboles mathématiques, les lettres phonétiques, et les lettres provenant d’autres jeux de caractères préexistants. Cela a permis d’endiguer le flot de demandes et de tenir la masse des caractères dans des limites raisonnables (plus de 40 000 caractères déjà).

Pourquoi utiliser des lettres en exposant ? — Il y a des raisons précises pour l’emploi en français des exposants préformatés d’Unicode[26] plutôt que de la mise en forme exposant. Le français a besoin des exposants pour être pleinement intelligible, comme pour « nos », dont seul le contexte peut dire s’il s’agit du pronom ou de l’abréviation. Pour la cohérence et une présentation stable hors d’atteinte des aléas des traitements de texte[27], on utilise les exposants (et indices) préformatés d’Unicode. C’est seulement au moment de la mise en page, ou lorsque la saisie et la mise en page se font en même temps, que la mise en forme exposant est préférable en cas de polices incomplètes, et aussi avec les polices où les lettres en exposant n’ont pas des glyphes optimaux comme indicateurs d’abréviation[28]. Il reste que dans beaucoup de cas, les lettres encodées en tant qu’exposants sont plus performantes.

Se donner les moyens d’écrire en exposants, c’est améliorer la présentation voire la lisibilité des textes français sans formatage, en application du principe que toute langue doit pouvoir s’écrire en texte brut sans perte d’information linguistique.

Chiffres en exposant/indice

Voir plus bas dans la section traitant des chiffres : Chiffres en exposant et en indice

Prise en charge du clavier brésilien

Pour une utilisation par les bépoètes expatriés au Brésil, et par les Brésiliens vivant en France et souhaitant utiliser le bépo sur du matériel acquis au Brésil, les deux touches supplémentaires du clavier brésilien sont mappées, mais elles ne figurent pas sur les cartes :

  • Touche ABNT_C1, prise sur clavier bépoMaj droite :
    • La touche morte tilde est doublée en accès direct[29] ;
    • La touche morte accent aigu est doublée en clavier bépoPro pour une meilleure ergonomie ;
    • Le symbole du cruzeiro est en clavier bépoMaj et en clavier bépoNum ;
  • Touche ABNT_C2, prise sur le clavier bépo+ du pavé numérique :
    • La virgule en accès direct, parce que le point est déjà sur la touche standard du séparateur décimal ; par contre quand clavier bépoVerrCap est verrouillée, c’est l’inverse (cf. Les chiffres sur le pavé numérique).

Problème d’accessibilité des chiffres

Pour cerner quelques enjeux qui paraissent importants pour l’utilisation du clavier, on propose de se focaliser un instant sur l’accès aux chiffres, qui pose de multiples défis en termes d’ergonomie :

  • L’agencement en une rangée unique augmente le risque de fautes de frappe, tandis que le pavé numérique est inexistant, d’accès compliqué (clavier bépoFn+clavier bépoVerrNum) ou éloigné et dégradant ainsi l’ergonomie de la souris ;
  • Sur le pavé numérique, le manque de la virgule, des doubles et triples zéros, des chiffres hexadécimaux, des parenthèses et d’une touche clavier bépoRetour arrière sont déplorés et ont fait émerger différentes solutions ;
  • Des langues avec beaucoup de diacritiques ou de diacrités peuvent difficilement se passer de la rangée des chiffres, reléguant ces derniers en clavier bépoMaj ou en clavier bépoAltGr, avec tous les problèmes d’accessibilité à la clé :
    • clavier bépoVerrCap, qui peut servir à basculer les chiffres en accès direct, est souvent utilisée pour les majuscules et non pour les chiffres ;
    • Le niveau clavier bépoAltGr n’a pas de bascule logique clavier bépoVerrAltGr, et la bascule mécanique qui devait exister dans le temps[30], a disparu des claviers ;
    • Bien qu’ayant été initiée par la France, la norme de clavier internationale ISO/CEI 9995 ne prend pas en charge les langues qui ont besoin à la fois de la rangée des chiffres et de la bascule VerrCap, en ne prévoyant rien pouru activer le « clavier harmonisé » d’ISO/CEI 9995-2, ni en mettant ce dernier à jour pour qu’il permette de coder[31].

Sous le titre Les différents modes d’accès aux chiffres, on verra ce qu’il en est concrètement sur cette proposition.

Nous devons donc prendre nos responsabilités en main, car malgré toutes les idées reçues, aucun modèle de clavier fonctionnel n’existe officiellement pour les langues qui ne peuvent pas avoir les chiffres en accès direct par défaut, ni même pour l’anglais puisqu’il est impossible d’avoir sur 104 touches à la fois de quoi coder décemment, et de quoi écrire couramment et correctement en texte brut et wysiwyg et sans éditeur d’entrée, selon les standards de qualité exigibles depuis l’implémentation d’Unicode. La raison est qu’on a fait l’impasse sur la quatrième bascule, sur la touche au-dessus de clavier bépoTab, probablement parce que sans cette touche, l’agencement US-qwerty ne tient plus sur deux niveaux.

Aujourd’hui, l’objectif est d’avoir des dispositions de clavier complètes et distribuables avec les OS. Il est normal que cela oblige à étoffer le modèle de fonctionnement du clavier d’ordinateur en ayant recours aux ressources fournies avec les OS.


Modificatrices et bascules – les niveaux

Cette proposition de version 2.0 change la modificatrice sur Pro, place la bascule coordonnée sur la touche au-dessus de Tab, transforme en modificatrice la touche 105 à droite de Maj gauche, et superpose une modificatrice sur chacune des deux bascules. Sous Windows, elle donne accès aux niveaux AltGr par clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt, surtout pour pallier l’impossibilité, sous Windows, d’obtenir par touche morte plus d’une unité de code UTF-16. S’y ajoutent le niveau clavier bépoCtrl hérité (presque vide, mais pas tout à fait) et le niveau clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl (encore vide, mais utilisé sur certaines dispositions de clavier Windows). Il n’en faudrait pas moins pour réaliser au maximum le potentiel de cet outil de travail qu’est le clavier d’ordinateur.

Ce faisant, on évite d’inventer des choses que l’on ne sait pas implémenter et que Microsoft n’implémentera de toute manière jamais. Un exemple d’une telle chose est le sélecteur de groupe rémanent sur Maj + AltGr spécifié comme option dans ISO/IEC 9995 et de fait jamais implémenté parce que techniquement impossible sous le Windows actuel[32]. Un autre exemple sont les bascules linguistiques sous forme de combinaisons avec les touches de fonction pour basculer vers l’arabe, le cyrillique, le grec, l’hébreu, le géorgien et d’autres écritures, qui seraient difficiles à réaliser et ne seront jamais implémentées par Microsoft qui préconise le basculement entre différentes dispositions de clavier, avec à la clé l’avantage que la langue active est facilement reconnue par le système[33].

Cette proposition de version 2.0 prévoit simplement de quoi taper des noms dans toutes les langues de France et d’Europe, et elle y ajoute l’arabe et l’hébreu qui sont importants en France et/ou pour la civilisation française[34].


Le changement de modificatrice sur Pro

Le remplacement d’AltGr par Kana documenté sur ce site est proposé pour la version normalisable à ceci près que le kllf_altgr n’est pas supprimé, afin de pouvoir mapper AltGr sur un scancode inutilisé, activable au besoin par l’utilisateur à l’aide du convertisseur de signaux de touches inclus dans Windows[35] Ainsi l’utilisateur peut disposer d’une touche AltGr par exemple sur la touche Windows droite ou gauche.

Selon les derniers tests[36], le sélecteur de groupe d’ISO/IEC 9995, bien que connu avant le gel de Windows – sa publication date de 1994 – n’a pas été correctement implémenté par Microsoft, car l’attribut GRPSELTAP qui devrait permettre de spécifier pour chaque touche si les niveaux KBDGRPSELTAP et Shift + KBDGRPSELTAP sont soumis à la bascule VerrCap, ne fonctionne pas[37]. On peut se demander si les lettres « AP » dans GRPSELTAP ne signifieraient pas « aping »[38]… Tout cela sur fond d’absence totale du moindre commentaire à propos de GRPSELTAP dans la source kbd.h, par ailleurs plutôt loquace en ce qui concerne les modificatrices et les niveaux.

On va par conséquent rester sur le remplacement d’AltGr par Kana. Ce remplacement est indiqué à condition de ne pas placer de lettres bicamérales dans ces niveaux, puisque la bascule Verrouillage Capitales n’a pas de prise sur ces niveaux. La proposition présentée ici y garde toutefois l’« IJ ij », l’« ẞ ß » et le « Ə ə », qui ne sont pas utilisés en français et sont placés sur des touches vives surtout pour rassurer les lecteurs de la carte, car à l’usage on a le choix du fait que la touche morte accent grave (clavier bépoò) est en accès direct et permet d’obtenir deux de ces lettres quand elle est suivie de clavier bépoç pour « ß », ou de clavier bépoj pour « ij ». De plus, l’eszett « ẞ ß » est dans la touche morte tréma clavier bépoë, comme toutes les lettres diacritées de l’allemand (les umlauts Ää, Öö, Üü).

Ce remplacement d’AltGr par Kana est logique parce que les chiffres sont en clavier bépoPro (Pro), de sorte que la bascule qui les met en accès direct est simplement la bascule Kana, définie par son nom de touche virtuelle, ou keycode, qui est VK_KANA. Cette bascule est associée aux niveaux Kana, et son nom proposé est « VerrPro » (clavier bépoVerrPro). Son effet est paramétrable touche par touche, comme pour la bascule VerrCap. Sur les cartes en couleurs, les touches sensibles à clavier bépoVerrPro ont une trame oblique, indiquant que le niveau à fond bleu est en accès direct quand clavier bépoVerrPro est active, c’est-à-dire quand clavier bépoPro (clavier bépoPro) est verrouillée.

Le nom proposé pour cette modificatrice est « Pro » comme Programmeur (au lieu de « Kana ») pour la distinguer d’« AltGr », puisqu’au niveau fonctionnel ce n’est plus AltGr. Mais pour la rétrocompatibilité, on peut l’appeler d’un nom plus neutre et plus proche de l’étiquette de touche historique. À première vue, ce sera « Pro » comme « Pro ». C’est ce nom neutre et mnémonique qui est retenu pour rédiger cette page, en attendant le cas échéant de voir si « Pro » ou un autre nom entrent en usage.

Comme indiqué sur la page Remplacer AltGr par Kana, on évite ainsi le mélange entre raccourcis clavier et frappes de caractères sous Windows. La pertinence passée de l’implémentation d’AltGr choisie par Microsoft résulte de la volonté de conserver la pleine symétrie du clavier en ce qui concerne les touches Contrôle, Windows, et Alt – et accessoirement Ctrl + Alt pour AltGr – et du faible nombre de raccourcis clavier dans les applications. Ce fut seulement une fois les raccourcis en clavier bépoCtrl et clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl saturés, que la mise à contribution de clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt mit le désordre[39]. Ce problème est résolu dans Word, où l’équivalence n’est appliquée qu’en cas de non-interférence. LibreOffice et Windows au contraire désactivent l’un les raccourcis, l’autre les caractères quand il y a interférence. Mieux vaut donc résoudre le problème à la base.


La nouvelle bascule Programmeur

Avec les chiffres en clavier bépoPro, une bascule qui les met en accès direct devient indispensable pour une utilisation ergonomique. Sous Windows, c’est la bascule Kana, dont le placement proposé est sur E00, la touche au-dessus de Tab. En lui soumettant aussi les autres touches portant en accès direct par défaut des caractères non utilisés en programmation – clavier bépoÉ, clavier bépoÈ, clavier bépoê (la touche morte accent circonflexe) notamment – et en y plaçant en clavier bépoPro des caractères fréquents en programmation, on aboutit à un clavier multimodal avec un mode Programmeur. Le nom proposé pour cette bascule est donc bascule Pro ou VerrPro.

Le mode Programmeur offre en accès direct les lettres ASCII, les chiffres, ainsi que les deux tirets et les deux guillemets informatiques, mais aussi le symbole « $ » qui sert beaucoup en programmation et dans différents autres environnements (aussi les tableurs). Malheureusement, ce dernier symbole perd la moitié de son accessibilité, puisque sur le bépo 1.0 il est en accès direct permanent, alors que cette proposition réquisitionne sa touche pour y mettre la bascule Programmeur.

Par conséquent, il est légitime d’explorer d’autres solutions pour implémenter clavier bépoVerrPro, telles que clavier bépoCtrl+clavier bépoVerrCap. Cela n’est pas recommandé, pour deux raisons :

  1. La bascule clavier bépoVerrPro perdrait en ergonomie par la complication de son accès ;
  2. Si clavier bépoVerrPro n’est pas sur une touche dédiée, on perd aussi la modificatrice qui lui est adjointe sur la même touche. Dans cette proposition, il s’agit de la modificatrice clavier bépoArabe.

Il faut donc une touche pour clavier bépoVerrPro. Sur les claviers ANSI, il y aurait avantage à utiliser la touche la plus éloignée à droite. Mais par égard pour la modificatrice clavier bépoArabe qui cohabite avec clavier bépoVerrPro et qui doit être à gauche pour les droitiers, il faut considérer d’utiliser une touche à gauche. Le choix de clavier bépo$ est quasiment obligé.

Reste à déplorer que parmi les caractères qui actuellement occupent B00 ($, #, –, ¶), le $ est actuellement le plus mal relogé puisque sur la touche la plus à droite, là où les claviers US-qwerty ont le backslash. Ça n’a pas été le premier réflexe, il est passé par clavier bépoPro+clavier bépoB. Une autre solution serait de mettre le dollar sur clavier bépoPro+clavier bépoD. Il n’y serait pas en accès direct en mode Programmeur, et cela ferait perdre la symétrie du sélecteur de groupe, qui peut toutefois finir sur l’actuelle clavier bépoÇ à la place proposée du $. En tout cas, ce serait dommage que ces détails fassent abandonner l’idée d’introduire la nouvelle bascule clavier bépoVerrPro sur le bépo.

L’avantage de clavier bépoVerrPro par rapport à la bascule clavier bépoVerrCap et les chiffres en clavier bépoMaj est double :

  • Les chiffres ne sont plus associés aux capitales, car les deux peuvent être basculés indépendamment. Cela se retourne certes en inconvénient quand il s’agit de taper des sigles comportant des chiffres, et cela change aussi l’expérience utilisateur dans les tableurs, où l’on doit actionner les deux bascules à la fois pour avoir le même effet[40].
  • Il n’y a plus de caractères informatiques en accès direct masqués par les chiffres quand la bascule à effet sur les chiffres est active, puisqu’ils se trouvent ailleurs, avec un accès stable.

Le manque de praticité, pour une partie des utilisateurs, du découplage du basculement des chiffres et des lettres peut être pallié, notamment sous Windows, en utilisant la possibilité de définir librement les niveaux Base et Maj accessibles quand la bascule clavier bépoVerrCap est active[41]. À bascule active, les chiffres peuvent ainsi être en accès direct, et les majuscules diacritées, en clavier bépoMaj (ou alternativement par la touche morte clavier bépoaccent grave en accès direct). Mais sur le bépo – contrairement à l’azerty Windows par défaut – cela amènerait une trop forte rupture de l’expérience utilisateur, et c’est donc à éviter a priori. D’autant plus que la présence d’une variante « capitales et chiffres » à côté de la variante « toutes capitales » compromettrait l’unicité du bépo.

La bascule clavier bépoVerrPro a deux inconvénients : son emprise, et son manque de témoin.

  • Le principal inconvénient de la bascule VerrPro est l’absence de témoin lumineux. L’utilisateur en est réduit à faire un essai avec une touche soumise à cette bascule, par exemple une touche de 1 à 0 sur la rangée des chiffres. Au prix d’un entraînement, mais au risque de se préoccuper indûment du clavier, on pourrait acquérir une sorte de “drapeau mental”. On peut aussi prendre l’habitude d’actionner la bascule systématiquement à la fin (du nombre en mode Langues, du commentaire en mode Programmeur).
  • L’autre inconvénient est d’occuper une touche. On verra que clavier bépoVerrPro la partage avec une modificatrice. Ce sacrifice d’une touche – probablement celle entre clavier bépoTab et clavier bépoÉchap – sera aussi compensé par le rapprochement du $ (sauf sur les claviers ANSI où il est de nouveau carrément à l’autre bout du bloc alphanumérique), du #, et du tiret demi-cadratin (placé d’ailleurs au même niveau que l’espace insécable classique).

Il n’en reste pas moins que les avantages de mettre les chiffres en clavier bépoPro (Alt droite) et d’ajouter la bascule clavier bépoVerrPro font a priori pencher la balance largement en faveur de cette solution.


La nouvelle modificatrice Num

La disposition des chiffres en pavé fait partie des options officielles de la v2. La présente proposition maintient les chiffres sur leur rangée historique et ajoute une facilité en pavé sur les claviers ISO[42]. La 105ᵉ touche est convertie en une modificatrice qui sous Windows définit la valeur de celui d’entre les bits modificateurs qui vient juste après celui d’Pro. On parvient ainsi à avoir les chiffres en pavé entouré d’un certain nombre d’autres facilités, dans une émulation de pavé numérique élargi qui augmente grandement l’ergonomie de la disposition. Le nom proposé pour cette touche est « Num ».

clavier bépoNum ressemble en cela à la modificatrice clavier bépoMod4 gauche du Neo2[43]

Toutefois, il ne s’agit que d’une émulation, car les keycodes restent ceux du pavé alphanumérique. Le vrai pavé numérique intégré, avec les keycodes du pavé numérique, n’existe que sur la couche clavier bépoFonction des claviers qui en sont équipés.

Certains de ces modèles[44] ont la touche clavier bépo+ sur la rangée de repos, grâce à une permutation circulaire des quatre opérateurs. Cette ergonomisation de la carte standard du pavé numérique[45] est reprise dans cette proposition, où le haut de la colonne des opérateurs est aussi replié sur la rangée D et s’y prolonge par une touche clavier bépo^ qui la termine contre le haut de la touche clavier bépoEntrée.

Carte actuellement proposée pour le pavé numérique émulé étendu :
Note : La touche à droite de clavier bépoVerrPro porte le symbole approx. style anglais (≈), pendant que le symbole au style français (≃) est plus accessible sur clavier bépoNum+clavier bépoI.

╔════╗────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────╔══════════╗
║Verr║    │    │    │    │    │    │    │    │    │    │    │    ║          ║
║ Pro║ ≈  │ ″  │ ′  │ °  │ E  │ F  │ 7  │ 8  │ 9  │ 0  │ ‰  │ %  ║ ←‒‒‒‒    ║
╠════╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╥─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─╚══╦═══════╣
║ |←‒‒‒ ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    │    │    ║    |  ║
║ ‒‒‒→| ║ &#x│ ;  │ ±  │ √  │ C  ║ D  │ 4  │ 5  │ 6  │ −  │ *  │ ^  ║ ←‒‒┘  ║
╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╨╥───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗      ║
║ Verr   ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    │    │    ║      ║
║  Cap   ║ (  │ )  │ ≃  │ ᵉ  │ A  ║ B  │ 1  │ 2  │ 3  │ +  │ €  │ $  ║      ║
╠══════╦═╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴══╤═┴──┬─╨──╥─┴══╤═┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔═╧════╩══════╣
║  /\  ║    ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    ║       /\    ║
║  ||  ║ Num║ U+ │ ×  │ ÷  │ −  │ 000║ 00 │ 0  │ ,  │ .  │ /  ║       ||    ║
╠══════╩╦═══╩═╦══╧═══╦╧════╧════╧════╩════╧════╧╦═══╧══╦═╧═══╦╩═════╦═══════╣
║       ║     ║      ║                          ║      ║     ║      ║       ║
║ Ctrl  ║ Sys ║ Alt  ║ [espace fine insécable]  ║ Pro║ Sys ║ Menu ║ Ctrl  ║
╚═══════╩═════╩══════╩══════════════════════════╩══════╩═════╩══════╩═══════╝
 

Les fonctionnalités étendues comprennent :

  • Le double zéro et le triple zéro ;
  • Le dédoublement du zéro pour une meilleure accessibilité, en particulier lors de la saisie de nombres binaires ;
  • Les lettres A à F pour les nombres hexadécimaux ;
  • L’accès simultané au point et à la virgule, un peu comme sur les claviers brésiliens ;
  • Les opérateurs de base typographiques sur des touches mnémoniques (touches selon la frappe en A) ;
  • L’espace fine insécable séparateur de milliers sur la barre d’espace ;
  • Les symboles pour cent et pour mille, avant lesquels l’utilisateur peut très facilement saisir une espace fine insécable si le document l’exige (au contraire des cas comme les pourcentages en CSS où le symbole doit être accolé) ;
  • Les symboles monétaires et $ (le $ en particulier pour le Canada), avant (ou après) lesquels l’utilisateur peut très facilement saisir une espace fine insécable si le document l’exige ;
  • L’indicateur ordinal français le plus courant, qui se suffit à lui-même sauf dans « 1ᵉʳ » et « 1ʳᵉ », les indicateurs longs de type « -ème » étant dépréciés ;
  • Le symbole racine le plus courant (carrée ; la racine cubique « ∛ » est en clavier bépoCompose, pareillement la quatrième « ∜ ») ;
  • Deux symboles d’approximation : style français « ≃ » (U+2243 ASYMPTOTIQUEMENT ÉGAL À) et style anglosaxon « ≈ » (U+2248 PRESQUE ÉGAL À), avec la préférence ergonomique au symbole français, afin d’avoir une place pour le suivant :
  • Symbole plus ou moins « ± » pour une saisie rapide des tolérances à la suite des mesures, ou des fourchettes d’erreur à la suite des résultats ;
  • Prime et double prime typographiques, et le symbole degré ;
  • La séquence « U+ » pour la démocratisation d’Unicode ;
  • Une facilité pour saisir à la main des entités HTML hexadécimales, sur les touches clavier bépoB et clavier bépoP (comme « Point-virgule »).

Grâce au fait que le zéro, en plus de sa position liée à l’agencement des chiffres en pavé, est doublé sur clavier bépo0 (même touche que sur la carte de base), la modificatrice clavier bépoNum fonctionne pour les chiffres comme un doublage d’clavier bépoPro. Ainsi les utilisateurs qui rencontrent des difficultés pour saisir les chiffres en clavier bépoPro à droite, trouveront une symétrie partielle de la modificatrice clavier bépoPro. Toutefois, cette situation est censée rester minoritaire. Ce doublage de la touche clavier bépo0 au niveau du pavé numérique émulé permet surtout une saisie ergonomique des nombres binaires en programmation, avec l’index droit sur clavier bépo1, et l’annulaire droit sur clavier bépo0[46].

Par la force des choses, ce surplus d’ergonomie est malheureusement réservé aux claviers 105 touches (ISO). Sur les claviers 104 touches (ANSI), la saisie reste traditionnelle, donc sans ce surcroît de confort[47]. Par contre, on évite ainsi de réserver aux claviers ISO des facilités substantielles comme l’accès ergonomique au tiret d’une part, et l’accès direct aux deux apostrophes d’autre part. Ces éléments d’ergonomie ne seront ainsi pas liés au sort de la 105ᵉ touche, ils sont disponibles avec le bépo sur tous les claviers.


En plus du pavé numérique étendu, la modificatrice clavier bépoNum est la clé de quelques autres facilités :

  • Écriture en exposants : Toutes les minuscules en exposant disponibles dans Unicode, c’est-à-dire de a à z sauf le q[48], sont en touches vives sur la touche de leur lettre respective au niveau clavier bépoMaj+clavier bépoNum. Pour écrire « Mᵐᵉˢ », on peut ainsi taper clavier bépoMaj+clavier bépoM puis clavier bépoMaj+clavier bépoNum+clavier bépoM clavier bépoMaj+clavier bépoNum+clavier bépoE clavier bépoMaj+clavier bépoNum+clavier bépoS. Cela revient à bloquer l’auriculaire gauche sur clavier bépoMaj, à taper clavier bépoM, à bloquer en plus l’annulaire gauche sur clavier bépoNum avant de taper clavier bépoM encore une fois, clavier bépoE (de la main gauche, ce qui demande certes un petit tour de main), puis clavier bépoS. On voit l’avantage par rapport à la touche morte Exposant (clavier bépo) ;
  • Diacritiques combinants fréquents : Un certain nombre de langues ajoutent optionnellement des marques tonales sous forme de diacritiques combinants. Plusieurs d’entre elles utilisent des lettres qui soit n’existent pas avec les diacritiques sous forme précomposée, soit portent des diacritique multiples dans des combinaisons qui n’ont pas été encodées elles non plus. Au niveau clavier bépoMaj+clavier bépoNum on peut avoir l’accent aigu, l’accent grave, le circonflexe, l’hatchek et le tilde combinants en touches vives sur les touches ne portant pas de minuscules en exposant : clavier bépoMaj+clavier bépoNum+clavier bépoÉ donne l’accent aigu combinant, clavier bépoMaj+clavier bépoNum+clavier bépoÈ l’accent grave, et ainsi de suite.


Les modificatrices ajoutées sur les bascules

La structure des dispositions de clavier fait qu’une touche peut être à la fois une bascule et une modificatrice. Il en est ainsi sous Windows, et il en sera de même sous les autres OS[49] :

  • La qualité de modificatrice est donnée dans la liste d’allocation des bits modificateurs ; la modification est active tant que la touche est pressée. Cette liste d’allocation est citée ci-dessous (2ᵉ extrait) telle qu’elle figure dans la source du driver Windows de cette proposition de version 2.0.
  • La qualité de bascule est définie sur la base du keycode ; l’activation de la bascule a lieu lors du relâchement de la touche, et la désactivation au moment où la touche est de nouveau pressée. Les bascules connues sous Windows sont au nombre de cinq :
  1. Verrouillage Numérique clavier bépoVerrNum, « VK_NUMLOCK »: met le bloc numérique du pavé numérique dans un état où le niveau de base de la disposition de clavier (chiffres) est en accès direct, et les fonctionnalités par défaut en clavier bépoMaj ; ces dernières sont les fonctions d’édition, ou si celles-ci sont désactivées, les caractères du niveau de base. De ce fait, quand clavier bépoVerrNum est active, les niveaux avec clavier bépoMaj sont inaccessibles, autrement dit, clavier bépoMaj est ignorée sur le bloc numérique (mais non clavier bépoVerrCap). Elle est sans effet sur le bloc des opérateurs. Sur les claviers compacts, clavier bépoVerrNum est couplée à la bascule clavier bépoVerrFn/Num (verrouillage du niveau Fonction sur le pavé numérique) ;
  2. Verrouillage Majuscules ou Capitales clavier bépoVerrCap, « VK_CAPITAL »: une touche à caractères peut lui être soumise par rapport aux niveaux Base-Maj (0x00, 0x01) et/ou AltGr-Maj+AltGr (0x06, 0x07), tous les autres niveaux sont hors de son rayon d’action ; sa relation logique avec la modificatrice clavier bépoMaj (0x01) est XOR (l’appui sur clavier bépoMaj annule l’effet de clavier bépoVerrCap) ;
  3. Verrouillage Défilement clavier bépoVerrDéfil, « VK_SCROLL »: sans effet sur la disposition de clavier[50] ;
  4. Verrouillage “Pro” ou VerrKana clavier bépoVerrPro, « VK_KANA »: agit sur le bit modificateur 0x08 ; une touche à caractères qui lui est soumise, voit son bit 0x08 fixé sur 1 à tous les niveaux ; sa relation logique avec la modificatrice 0x08 est OR (l’appui sur cette modificatrice (p. ex. clavier bépoPro) n’annule pas l’effet de clavier bépoVerrPro) ;
  5. Verrouillage Fonction sur pavé numérique : propre aux claviers compacts ; met en accès direct le pavé numérique intégré. Cette bascule est toujours couplée avec clavier bépoVerrNum (Cf. Les chiffres sur le pavé numérique).

Les bits modificateurs sont au nombre de 8 sous Windows. Certains ont un usage historique plus ou moins général, mais pour un bon fonctionnement on n’est pas obligé de conserver leurs noms s’ils en portent un dans kbd.h (ce qui n’est pas le cas du bit 0x40). Dans la source en-tête du driver Windows de cette proposition, kbdfrbt9.H(110), ils sont actuellement nommés comme suit (kbdcommon.H est la source en-tête commune des DTMD[51]) :

/*************************************************************************************\
* RENOMMAGE DES BITS MODIFICATEURS
*
* Ces définitions visent à donner aux bits modificateurs des noms français.
* Voir kbd.h(56) pour une description détaillée. Voir aussi kbdcommon.H(351).
* L’utilisation proposée pour la version 2.0 est indiquée dans les commentaires.
* Ces noms servent dans « static ALLOC_SECTION_LDATA VK_TO_BIT », kbdfrbt9.C(147).
\*************************************************************************************/
#define MODMAJ        0x01  // == 0000 0001 coordonné à la bascule VerrMaj / VerrCap
#define MODCTRL       0x02  // == 0000 0010
#define MODALT        0x04  // == 0000 0100
#define MODPRO        0x08  // == 0000 1000 = KBDKANA, coordonné à la bascule VerrPro
#define MODNUM        0x10  // == 0001 0000 placé sur la touche 105 (ISO uniquement)
#define MODARABE      0x20  // == 0010 0000 en plus sur VerrPro ; + Pro -> Cyrillique
#define MODCYRILLIQUE 0x40  // == 0100 0000 optionnellement sur une touche au choix
#define MODGREC       0x80  // == 1000 0000 en plus sur VerrCap ; + Pro -> Hébreu

Dans la source C, kbdfrbt9.C(145), les bits modificateurs sont affectés aux touches. La modificatrice au bit 0x40 n’a pas été mappée sur une touche physique. Elle peut être placée sur une touche au choix à l’aide du Scan Code Mapper de Windows. Le scan code à mapper est T7B, que kbd.h associe à la touche VK_OEM_PA1. Cette modificatrice permet de taper en cyrillique, mais le cyrillique est aussi accessible par clavier bépoPro+clavier bépoArabe, et par touche morte (en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoQ, et en clavier bépoGrec+clavier bépoW).

/********************************************************************************\
* ASSOCIATION DE TOUCHES AUX BITS MODIFICATEURS
*
* Les noms des bits modificateurs sont définis dans l’en-tête kbdfrbt9(110).
\********************************************************************************/
static ALLOC_SECTION_LDATA VK_TO_BIT aVkToBits[] = {
  { VK_SHIFT      , MODMAJ        },  // 0x01 == 0000 0001   
  { VK_CONTROL    , MODCTRL       },  // 0x02 == 0000 0010   
  { VK_MENU       , MODALT        },  // 0x04 == 0000 0100   
  { VK_OEM_AX     , MODPRO        },  // 0x08 == 0000 1000   touche Pro
  { VK_OEM_WSCTRL , MODNUM        },  // 0x10 == 0001 0000   touche 105
  { VK_KANA       , MODARABE      },  // 0x20 == 0010 0000   en plus sur VerrPro
  { VK_OEM_PA1    , MODCYRILLIQUE },  // 0x40 == 0100 0000   touche au choix
  { VK_CAPITAL    , MODGREC       },  // 0x80 == 1000 0000   en plus sur VerrCap
  { 0             , 0             }
};

Les “modificatrices bonus” sur les bascules s’appellent Grec et Arabe. Pour améliorer l’intuitivité des désignations, et par égard pour leurs autres usages – combinées avec clavier bépoPro, elles permettent d’écrire en Hébreu et en Cyrillique –, il vaut peut-être mieux les appeler par la bascule avec laquelle elles cohabitent. La suite parlera donc de clavier bépoVerrCap et de clavier bépoVerrPro, et l’ambiguïté devrait être levée par le fait qu’il s’agira de combinaisons de touches, et par le code couleur des bascules en tant que telles : clavier bépoVerrCap, clavier bépoVerrPro.

Étant ajoutées à des bascules, ces modificatrices nécessitent en principe un nouvel appui sur la bascule après chaque utilisation afin de remettre la bascule dans son état précédent. Leur principal intérêt est par conséquent limité aux cas où elles servent à saisir des séquences entières, comme les noms propres dans une écriture autre que celle du clavier. Cette fonctionnalité permet donc d’améliorer la prise en charge de ces écritures, traditionnellement assurée au moyen de touches mortes uniquement.

Le support multilingue ne devrait pas se limiter aux écritures latine, grecque et cyrillique, qui permettent déjà une prise en charge totale des langues de l’Union Européenne. La situation culturelle et géopolitique de la France nécessite d’ajouter dans ce cadre l’écriture arabe et l’écriture hébraïque, utilisées en France et complémentaires à plusieurs égards : arabe–français dans la culture maghrébine, grec–hébreu dans la culture chrétienne, arabe–hébreu pour l’équité et la réconciliation (et la paix au Proche-Orient). D’où la recherche de moyens pour prendre en charge deux écritures de plus.

Les modificatrices clavier bépoGrec et clavier bépoArabe, ou clavier bépoVerrCap et clavier bépoVerrPro, se combinent presque sans problème avec clavier bépoMaj et avec clavier bépoPro. Le problème, c’est que la combinaison clavier bépoPro+clavier bépoVerrCap+clavier bépoN est désactivée sous Windows, un bug qui persiste aussi en changeant de bit modificateur la modificatrice sur clavier bépoVerrCap, et en mappant d’autres keycodes et d’autres caractères sur le scancode T27 de la touche clavier bépoN du bépo. Ce bug n’apparaît pas quand la modificatrice est sur clavier bépoVerrPro. Ce bug est très ennuyeux, mais il ne concerne qu’une seule touche, comparé à la multiplication des bugs de ce type sur d’autres niveaux, aboutissant à un véritable mitage des cartes en clavier bépoNum+clavier bépoVerrCap et en clavier bépoNum+clavier bépoVerrPro (actuellement les niveaux 0x90 et 0x30)[52].

Placer une écriture sur une carte victime de ces bugs de Windows, de sorte que la saisie soit dysfonctionnelle sur la plupart des ordinateurs et nécessite des précautions et des contournements de bug, est a priori une désinvolture à l’égard des communautés locutrices et des utilisateurs. Mais le non-support par touches vives des écritures concernées ne résoud pas le problème, car il en crée d’autres. Le fait que ce casse-tête est strictement limité à Windows[53], pourrait contribuer à faire réfléchir les utilisateurs à un changement d’OS voire de matériel[54], car les autres OS n’ont ni l’intérêt, ni les facilités[55] pour implémenter (?) ou cultiver ce genre de bugs.

À notre niveau il s’agit de réfléchir à comment minimiser l’impact de ce problème propre à Windows. De plus, ajouter des écritures par modificatrices plutôt que par bascules a l’avantage d’être directement faisable — et d’éviter la prolifération des témoins ou la multiplication des surprises. D’autre part, ce système a l’inconvénient de créer une hiérarchie forte entre les écritures[56]. Si l’on se limite aux claviers français, on peut tenter de raisonner cette hiérarchie afin de la rendre acceptable. Par exemple, le grec se prête au rôle de chef de file vu ses différents usages, et se verra placé sur clavier bépoVerrCap. Logiquement, si l’on se base non sur l’histoire, ni sur la géopolitique, mais sur la pratique et sur la sociologie, l’hébreu aura sa place en clavier bépoPro+clavier bépoVerrCap et, surtout pour les lettres finales, en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoVerrCap. D’un même point de vue, l’arabe ne sera pas en reste et aura sa bascule-modificatrice à lui : clavier bépoVerrPro. De par son emprise sur le clavier, le cyrillique est adapté à une carte qui n’utilise pas la rangée des chiffres et est donc fait pour se blottir dans les niveaux clavier bépoPro et clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoVerrPro. Les deux cartes avec clavier bépoVerrPro doivent en effet être désensibilisées à la bascule clavier bépoVerrPro sur laquelle clavier bépoVerrPro est placée. Cela consiste à doubler en clavier bépoPro les allocations sur les touches soumises à clavier bépoVerrPro (un tiers du bloc alphanumérique, mais aucune touche de l’alphabet de base). Les touches qui restent sont suffisantes pour placer toutes les lettres cyrilliques de la disposition bulgare phonétique (non-traditionnelle). Cet aspect s’applique certes aussi à l’arabe[57], mais dans une moindre mesure, et l’importance de la pratique en France pourra servir à départager les deux écritures quant à savoir laquelle sera accessible en ajoutant clavier bépoPro.

Les défauts (black-outs) des dispositions Windows pourraient aussi être palliés grâce à des doublages d’allocation, qui consistent à répéter sur des touches fonctionnelles mais inutilisées, les lettres victimes de désactivations de touches. C’est ce qui a dû être effectivement fait pour dépanner la carte de l’hébreu sur la touche T27. Pour les alphabets mathématiques en touches vives – actuellement le 𝒸𝓊𝓇𝓈𝒾𝒻, l’𝕒𝕛𝕠𝕦𝕣𝕖́, l’𝑖𝑡𝑎𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒 et le 𝐠𝐫𝐚𝐬 – une touche morte est placée sur les touches non-alphabétiques pour le surrogat bas, et le surrogat haut sera sur une touche vive, comme il l’est sur la rangée des touches mortes de tous les 13 alphabets mathématiques latins (à compléter par les grecs et les chiffres), qui sont aussi dans l’arborescence compose, comme tous les caractères pris en charge[58].

Note sur les alphabets mathématiques : Comme leur nom l’indique, ils sont destinés à un usage mathématique uniquement. Il n’empêche qu’il existe un script de conversion à partir de texte brut[59], et Google les a dans ses classes d’équivalences qui lui permettent de les comprendre comme du texte normal[60].

Actuellement, la distribution proposée est la suivante (les combinaisons avec clavier bépoNum devraient fonctionner pleinement sous Linux et Mac OS) :

  • Modificatrice clavier bépoVerrCap (appui constant sur clavier bépoVerrCap)  :
    • Sans clavier bépoPro :
      • Sans clavier bépoNum : Grec monotonique et polytonique ;
      • Avec clavier bépoNum : alphabet mathématique cursif ;
    • Avec clavier bépoPro :
      • Sans clavier bépoNum : Hébreu vocalisé ;
      • Avec clavier bépoNum : alphabet mathématique italique ;
  • Modificatrice clavier bépoVerrPro (appui constant sur clavier bépoVerrPro)  :
    • Sans clavier bépoPro :
      • Sans clavier bépoNum : Arabe ;
      • Avec clavier bépoNum : alphabet mathématique ajouré ;
    • Avec clavier bépoPro :
      • Sans clavier bépoNum : Cyrillique selon la disposition bulgare phonétique (non-traditionnelle) adaptée au bépo ;
      • Avec clavier bépoNum : alphabet mathématique gras.

L’activation de ce qui suit nécessite une invervention de l’administrateur de l’ordinateur :

  • Modificatrice optionnelle sur une touche au choix :
    • Sans clavier bépoPro :
      • Sans clavier bépoNum : Cyrillique selon la disposition bulgare phonétique (non-traditionnelle) adaptée au bépo ;
      • Avec clavier bépoNum : (à définir) ;
    • Avec clavier bépoPro :
      • Sans clavier bépoNum : (à définir) ;
      • Avec clavier bépoNum : (à définir) ;


Niveaux AltGr ou Ctrl+Alt auxiliaires en périphérie

Sous Windows, où clavier bépoPro est clavier bépoPro, les niveaux clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt et suivants sont utilisables sur les touches non-alphabétiques (où les risques d’interférence avec les raccourcis des programmes sont réduits). Sous Linux et Mac OS, où clavier bépoPro pourra être clavier bépoAltGr, pourraient servir en mode Programmeur à un usage différent de celui en mode Langues, mais on n’en a pas vraiment besoin puisque sous ces OS, les touches mortes sont capables de produire tout caractère et toute séquence souhaités.

Comme Microsoft a refusé d’implémenter les séquences de caractères par touche morte et n’est ainsi pas à jour d’Unicode[61], les utilisateurs de Windows doivent se contenter d’utiliser clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt et ses dérivés comme accès à des niveaux d’appoint, utilisables seulement en périphérie du clavier (pas sur les touches alphabétiques), pour y obtenir notamment des séquences :

  • Des lettres composées dont seule la minuscule existe en précomposée mais qui s’utilisent pour la transcription de l’arabe : « H̱ » et « T̈ » ;
  • Le trigramme breton « cʼh », accessible sous les autres OS par clavier bépoêclavier bépoq ;
  • Le symbole copyleft U+1F12F, dont l’encodage sous Windows occupe deux unités de code parce que c’est un OS en UTF-16 et que le copyleft n’est pas dans le plan multilinque de base d’Unicode ;
  • Les tirets cadratin et demi-cadratin ont une synergie optimale avec l’EIC dans les pages web, mais non en texte justifié dans les traitements de texte, où l’EIC contrairement à la norme n’est pas justifiante, et n’est pas non plus déclinée en avatar à largeur (chasse) fixe comme dans les logiciels de PAO. Aussi la disposition de clavier propose-t-elle un palliatif sous forme de séquences composées d’un tiret et d’une espace insécable justifiante après ou avant, obtenue à partir d’une espace-mot sécable entourée soit de gluons U+2060 (pour un usage dans les logiciels à jour comme LibreOffice), soit d’espaces insécables nulles U+FEFF aujourd’hui déconseillées pour cet usage, mais toujours utilisées dans les logiciels obsolètes comme les versions d’MS Office qui insupportent le gluon[62]. Sur la touche de chacun des deux tirets, il y a en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt le tiret suivi d’un gluon, d’une espace et de nouveau d’un gluon, et en clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt la même chose mais avec le tiret à la fin, pour clore l’incise. Pour avoir le tout avec l’espace insécable nulle à la place du gluon, il faut chaque fois ajouter clavier bépoPro.

Les places restantes dans ces niveaux sur les touches concernées peuvent servir à raccourcir la saisie de quelques autres caractères, en particulier les lettres « ɛ » et « ɔ » qui sont souvent doublées, de sorte que l’utilisateur pourrait apprécier de les avoir aussi en touches vives (en plus de les avoir en touches mortes). La liste détaillée se trouve à Lettres dans la section Touches vives.

Sur le pavé numérique (proprement dit), les niveaux clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt et clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt servent aux chiffres en exposant et en indice. La barre de fraction U+2044 est sur la touche clavier bépo/ aux deux niveaux. Cf. Chiffres en exposant et en indice.

Afin d’améliorer l’ergonomie de l’accès aux niveaux en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt, il est possible de remettre sur le clavier une touche clavier bépoAltGr en affectant à une touche comme Windows droite ou Applications (Menu contextuel) le scan code T5E[63]. Il est nécessaire que ces niveaux Ctrl + Alt fassent partie de la norme, ainsi que tous ces moyens de dépanner Windows, afin que Microsoft puisse distribuer les drivers complets. Mais il faudra probablement que la norme précise que cela concerne uniquement Windows, puisque sous Linux, Ctrl + Alt n’est pas AltGr.


Touches vives

Pour faire le tour du clavier, on propose de commencer par les touches vives, et de voir ensuite les changements proposés du côté des touches mortes.

Gestion des espaces insécables

L’introduction de l’usage de l’espace insécable dans les habitudes des utilisateurs est l’un des mérites du bépo qui a vraiment innové sur ce créneau en plaçant l’espace insécable classique (EIC) au niveau Majuscule de la barre. La disposition est en effet pensée pour taper en séquence, au même niveau, l’insécable et la ponctuation qui la nécessite.

Les axes de développement des espaces insécables sont :

  • L’extension de ce fonctionnement avec l’espace insécable classique (EIC) à davantage de ponctuations, en particulier aux guillemets-chevrons (« … »)[64], mais aussi aux tirets cadratin (—) et demi-cadratin (–) ;
  • La prise en charge de l’espace fine insécable (EFI), qui pour accompagner les ponctuations est l’espace insécable préférée, mais qui était encore faiblement supportée par les polices de caractères, ayant été encodée dans Unicode seulement pour la version 3.0 (septembre 1999).

Espace insécable classique (EIC)

Pour l’égalité devant l’espace insécable[65] d’un maximum de ponctuations éligibles, on propose d’élever les guillemets-chevrons doubles au niveau clavier bépoMaj comme c’est indiqué sur la page v2:Idées, et de trouver moyen de placer le tiret cadratin et le tiret demi-cadratin pareillement au niveau clavier bépoMaj. Cela devient facile du moment que les chiffres quittent le niveau clavier bépoMaj – réalisant ainsi une autre idée consignée sur la page v2:Idées – pour s’installer au niveau accessible par clavier bépoPro (touche Pro, marquée clavier bépoAltGr). Autrement dit, la clé de résolution de ce problème, c’est d’avoir les chiffres en clavier bépoPro. La bascule coordonnée étant placée sur la touche où se trouve le tiret demi-cadratin, il devient malheureusement indispensable de déplacer ce dernier. Il faut alors trouver une nouvelle mnémonique :

  • Le tiret cadratin reste sur clavier bépo1. Le symbolisme actuel, construit à partir du chiffre 1 = ¹⁄₁, est conservé ;
  • Le tiret demi-cadratin passe de clavier bépo$ sur clavier bépo5. La mnémonique se base alors sur l’équation 0,5 = ¹⁄₂.

Renoncer au placement côte à côte de ces deux tirets est possible parce que, s’ils s’utilisent souvent par paires, ils ne sont pas appariés pour autant[66].

Espace fine insécable (EFI)

Pour assurer la prise en charge de l’espace fine insécable[67], la solution la plus évidente au vu des fréquences d’utilisation serait la permutation des deux espaces insécables[68], mais cela impliquerait une rupture de l’expérience utilisateur parce que :

  • Les traitements de texte se refusent[69] à conférer à l’EFI une quelconque identité visuelle (trame de champ dans LibreOffice/OpenOffice Writer, symbole degré dans MS Word), insinuant ainsi une absence de prise en charge[70], de sorte que l’utilisateur inexpérimenté risque d’être perturbé ;
  • L’EFI, de par sa largeur réduite, modifie légèrement l’aspect des documents quand elle remplace l’EIC[71], ce qui est justement le but mais peut ne pas être accepté par l’utilisateur quand il s’agit de sa propre production, du fait que plusieurs éditeurs de presse ont carrément éliminé les espaces insécables accompagnant les ponctuations[72] ;
  • Beaucoup de vieilles polices décoratives ne contiennent pas l’EFI, et une mauvaise gestion des caractères indisponibles aidant, le travail est perturbé[73].

Afin d’éviter de trop pénaliser les utilisateurs de l’EFI, et d’assurer une certaine ergonomie à l’utilisation directe des ponctuations avec l’espace insécable préférée en typographie, cette proposition prévoit d’insérer d’un seul tenant les séquences « EFI ponctuation » (ou « ponctuation EFI ») quand l’utilisateur actionne les touches suivantes ;

  • Pour les point-virgule, deux-points, points d’interrogation et d’exclamation : clavier bépoPro en plus du clavier bépoMaj+clavier bépotouche habituel ; autrement dit : les séquences tout-en-un sont en clavier bépoMaj+clavier bépoPro sur les touches des ponctuations concernées ;
  • Pour les guillemets doubles : clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoA et clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoU, autrement dit, sur les touches où se trouvent les parenthèses ;
  • Pour les guillemets simples : clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoY et clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoX, autrement dit, sur les touches où se trouvent les chevrons « < > ».

Les guillemets avec EFI sont sur clavier bépoA et clavier bépoU et non sur les touches des guillemets parce que les places en clavier bépoMaj+clavier bépoPro sur les touches des guillemets sont données de manière logique au double prime et au prime, qui sont déplacés ici, le prime pour être sur la même touche que le guillemet simple informatique, le double prime pour être à côté (c’est un cas de mnémonique spatiale conservé) et sur la touche dont le caractère en accès direct, le croisillon, remplace le guillemet double informatique en accès direct mais remplace le guillemet double comme caractère de base dans l’accès par touches mortes aux guillemets-virgules (dont les trois doubles sont aussi en touches vives).

Les guillemets simples avec EFI sont impossibles à obtenir par touche morte sous Windows, alors que la touche morte circonflexe permet de les saisir sans EFI : clavier bépoêclavier bépo« et clavier bépoêclavier bépo») ; avec EFI, il a donc fallu les mettre en touches vives, en les faisant bénéficier du parallélisme entre les parenthèses et les chevrons.

En tant que séparateur de milliers français, l’EFI est sur la barre en mode pavé numérique émulé. Cela fait que sur les claviers ISO, l’EFI peut être saisie plus simplement par clavier bépoNum+clavier bépoEspace. Cela bénéficie aussi aux symboles « €, $, %, ‰ » qui s’y trouvent. Dans ce mode, plutôt que par des séquences automatiques, l’EFI est ajoutée par l’utilisateur – sauf contre-indication – parce que cela est possible de manière ergonomique.


Utilisation de la rangée des chiffres

La morphologie des mains humaines fait que dans la frappe en A, les touches clavier bépo3 et clavier bépo4 sont atteintes aussi facilement de l’annulaire et du médian gauches, que la touche clavier bépoÈ l’est de l’index. Pareillement à droite, les touches clavier bépo9 et clavier bépo0 sont atteintes par le médian et l’annulaire dans la même position de la main qui permet de poser l’index sur clavier bépoV et l’auriculaire sur clavier bépoZ. Sur le bépo version 1.0, ce sont particulièrement la barre oblique et l’astérisque qui ont été choisis pour bénéficier de cette situation (ou selon la frappe classique et les claviers orthogonaux, plutôt le tiret et la barre oblique).

Le placement de lettres sur la rangée des chiffres figure déjà parmi les options de la v2. Les modifications connexes en sont à la fois des conditions et des avantages :

  • Le non-maintien des chiffres en Majuscule permet de rendre les chiffres plus accessibles en clavier bépoPro, de les mettre au même niveau que les caractères informatiques à placer en clavier bépoPro pareillement, et de basculer les chiffres indépendamment de la casse des lettres ;
  • Les colonnes Base–Maj qui apparaissent ainsi sur les touches de la rangée des chiffres peuvent recevoir des lettres diacritées et d’autres lettres spéciales. Ces lettres françaises bénéficient alors de plusieurs avantages :
    • Certaines deviennent plus accessibles. C’est le cas du Ç quand il s’agit de claviers ANSI, répandus au Canada et utilisés aussi en France ;
    • D’autres deviennent plus stables. C’est le cas de l’À en cas d’aménagement pour la frappe en A. Autrement, l’À serait décalé sur la 105ᵉ touche, et le bépo serait obligé de se décliner en deux versions — et de ne pas pouvoir généraliser la frappe en A, qui aurait alors un statut de simple option au lieu de devenir une caractéristique du bépo, de même que la touche tiret qui va avec ;
    • D’autres encore deviennent plus ergonomiques. C’est le cas de l’Œ et de l’Ù, désormais sous l’autre main que celle qui tape les lettres qui les précèdent ou suiveht toujours (« où »; « œu » ou « œi »), afin de renforcer l’alternance des mains, l’un des principes de conception du bépo.
  • Cette migration des lettres qui remplissent de nouvelles bonnes places en accès direct, libère les emplacements encore meilleurs en clavier bépoPro qu’elles occupaient pour des raisons purement mnémotechniques[74] :
    • Les places en clavier bépoPro libérées par les lettres Æ et Ù permettent l’aménagement ergonomique du niveau clavier bépoPro de la moitié gauche de la rangée de repos, en offrant les places qu’il faut aux parenthèses ;
    • L’Œ libère à son tour une bonne place sur la rangée au-dessus et facilite le placement d’un des deux sélecteurs de groupe symétriques.
  • La “mauvaise” place sur clavier bépo6 est utilisée pour une lettre vraiment rare (l’Æ) et non pour l’arobase, dont l’accès direct se fait plus facilement sur la touche PLUS (à gauche de clavier bépoRetour arrière) ;

On aboutit à une situation très logique où toutes les lettres minuscules (sauf celles avec tréma) utilisées en français sont en (séquences d’)accès direct.

Contours des zones les plus accessibles de la rangée des chiffres, avec leur utilisation proposée (carte incomplète) :
Légende : touche morte ; une barre « | » à côté d’une ponctuation symbolise une espace fine insécable.

tirets : ↙cadratin  demi-c↘ insécable↓   ↙ barre de fraction  ↙ signe moins
╔════╗────┬────╔════╤════╗────┬────┬────┬────╔════╤════╗────┬────╔══════════╗
║Verr║ — ¶│ « ″║ » ′│ À ÷║ – ×│ Æ “│ - ⁄│ Œ ∞║ Ç ”│ Ù „║ − å│ + ±║          ║
║ Pro║ ` 1│ # 2║ ' 3│ à 4║ ^ 5│ æ 6│ á 7│ œ 8║ ç 9│ ù 0║ = °│ @ %║ ←‒‒‒‒    ║
╠════╩══╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗─┴──╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗═╚══╦═══════╣
║ |←‒‒‒ ║ B ŏ│ É %│ P ȯ│ O ǫ│ È `║ § ^║ V ș│ D ⌀│ L £│ J IJ│ Z ẞ║ W Ə║    |  ║
║ ‒‒‒→| ║ b ø│ é _│ p &│ o ³│ è '║ ê "║ v õ│ d ³│ l ë│ j ij│ z ß║ w ə║ ←‒‒┘  ║
╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╦═══╝┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗───╚╗      ║
║ Verr   ║A «|│U |»│ I _│ E ^│; |;║ C ȩ│ T †│ S │ R ɍ│ N ᵒ│ M º║ ¤ ☐║      ║
║  Cap   ║a  (│u  )│ i |│ e €│ , \║ c #│ t {│ s }│ r [│ n ]│ m ōò $║      ║
╠══════╦═╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴══╤═┴──┬─╚══╗─┴══╤═┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔═╝──══╩══════╣
║  /\  ║    ║Y ‹|│X |›│: |:│! |!│ K  ║? |?│ Q ш│ G Ω│ H ‡│ F ª║       /\    ║
║  ||  ║ Num║y  <│x  >│.  /│-  *│ k ~║’  ·│ q …│ g µ│ h ȟ│ f ſ║       ||    ║
╠══════╩╦═══╩═╦══╧═══╦╧════╧════╧════╩════╧════╧╦═══╧══╦═╧═══╦╩═════╦═══════╣
║       ║     ║      ║ [EIC]       [EFI]        ║      ║     ║      ║       ║
║ Ctrl  ║ Sys ║ Alt  ║ [espace]    [Compose]    ║ Pro║ Sys ║ Menu ║ Ctrl  ║
╚═══════╩═════╩══════╩══════════════════════════╩══════╩═════╩══════╩═══════╝


Rapprochement du Ç sur les claviers ANSI

L’éloignement du clavier bépoç sur les claviers ANSI donne lieu à des plaintes. Le bépo étant conçu pour toute la Francophonie, il faut tenir compte du matériel utilisé au Canada, où les constructeurs – aidés d’une partie de la population – s’opposent au clavier Canadien multilingue standard conforme à la norme ISO/IEC 9995 et à la norme canadienne, de sorte que les utilisateurs n’ont pas vraiment le choix.

Plusieurs solutions ont été proposées au fil du temps pour résoudre le problème du Ç sur le bépo :

  • Permutation W–Ç : déplace le problème sur le W et impacte la saisie de l’anglais ;
  • Placement du Ç en clavier bépoAltGr sur clavier bépoC : multiplie les discontinuités dans la saisie du texte courant français.

Cette proposition de version 2.0 place le Ç sur une touche accessible, clavier bépo9, qui se trouve être la même que sur l’azerty mais comporte une position en clavier bépoMaj pour la majuscule, grâce au passage des chiffres en clavier bépoPro. Sur le bépo 1.0, cette solution n’était donc pas applicable.

Malgré ses avantages, le déplacement de Ç sur clavier bépo9 risque d’être perçu négativement :

  • Il contrevient à la règle de ne pas placer de lettres sur la rangée des chiffres, qui fait partie des principes de conception du bépo, pour des raisons ergonomiques. Contre-argument : La morphologie de la main droite rend certaines touches de la rangée E (chiffres) aussi accessibles que d’autres touches de la rangée D.
  • Sa similitude avec une position de l’azerty risque d’en faire un marqueur de régression.

Une solution du dernier problème serait de permuter les positions proposées pour le Ç et l’Ù, car l’essentiel est probablement que le Ç :

  1. ne soit pas sur la touche la plus éloignée sur une partie du parc (c’est-à-dire les claviers PC 104 touches ANSI utilisés au Canada et parfois aussi en France) ;
  2. reste en accès direct.


La frappe en A et la touche tiret

Némolivier a proposé la frappe en A sur la ML et a rencontré un écho positif. La présente proposition de version 2.0 intègre par conséquent les aménagements nécessaires à la frappe en A tout en évitant de les faire dépendre de la 105ᵉ touche. Cela est possible si à l’exemple du Ç, l’À monte sur la touche clavier bépo4, où il est à peu près aussi accessible pour le médian, que l’È l’est pour l’index.

S’ensuit le décalage de l’clavier bépoY, de l’clavier bépoX et du clavier bépo. qui optimise le bépo pour la frappe en A sur clavier décalé, et libère en même temps une touche au milieu, utilisée pour le tiret (trait d’union) selon la proposition de Utilisateur:NemolivierNémolivier, mais avec une autre utilisation des niveaux supérieurs de cette touche :

  • En clavier bépoMaj, elle reçoit le point d’exclamation, afin de pouvoir soumettre à la bascule clavier bépoVerrPro la touche morte de l’accent circonflexe d’où il provient ; comme résultat, on obtient un agencement des points d’exclamation et d’interrogation en miroir de part et d’autre de la ligne médiane du bloc alphanumérique ;
  • Le tiret cadratin n’est pas placé sur cette touche afin de ne pas préjuger du choix de l’utilisateur entre les tirets cadratin et demi-cadratin, placés en clavier bépoMaj tous les deux, et sur des touches plus proches de leurs positions actuelles (cf. Gestion des espaces insécables) ;
  • En clavier bépoPro l’astérisque, pour le rapprochement avec la barre oblique pour les commentaires en C, CSS,… (barre oblique elle-même rapprochée des chevrons pour les balises en HTML et XML) ;
  • La position en clavier bépoMaj+clavier bépoPro sert à la séquence « espace fine insécable – point d’exclamation », facilité dont bénéficient pareillement les autres ponctuations hautes « ? : ; » sur leurs touches.


Accès direct aux autres caractères du français

L’idéal proposé est l’accès direct à toutes les lettres du français autant qu’il est possible. C’est un agencement logique dans le sens où le flux du texte devrait pouvoir se saisir sans ruptures, tandis que les caractères d’encadrement comme les parenthèses sont plus logiquement en clavier bépoPro, d’autant plus qu’elles ne servent plus que peu pour les terminaisons conditionnelles, généralement réalisées avec tirets (ou points médians).

Les trois apostrophes et l’okina

Des discussions sur la ML ont mis au jour qu’il serait souhaitable d’avoir en accès direct aussi bien le guillemet-virgule simple U+2019 qui sert d’apostrophe typographique, que l’apostrophe, qui par ailleurs s’appelle guillemet simple en informatique. De plus, il est nécessaire de pouvoir saisir facilement la lettre apostrophe :

  • L’apostrophe typographique prend la place de l’apostrophe sur le bépo, sur la touche apostrophe, comme proposé pour le bépo 1.1 ;
  • L’apostrophe dactylographique est sur la rangée des chiffres parmi le grave et le circonflexe espaçants, sur la touche clavier bépo3 ;
  • La lettre apostrophe est sur la place exacte de l’apostrophe typographique une fois que le groupe tertiaire est actif, ce qui se fait facilement par clavier bépoPro+clavier bépoO dans ce cas ; et pour que l’utilisateur ne soit pas obligé de retirer le pouce de clavier bépoPro, la lettre apostrophe est doublée en clavier bépoPro sur cette touche dans ce groupe ; de plus, elle y est aussi sur le guillemet simple informatique : clavier bépo³clavier bépo' ; ensuite elle est sur la touche de la barre oblique (qui lui correspond) et du point (pour compléter) : clavier bépo³clavier bépo., clavier bépo³clavier bépo/ ; enfin, elle est en double aigu du guillemet simple informatique : clavier bépoáclavier bépoáclavier bépo' ;
  • L’okina a la forme du guillemet-virgule tourné (ouvrant en français) et sert en langues polynésiennes. En mode Langues, il est dans le groupe tertiaire à l’emplacement de l’accent grave : clavier bépo³clavier bépo` ; mais aussi sur la touche de la virgule et de la barre oblique inverse (qui lui correspond) : clavier bépo³clavier bépo,, clavier bépo³clavier bépo\ ; et il est en double grave du guillemet simple informatique : clavier bépoòclavier bépoòclavier bépo'.

Lettres plus rares

En utilisant les nouvelles ressources sur la rangée des chiffres, on peut y placer aussi les trois lettres rares actuellement en clavier bépoAltGr : l’Ù sur clavier bépo0, et les deux digrammes soudés Œ et Æ sur clavier bépo8 et clavier bépo6. Pour les deux premiers, l’avantage est de se trouver de l’autre côté des lettres les accompagnant, assurant ainsi l’alternance des mains dont l’absence dans ces cas avait été critiquée par Kaze. L’Æ est simplement sur une touche moins accessible. Car le grand avantage[75] est la libération de deux bonnes places en clavier bépoPro sur la rangée de repos, et d’une place très accessible au même niveau une rangée plus haut.


Accès direct à des caractères informatiques en mode Langues

Des langages de formatage comme Markdown, et des logiciels de préparation de documents comme TeX et LaTeX font appel à des caractères informatiques comme le guillemet inverse informatique « ` » (accent grave, backquote, ouvre les guillemets en TeX), le croisillon « # » (niveaux de titre dans Markdown), le cironflexe expaçant « ^ » (exponentiation dans TeX) et le guillemet simple informatique « ' » (ferme les guillemets en TeX, gras et italique en Wikicode), actuellement en accès direct en guise d’apostrophe mais sur le point de céder sa place à la vraie apostrophe ou plutôt, ce qui en tient lieu en typographie. On propose donc de mettre en accès direct une sélection de caractères informatiques :

  • Le guillemet inverse, ou grave espaçant, sur clavier bépo1 ;
  • Le croisillon ou carré (« # »), sur clavier bépo2 ;
  • Le guillemet simple informatique ou apostrophe (droite), sur clavier bépo3 ;
  • Le circonflexe espaçant (« ^ »), sur clavier bépo5 ;
  • Le signe égal reste en accès direct sur sa touche actuelle, la touche clavier bépoMOINS ;
  • L’arobase reste en accès direct mais est transférée sur clavier bépoPLUS, où elle prend la place du symbole pour cent, qui passe au même niveau que les chiffres.

Inconvénients des caractères informatiques en accès direct en mode Langues :

  1. Ceux qui se trouvent sur des touches de chiffres disparaissent en mode Programmeur, où ce sont les chiffres qui prennent le relais en accès direct. Cf. Le mode Programmeur ;
  2. La barre oblique et l’astérisque ne sont plus en accès direct, alors qu’ils servent aussi comme marqueurs d’attribut (italique, gras ; en langage wiki toutefois ils n’ont pas cette fonction) ; plus généralement, la mise en direct de ces caractères informatiques, de même que celle des lettres françaises, sur la rangée des chiffres se fait au détriment de plusieurs caractères informatiques qui y sont actuellement en accès direct ;
  3. La barre oblique inverse n’est pas en accès direct, bien qu’utilisée de manière intensive dans LaTeX. Pour l’avoir en accès direct, il faudrait la mettre à la place d’un des autres caractères informatiques. Mais on peut considérer qu’un placement en clavier bépoPro sur la rangée de repos (cas de la barre oblique inverse, en clavier bépoPro+clavier bépo,) vaut mieux qu’un accès direct sur la rangée des chiffres sauf sous les médians.

Cette proposition tente de résoudre ou échoue à résoudre ces différents problèmes comme suit :

  1. En mode Programmeur, le guillemet simple en accès direct change de place et réapparaît sur clavier bépoÈ, le guillemet double arrive seulement en accès direct sur la touche suivante (tout en y étant tous les deux en accès stable au niveau clavier bépoPro), le guillemet inverse et le ^ perdent leur accès direct et se retrouvent sur ces mêmes touches en clavier bépoMaj, et le # perd lui aussi son accès direct mais est doublé de manière stable sur la rangée de repos en clavier bépoPro+clavier bépoC ;
  2. L’astérisque et la barre oblique pourraient être doublés à la place du guillemet inverse et du croisillon en mode Langues, s’ils sont plus importants que ces derniers ou s’ils vont plus souvent avec des lettres (comme dans « et/ou ») qu’avec des chiffres (« étape 3/5 ») ;
  3. La barre oblique inverse en clavier bépoPro+clavier bépo, est déjà beaucoup plus ergonomique que sur l’azerty et l’US-qwerty (bien qu’étant en accès direct sur ce dernier, mais sur la touche la plus éloignée) ; si elle doit être en accès direct en mode langues, on pourrait la doubler à la place du circonflexe espaçant ; si elle doit être en accès direct en mode Programmeur, on pourrait la permuter avec la place proposée du $ ;
  4. Les caractères actuellement en accès direct sur la rangée des chiffres sont déplacés dans l’idée de leur rendre une ergonomie de rechange :
  • La barre oblique et l’astérisque (cf. ci-dessus) sont mis au même niveau que les chiffres et les chevrons, et toujours placés côte à côte, et en plus, à côté des chevrons ;
  • Les parenthèses sont placées au même niveau que les crochets et les accolades – et les chiffres – et ce sur la rangée de repos, pour un agencement plus facile à mémoriser et plus égalitaire, où la hiérarchie entre les parenthèses, les crochets et les accolades est réduite au strict minimum (droite–gauche) ;
  • Le signe plus finit au même niveau (clavier bépoMaj) que le signe moins, chacun sur la touche qui comporte sa connotation fonctionnelle (clavier bépoMOINS et clavier bépoPLUS) ; la distinction du trait d’union d’avec le signe moins devient plus spatiale ;
  • Le symbole pour cent est mis au même niveau que les chiffres qui l’accompagnent (aussi dans l’« encodage pour cent »), et le pour mille est en clavier bépoêclavier bépo% et sur le pavé numérique émulé (en clavier bépoNum+clavier bépo=, le « % » y étant en clavier bépoNum+clavier bépo@) ;
  • Le symbole dollar n’est plus en accès direct qu’en mode Programmeur, sur la touche clavier bépoÇ actuelle, autrement il y est en clavier bépoPro ;
  • Le guillemet double informatique (actuellement touche clavier bépo1) n’est pas très utile en accès direct pour la saisie des langues (en mode Programmeur il est en accès direct), surtout le français car les traitements de texte le remplacent par les guillemets-chevrons avec la “mauvaise” espace insécable, et hors éditeurs d’entrée il conduit beaucoup d’utilisateurs à entourer de “mauvais guillemets d’ironie” toutes les citations. On peut donc se demander s’il ne vaut pas mieux le soustraire à l’accès direct ;
  • Le tiret-trait-d’union (cité en dernier mais le plus important) bénéficie de la nouvelle touche tiret, cf. La frappe en A et la touche tiret.

Le but est d’avoir en accès direct (ou en clavier bépoMaj) – ou par touches mortes – un maximum de caractères qui font partie des mots du français, qui les accompagnent ou les entourent – les guillemets-virgules eux aussi sont accessibles par touches mortes en accès direct, pour des langues étrangères et les cas où il faut mettre des guillemets dits d’ironie ; cf. Des ponctuations et symboles par touches mortes [et les doubles continuent d’être en touches vives] — tout en soustrayant à l’accès direct les éléments qui détériorent la présentation des écrits[76].


Parenthèses, crochets et accolades sur la rangée de repos

Cette proposition de version 2.0 s’articule autour de ce qu’elle considère comme un élément clé de l’ergonomie et de l’utilité d’une disposition de clavier. Dans l’ordre d’importance, ce point passe certes après l’agencement des lettres et diacrités fréquents et la question des chiffres, et probablement après le placement des ponctuations comme le point, la virgule, l’apostrophe, mais sans doute avant tout le reste, et ce pour de multiples raisons :

  • En langues, les parenthèses et les crochets ont des usages bien définis et ne sont pas interchangeables. Les mettre tous en accès direct est difficile. Actuellement il y a continuation d’une tradition qui place en accès direct l’une des deux paires. Or au niveau mondial, l’usage prouve que les utilisateurs ont alors tendance à privilégier indûment ce qui se trouve être le plus facilement accessible, et à employer soit des crochets là où il faudrait des parenthèses (US-qwerty), soit l’inverse (azerty, bépo) ;
  • En langages de programmation, les parenthèses et dans certains, les accolades figurent en 1ʳᵉ/2ᵉ/4ᵉ position parmi les symboles les plus fréquents[77], ce qui plaide en faveur d’un placement sur la rangée de repos ;
  • Généralement, les parenthèses, crochets et accolades sont disposés de manière plus ou moins aléatoire, avec un effort certain de regroupement, mais selon des principes divergents d’une disposition à l’autre. Dans une volonté de rester le plus familier possible, le bépo 1.0 a repris les associations « parenthèse en base + crochet en AltGr » de l’azerty, mais a pris soin de placer sous la main gauche les paires de crochets et d’accolades. Pour la version 2.0, on propose d’appliquer une logique qui puisse englober toutes les trois paires ;
  • Étant des caractères appariés, les parenthèses et crochets surviennent toujours deux fois et à des intervalles plus ou moins réduits. Sur le clavier, taper régulièrement deux fois de suite des caractères dont l’accessibilité est sous-optimale risque d’être perçu comme dérangeant. Cette proposition les place donc sur la rangée de repos, ce qui devrait compenser aussi la perte d’un facteur d’accessibilité due au passage des parenthèses de l’accès direct en clavier bépoPro.

L’idéal serait de pouvoir faire de la place, sur les positions de repos, pour 6 caractères en clavier bépoPro, dont deux côte à côte et quatre d’un seul tenant, permettant de placer trois paires sur des positions de repos. La hiérarchisation se limite à privilégier les parenthèses en leur donnant les places que la nouvelle utilisation de la rangée des chiffres a libérées sur la rangée de repos à gauche. Les places à droite peuvent être réquisitionnées à condition de trouver des solutions convaincantes pour le thorn, l’eszett, le symbole marque déposée, et la touche morte tilde. Ces solutions existent et seront présentées par la suite (voir Sélection de caractères en touches vives, et Modèle d’agencement des touches mortes classiques), mais voyons d’abord rapidement les autres avantages qu’elles permettent d’obtenir.

Sur le bépo 2.0 proposé, les parenthèses et les crochets bénéficient d’un effet de symétrie, étant tous deux sous les annulaires et auriculaires. Du côté des parenthèses, sur les claviers orthogonaux et en méthodes de frappe classique et o0 sur clavier décalé – mais non en méthode en A – cet avantage se double d’un parallélisme avec les chevrons ou symboles inférieur/supérieur, sous les mêmes doigts sur la rangée en-dessous :

Parenthèses, crochets et accolades sur la rangée de repos :
Légende :
Gauche–droite : symétrie
Rangées B–C : parallélisme sur claviers orthogonaux

╔════╗────┬────╔════╤════╗────┬────┬────┬────╔════╤════╗────┬────╔══════════╗
║Verr║    │    ║    │    ║    │    │    │    ║    │    ║    │    ║          ║
║ Pro║ ` 1│ # 2║ ' 3│ à 4║ ^ 5│ æ 6│ á 7│ œ 8║ ç 9│ ù 0║ = °│ @ %║ ←‒‒‒‒    ║
╠════╩══╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗─┴──╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗═╚══╦═══════╣
║ |←‒‒‒ ║    │    │    │    │    ║    ║    │    │    │    │    ║    ║    |  ║
║ ‒‒‒→| ║ b ø│ é _│ p &│ o  │ è '║ ê "║ v  │ d  │ l  │ j  │ z  ║ w  ║ ←‒‒┘  ║
╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╦═══╝┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗───╚╗      ║
║ Verr   ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    │    ║    ║      ║
║  Cap   ║ a (│ u )│ i |│ e €│ , \║ c #│ t {│ s }│ r [│ n ]│ m  ║ ò $║      ║
╠══════╦═╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴══╤═┴──┬─╚══╗─┴══╤═┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔═╝──══╩══════╣
║  /\  ║    ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    ║       /\    ║
║  ||  ║ Num║ y <│ x >│ . /│ - *│ k ~║ ’  │ q  │ g  │ h  │ f  ║       ||    ║
╠══════╩╦═══╩═╦══╧═══╦╧════╧════╧════╩════╧════╧╦═══╧══╦═╧═══╦╩═════╦═══════╣
║       ║     ║      ║                          ║      ║     ║      ║       ║
║ Ctrl  ║ Sys ║ Alt  ║ [espace]    [Compose]    ║ Pro║ Sys ║ Menu ║ Ctrl  ║
╚═══════╩═════╩══════╩══════════════════════════╩══════╩═════╩══════╩═══════╝


Les autres caractères informatiques en Pro

Pour la bascule des chiffres et du mode Programmeur il a fallu réquisitionner la première touche de la rangée des chiffres, qui sur le bépo est la touche clavier bépo$. Il faut donc recaser le dollar et le croisillon sur d’autres touches en clavier bépoPro, niveau qui sur la rangée des chiffres n’est plus disponible aux symboles que sur les deux dernières touches. À ce niveau sur la rangée de repos, sept places sont déjà prises par le symbole de l’euro et les parenthèses, crochets et accolades. Le défi consiste à placer les autres caractères informatiques en clavier bépoPro d’une manière qui optimise les digrammes fréquents et favorise la mnémonique et la « mémoire musculaire ».

  • Les chevrons inférieur/supérieur sont placés dans les mêmes colonnes du clavier que les parenthèses, sur la rangée en-dessous (clavier bépoY et clavier bépoX)[78] ; sur les claviers orthogonaux et en méthodes de frappe classique et o0 sur clavier décalé – mais non en méthode en A – ils bénéficient ainsi du réflexe acquis pour les parenthèses : ouvrant → auriculaire, fermant → annulaire ;
  • La barre oblique et l’astérisque occupent tout naturellement les deux touches suivantes, clavier bépo. et clavier bépo-, et le tilde vif ne bouge pas de clavier bépoK ; cette suite assure les digrammes « </ », « /> », « /* », « */ », et « ~/ » ;
  • La barre oblique inverse monte plus au centre du clavier, en clavier bépoPro+clavier bépo, ;
  • La barre verticale est mnémonisée par la forme de la lettre (clavier bépoI) qu’elle vient rejoindre, une mnémonique désormais insensible au vocabulaire dont « pipe » fait partie ; elle/il bénéficie ainsi de l’ergonomie de la rangée de repos, vu son usage intensif avec les crochets et accolades dans certains langages. La barre verticale s’installe en clavier bépoPro+clavier bépoI parce que la touche morte tréma clavier bépoë doit quitter cette place où elle cause des doubles frappes malvenues (cf. Valse des touches mortes, et ) ;
  • La perluète ou esperluette reste quant à elle inamovible sur clavier bépoP ;
  • Le croisillon reprend la méthode de la perluète pour faire retenir son placement sur clavier bépoPro+clavier bépoC par l’initiale de son nom, polyvalente car pareille en français métropolitain (« croisillon »), en français canadien (« carré »), et en anglais (« crosshatch »).

Les emplacements ci-après sont sur les quatre touches soumises à la bascule VerrPro en plus des chiffres. D’après les caractères en accès direct en mode Langues, ce sont les touches suivantes :

  • clavier bépoÉ et clavier bépoÈ ;
  • clavier bépoê, la touche morte accent circonflexe, qui n’a pu être soumise à la bascule qu’au prix du transfert du point d’exclamation sur une touche stable, ce à quoi se prêtait la touche tiret nouvellement définie (cf. La frappe en A et la touche tiret) ;
  • clavier bépoò, la touche morte accent grave en accès direct qui prend la place que le Ç a laissée après son transfert sur clavier bépo9.

Ce sont les meilleures places en clavier bépoPro, car en mode Programmeur elles sont en accès direct. L’utilisation suivante est proposée :

  • Les guillemets informatiques simple et double sont côte à côte, le simple sur clavier bépoÈ, le double sur clavier bépoê ;
  • Le symbole pour cent est retiré de l’accès direct pour favoriser l’arobase, et placé en clavier bépoPro pour être au même niveau que les chiffres, mais il est doublé en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoÉ afin d’y être en clavier bépoMaj en mode Programmeur ;
  • Le symbole dollar passe à l’autre bout du clavier en clavier bépoPro sur clavier bépoò (ex-clavier bépoÇ) qui n’offre une ergonomie correcte que sur claviers ISO ; malgré son usage en informatique, ce symbole est ainsi au même niveau que le symbole monétaire principal des claviers européens, l’€, par contre il est en accès direct en mode Programmeur ; de plus, le $ est aussi sur la carte du mode pavé numérique (de même que l’€), en particulier pour les utilisateurs franco-canadiens ;
  • Le tiret bas pose un problème épineux du fait que sa place historique sur la barre d’espace est proposée comme touche compose, donnant accès au compose de la disposition ; or le tiret bas en clavier bépoAltGr+clavier bépoEspace est emblématique de l’esprit d’innovation et de la logique d’agencement du bépo, et participe de son identité ; il faudra voir si le tiret bas reste en clavier bépoPro+clavier bépoEspace, ou s’il monte en clavier bépoPro+clavier bépoÉ, auquel cas il sera en accès direct en mode Programmeur.


Les caractères informatiques en Majuscule

Si sur le bépo, contrairement à d’autres dispositions, le placement en clavier bépoMaj de ponctuations aussi fréquentes que le point-virgule répond à un principe de conception favorisant l’usage de l’espace insécable, elle-même en clavier bépoMaj, trois nouveaux occupants informatiques du niveau clavier bépoMaj+clavier bépoPro méritent par contre un commentaire.

Le pour cent (en doublage), le guillemet inverse (grave vif) et le circonflexe (vif) sont tous sur des touches soumises à la bascule clavier bépoVerrPro, et se trouvent de ce fait en clavier bépoMaj quand le clavier est en mode Programmeur. Les deux derniers sont là pour pallier l’éclipse de leurs homologues sur la rangée des chiffres en accès direct en mode Langues. En mode Programmeur, plutôt qu’en clavier bépoMaj sur la rangée des chiffres, ils sont l’un en clavier bépoMaj du guillemet simple, l’autre en clavier bépoMaj du guillemet double, sur les touches clavier bépoÈ et clavier bépoê.


Sélection de caractères en touches vives

Dans le domaine des caractères autres qu’informatiques accessibles par touches vives, cette proposition de version 2.0 reprend autant que possible les caractères sélectionnés pour le bépo 1.0, tout en gardant à l’œil que certains y figurent simplement comme faisant partie de Latin-1, et que quelques-uns ont été admis dans l’attente que de futurs besoins se précisent, pour céder leurs places par exemple à un certain nombre de caractères dont l’usage se répand grâce à Unicode, et qui font partie – ou non – du jeu de caractères défini pour la norme internationale de dispositions de clavier ISO/CEI 9995.

Proposition provisoire pour le bépo normalisable version 2.0 (Voir avec les info-bulles) :

Prop prov bépo.png


Ponctuations et symboles conservés autres qu’informatiques

La proposition conserve les caractères suivants :

  • L’apostrophe typographique, qui dans Unicode n’en fait qu’un avec le guillemet-virgule simple U+2019, est promue à l’accès direct à la place de l’apostrophe dactylographique, qui en tant que guillemet simple informatique bénéficie d’un traitement conséquent tant au niveau du placement – parmi les caractères informatiques – qu’au niveau de l’accessibilité : toujours en accès direct, quel que soit le type de clavier (ISO 105 touches ou ANSI 104 touches) et le mode (Langues ou Programmeur, c’est-à-dire sans ou avec les chiffres en accès direct) ; sur ce fond, la permanence en accès direct de l’apostrophe typographique est soutenable et améliore grandement l’ergonomie d’une saisie soignée multiplateformes ;
  • Les tirets cadratin et demi-cadratin sont en clavier bépoMaj+clavier bépo1 et clavier bépoMaj+clavier bépo5 pour la mnémonique et l’espace insécable (cf. Gestion des espaces insécables) ;
  • Les points de suspension sont transférés quatre touches plus loin afin de pouvoir assurer à gauche l’ergonomie de la rangée informatique clavier bépo<clavier bépo>clavier bépo/clavier bépo*clavier bépo~, au même niveau clavier bépoPro que les points de suspension ; en clavier bépoPro+clavier bépoQ, ces derniers se prêtent au roulement avec les crochets pour les points de suspension entre crochets, séquence manuelle dont l’ergonomie s’améliore[79] ;
  • Le point médian est rendu d’accès plus facile pour simplifier la saisie de terminaisons conditionnelles selon l’usage actuel, qui varie entre le tiret et le point médian. En clavier bépoPro sur la touche de l’apostrophe, il optimise les séquences « ·e·s » et partage avec l’apostrophe le fait d’être une ponctuation élevée, pour la mnémonique ;
  • Parmi les obèles, seul le double « ‡ » peut rester sur son emplacement traditionnel en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoH, car la place du simple « † » a été nécessaire pour placer l’hatchek qui a cédé sa place au tilde et change de mnémonique tout en devant rester au même niveau que les chiffres. Suite à quoi, le simple obèle monte au même niveau que le double et prend place sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoT, où il bénéficie désormais de la même mnémonique graphique que le double ;
  • Le symbole micro devient une touche vive mais reste sur la même place, car la touche morte grec monte d’un niveau puisque le grec sur touches vives lui enlève beaucoup de son importance[80] ;
  • Le symbole paragraphe « § » prend la place du point d’exclamation pour qu’il puisse s’eclipser avec le circonflexe mort en mode Programmeur, et laisse la sienne à la touche morte point en chef pour la mnémonique par initiale (cf. Une mnémonique par l’initiale) ;
  • Les indicateurs ordinaux sont repris à l’identique ;
  • Comme le symbole degré, le symbole pour cent se met au même niveau que les chiffres, maintenant en clavier bépoPro, et il est doublé sur la même touche en clavier bépoNum, cf. La nouvelle modificatrice Num[81] ;
  • Le signe moins et le signe plus se posent tous les deux en clavier bépoMaj sur leurs touches respectives, sachant que les keycodes des deux touches à gauche de clavier bépoRetour arrière ont les significations de « MOINS » et de « PLUS » qui sont prises en compte pour les raccourcis clavier[82] ;
  • Les autres opérateurs de base sont en clavier bépoMaj+clavier bépoPro sur clavier bépo4 et clavier bépo5, avec une mnémonique incertaine, mais ils n’y sont destinés qu’à pallier les effets de l’absence de la 105ᵉ touche qui donne accès au mode pavé numérique où les opérateurs typographiques sont disposés de manière beaucoup plus mnémonique (cf. La nouvelle modificatrice Num et Le mode pavé numérique émulé) ;
  • Le symbole ± continue d’être aux côtés de +, mais avec une accessibilité moins ergonomique. Avec la présence en accès direct de la touche morte accent aigu clavier bépoá, « ± » peut s’obtenir aussi par clavier bépoáclavier bépo+, et en plus il est sur le pavé numérique en clavier bépoMaj+clavier bépo4, et sur le pavé numérique émulé en clavier bépoNum+clavier bépoP (P comme « Plus-ou-moins ») ;
  • Les guillemets-virgules sont conservés sous leurs trois formes doubles et la forme simple servant d’apostrophe, car tous les 9 guillemets-virgules présents dans Unicode (qui en contient toutefois aussi de nombreuses formes décoratives) sont accessibles par touches mortes (cf. Des ponctuations et symboles par touches mortes). Comme les touches mortes pour les guillemets-virgules franco-anglais sont toutes en accès direct (clavier bépoò, clavier bépoá), cette saisie par touches mortes devient beaucoup plus ergonomique que l’entrée des guillemets-virgules par touche vive. Plutôt que sur les bonnes places à gauche, les trois principaux guillemets-virgules doubles sont proposés au déplacement sur leurs touches mnémoniques clavier bépo6 et clavier bépo9, ainsi que clavier bépo0 pour le guillemet-virgule bas ;
  • Les prime et double-prime sont rapatriés sur les touches des guillemets-virgules informatiques (ou de ce qui en tient lieu : clavier bépo#) qui leur servent d’avatars ASCII ;
  • Le symbole ¶ est lui aussi conservé mais se décale sur la touche à caractères la plus proche, avec une mnémonique graphique (« ¶ » sur clavier bépo1) ; or comme le « pied de mouche » s’obtient aussi par touche morte (clavier bépoêclavier bépo§ pour « ¶ ») et compose (clavier bépoComposeclavier bépo|clavier bépop pour « ¶ »), l’option de son remplacement – discutée sur la ML – reste en suspens ;
  • L’easter egg du bépo, le symbole clavier « ⌨ », a heureusement pu être restauré[83] ;


Symboles ajoutés

Ce projet de version 2.0 propose d’ajouter les symboles et ponctuations suivants :

  • Le trait d’union insécable U+2011, retenu par l’Afnor et discuté sur la ML, est en clavier bépoMaj+clavier bépo7, où la mnémonique du niveau se réfère à l’espace insécable en Maj sur la barre d’espace, tandis que la mnémonique de la touche prend la barre supérieure du chiffre 7 (cf. le suivant) ;
  • La barre de fraction en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo7 (U+2044) fonctionne avec les exposants et indices, avec lesquels elle peut représenter – grâce à son crénage de part et d’autre – toutes fractions arbitraires à barre oblique[84]. Certains logiciels haut de gamme l’interprètent comme un attribut de mise en forme et acceptent les numérateurs et dénominateurs en chiffres ASCII[85]. Cette barre de fraction est aussi accessible par la touche morte clavier bépoexposant, comme les chiffres en exposant qu’elle suit ; elle est néanmoins proposée au placement sur la carte du bépo en tant que symbole de liberté en souvenir des fractions précomposées y figurant sur la version 1.0, désormais toutes[86] accessibles par clavier bépoComposeclavier bépo[numérateur]clavier bépo[dénominateur] ; sa mnémonique fait appel à la barre oblique du chiffre 7 ;
  • Le symbole infini U+221F sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo8 mettra sa place à disposition (il est aussi en compose) en cas d’autres idées, par exemple pour le suivant :
  • Le symbole copyleft est a priori en compose[87], comme tous les autres symboles légaux ou autres présents sur la version 1.0 et qui n’ont plus trouvé place vu leur rareté et qu’ils se prêtent bien au compose. Mais étant donné que le copyleft est avec d’autres symboles similaires en-dehors du plan multilingue de base et que donc il ne tient pas dans une unité de code UTF-16, il n’est pas facilement accessible par touche morte sous Windows[88]. C’est un candidat désigné pour les niveaux de dépannage en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt propres à cet OS quand clavier bépoPro n’est pas 0x06 (AltGr), mais 0x08 (Kana) — par exemple sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo6 pour la mnémonique graphique ;
  • Le symbole livre « £ », dont il a peut-être été question de le remettre sur touche vive ; il a dû monter en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoL à cause de la nécessité de remettre la touche morte tilde dans une accessibilité correcte[89] ;
  • L’o minuscule en exposant « ᵒ » est introduit sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoN et donne l’e en exposant « ᵉ » avec la touche morte rayé, et l’r en exposant avec la touche morte point souscrit, donc les deux touches mortes sur les touches à côté au même niveau ;
  • Le symbole diamètre « ⌀ » U+2300 fait partie du Jeu partiel latin multilingue, est sur le clavier allemand T2 (touche [D], en AltGr), et est indispensable pour professionnaliser la saisie en évitant à l’utilisateur pressé de se rabattre sur l’o barré ; il est proposé pour clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoD ;
  • La case à cocher « ☐ » U+2610 n’est pas dans le JPLM (MLS) mais contribue à son tour à professionnaliser la saisie en évitant à l’utilisateur pressé de se rabattre sur d’autres symboles du clavier ; elle est proposée pour clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoò (n’ayant pu rester sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoL) et donne avec clavier bépoê « ☒ », avec clavier bépoêclavier bépoê « ☑ », et avec d’autres touches mortes « ❑|❏|❒|❐|❍ ».


Symboles retirés

Par contre, il faudrait voir s’il serait possible de ne plus placer sur des touches les ponctuations et symboles suivants :

  • Les ponctuations tournées espagnoles sur les claviers multilingues ont probablement surtout une fonction de représentation, puisqu’avec elles il faudrait aussi le clavier bépoñ, et que la plupart du temps elles occupent de bonnes places pour zéro utilisation ; on propose donc :
  1. De les mettre justement dans la touche morte tilde : clavier bépoõclavier bépo?, clavier bépoõclavier bépo! ;
  2. Et de les doubler dans le groupe tertiaire : clavier bépo³clavier bépo?, clavier bépo³clavier bépo! ;
  3. Ainsi que, pour l’ergonomie, dans la touche morte monétaire[90] : clavier bépo¤clavier bépo?, clavier bépo¤clavier bépo!.
  • Les symboles inférieur ou égal à et supérieur ou égal à n’ont plus trouvé place à cause des guillemets-chevrons simples avec EFI. Ils existent en deux variantes (barre droite, barre inclinée) encodées chacune à part. Celle en usage en France, soutenue par l’Afnor, n’est pas dans toutes les polices de caractères ; elle est dans le groupe tertiaire : clavier bépo³clavier bépo<, clavier bépo³clavier bépo>. Les deux variantes sont en compose : clavier bépoComposeclavier bépo<clavier bépo< pour « ⩽ »[91], clavier bépoComposeclavier bépo<clavier bépo_ pour « ≤ » ;
  • Le symbole d’inégalité « ≠ » est proposé au retrait de l’accès direct afin de pouvoir disposer de la place en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo= pour la touche morte rond en chef. Le symbole « ≠ » s’obtient de manière intuitive par la touche morte barré, et de manière ergonomique par la touche morte accent aigu (nouvellement en accès direct). C’est aussi une question de fréquences : normalement, « ≠ » est d’usage moins fréquent que « ± » (qui est dans Latin-1, contrairement à « ≠ »). S’y greffent des raisons symboliques : il vaut mieux éviter de symboliser l’inégalité sur un clavier français ;
  • Le guillemet-virgule simple tourné U+2018, qui sur le bépo 1.0 est placé en position appariée (avec le guillemet-virgule simple U+2019), est proposé à l’enlèvement, car il sert surtout en anglais britannique et s’obtient bien plus ergonomiquement par la touche morte accent grave si celle-ci est en accès direct (comme sur cette proposition) : ainsi peut-on ouvrir les guillemets simples par clavier bépoòclavier bépo' (ou en allemand, par clavier bépoëclavier bépo') et les fermer par l’apostrophe clavier bépo (ou par clavier bépoòclavier bépo' ; cf. Des ponctuations et symboles par touches mortes) ;
  • Les symboles internationaux droit d’auteur, marque déposée, marque commerciale se trouvent certes traditionnellement en touches vives sur toutes les dispositions de clavier complètes, mais – contrairement à « ⌀ » voire « ☐ » – ont des usages plus spéciaux ; cette proposition les a dans le compose de la disposition de clavier, et ainsi le bépo continue de les prendre en charge (clavier bépoComposeclavier bépooclavier bépoc pour « © », clavier bépoComposeclavier bépooclavier bépor pour « ® », clavier bépoComposeclavier bépotclavier bépom pour « ™ ») ;
  • Les fractions « ¼, ½, ¾ » sont très importantes mais ne représentent qu’un petit choix – bien que pertinent[92] – parmi les fractions précomposées d’Unicode. Celles-ci sont toutes dans le COMPOSE de manière ergonomique puisque clavier bépoCompose est au même niveau que les chiffres ;
  • le signe négation U+00AC a été trimbalé et finalement rayé de la carte parce que lors des discussions, son maintien n’était pas particulièrement souhaitable vu son isolement thématique (il manque les opérateurs logiques, déjà) ;
  • La barre brisée U+00A6 a été discutée sur la ML et vouée à l’abandon vu son manque d’utilité, n’étant qu’un caractère alias qui ne sert pas en programmation, voire dont le glyphe est utilisé dans certains environnements pour représenter la vraie barre verticale U+007C ; mais étant dans Latin-1, elle avait été choisie en attendant mieux. Aussi cette proposition y place-t-elle la touche morte brève (dans une position moins ergonomique mais plus mnémonique, en réutilisant l’autre place pour le mini-pavé multilingue).

L’accès aux ponctuations par touches mortes classiques est traité de manière plus systématique dans la section Des ponctuations et symboles par touches mortes plus bas, tandis que leur obtention par compose sera évoquée dans Le Compose de la disposition.


Lettres

Le support de tous les caractères de l’écriture latine n’est pas en question. Il est assuré de toute manière par touches mortes (compose, groupes, et touches mortes classiques). Il s’agit cependant de rester fidèle à l’esprit hérité des claviers multilingues, repris par le bépo, qui s’exprime à travers l’intégration d’un certain nombre de lettres étrangères dans la carte de base.

Le défi consiste dès lors à reprendre ces lettres du bépo 1.0 pour la continuité de la première impression visuelle et de l’expérience utilisateur. Cette proposition emprunte une voie moyenne en gardant seulement les trois lettres Ə, IJ et ẞ sur la carte de base, tandis que l’ed et le thorn sont relégués dans le groupe[93] suivant, où ils sont accessibles par clavier bépo³clavier bépoD et clavier bépo³clavier bépoT. En ce qui concerne ces deux dernières lettres, elle se conforme à la norme internationale ISO/IEC 9995, et elle adopte une démarche similaire à celle de la proposition de version 1.1.

Ce faisant, cette version 2.0 propose de réunir les trois lettres gardées – schwa, digramme ij, eszett – au sein d’un mini-pavé multilingue. Si ce terme est critiquable (accès en clavier bépoPro et non direct ; seulement une suite de trois touches), il pourrait rester valable (vu son épithète « mini- ») afin de tâcher de contribuer à réparer le dommage causé par l’explosion du pavé mathématique beaucoup plus grand sur les touches clavier bépo6 à clavier bépo% (touche clavier bépoPLUS) du bépo 1.0.

Plus en détail, cette proposition conserve actuellement sur la carte de base les lettres suivantes :

  • L’s long « ſ »᷂ (utilisé dans des orthographes françaises historiques, cf. la discussion sur la ML) est rendu plus accessible (il descend d’un niveau) sur une touche (clavier bépoPro+clavier bépoF) à mnémonique graphique (surtout par rapport à la minuscule « f »). Mais grâce à la touche morte accent grave en accès direct, la saisie par le roulement clavier bépoòclavier bépos offre une ergonomie comparable ;
  • Le digramme ij reste inchangé en clavier bépoPro+clavier bépoj, bien que sa saisie par clavier bépoòclavier bépoj soit aussi possible (ainsi que bien sûr par clavier bépoComposeclavier bépoiclavier bépoj) ;
  • L’eszett « ß » n’a pu rester sur clavier bépoPro+clavier bépos, mais il est proposé pour la touche de la lettre de sa deuxième composante étymologique et typographique, le clavier bépoZ. Cela dit, cette lettre allemande bénéficie en même temps d’une saisie cohérente avec les umlauts, par la touche morte tréma : clavier bépoëclavier bépos.
  • Le schwa « ə/Ə » se décale d’une touche sur clavier bépoW, où il a le triple avantage de rester sur la carte de base[94], de se retrouver sur une touche dont la lettre apparaît dans la graphie internationale de son nom[95], et de clore le mini-pavé multilingue. Il n’en reste pas moins que le schwa est de plus accessible aussi bien par clavier bépo³clavier bépow que par clavier bépoComposeclavier bépoeclavier bépoe.


Cependant, cette proposition de version 2.0 suit la proposition de version 1.1 en ne plaçant plus sur des touches vives ces deux lettres islandaises incluses dans Latin-1 :

  • L’ed « ð/Ð », accessible aussi bien par clavier bépo³clavier bépod que par clavier bépoComposeclavier bépodclavier bépoh et clavier bépoComposeclavier bépohclavier bépod, autant dire, par clavier bépoCompose suivi d’une pression simultanée sur clavier bépod et clavier bépoh ;
  • Le thorn « þ/Þ », accessible aussi bien par clavier bépo³clavier bépot que par clavier bépoComposeclavier bépotclavier bépoh[96] et clavier bépoComposeclavier bépohclavier bépot, autant dire, par clavier bépoCompose suivi d’une pression simultanée sur clavier bépot et clavier bépoh.


Par contre, ce projet de version 2.0 propose d’ajouter les lettres suivantes, mais uniquement pour meubler les niveaux clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt, clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt, clavier bépoPro+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt (et clavier bépoPro+clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt) sous Windows où ces niveaux périphériques aident à pallier un tout petit peu le manque de fonctionnalité des touches mortes (cf. Niveaux AltGr ou Ctrl+Alt auxiliaires en périphérie) :

  • Le trigramme breton cʼh composé avec la lettre apostrophe U+02BC, sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo9 (la touche clavier bépoÇ proposée), alors que sous les autres OS, il sera en clavier bépoêclavier bépoq ; avec majuscule initiale, il est en clavier bépoPro+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo9, et en tout-en-capitales il est en clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo9, et en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo9 si la bascule clavier bépoVerrCap est active ;
  • Le h avec macron souscrit « ẖ/H̱ » sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo4, parce que sa majuscule n’existe pas sous forme précomposée dans Unicode alors qu’elle est utilisée en transcription normalisée de l’arabe, et que Windows ne peut sortir par touche morte que sa minuscule ;
  • Le t avec tréma « ẗ/T̈ » sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo7, parce que sa majuscule n’existe pas sous forme précomposée dans Unicode alors qu’elle est utilisée en transcription normalisée de l’arabe, et que Windows ne peut sortir par touche morte que sa minuscule ;
  • Le coup de glotte « ɂ/Ɂ » et « ʔ » (unicaméral) sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo2, clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo2 et clavier bépoPro+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo2, car il est indispensable pour écrire un certain nombre de langues aborigènes du Canada ; mais il s’obtient mieux par clavier bépoáclavier bépoè et clavier bépoáclavier bépoÈ pour la variante bicamérale, et clavier bépoáclavier bépo7[97] pour la variante unicamérale, en plus d’être en clavier bépoComposeclavier bépo7clavier bépom/clavier bépoM/clavier bépou ;
  • Le yogh « ȝ/Ȝ » sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo3 et clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo3 parce qu’il s’utilise en transcription préférée de l’arabe ; mais son mode de saisie préféré est clavier bépoComposeclavier bépogclavier bépog[98] ;
  • L’epsilon latin « ɛ/Ɛ » sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo8 et clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo8, car il est souvent doublé, ce qui rend sa saisie par touche vive intéressante ;
  • L’o ouvert « ɔ/Ɔ » sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo0 et clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo0, car il est souvent doublé lui aussi ;
  • L’abréviation numéro « nᵒ/Nᵒ/nᵒˢ/Nᵒˢ » sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo= et clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo= pour le singulier, et clavier bépoPro+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo= et clavier bépoPro+clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo= pour le pluriel. Sous les autres systèmes, ces séquences seront accessibles par la touche morte rond en chef.


Les différents modes d’accès aux chiffres

Comme expliqué sous le titre Problème d’accessibilité des chiffres, l’accès aux chiffres pose de multiples défis en termes d’ergonomie. On va donc voir ce qu’il en est concrètement de ce côté.

Les chiffres sur le bloc alphanumérique

Le présent projet de version 2.0 propose (cf. Problème d’accessibilité des chiffres) :

  1. d’ajouter la 4ᵉ bascule, qu’on peut appeler clavier bépoVerrPro (pour la France), et qui devrait devenir partie intégrante de la norme internationale ISO/CEI 9995 – vu sa grande utilité pour de nombreux pays ;
  2. d’élever les chiffres d’un niveau (implémenté d’une manière non-problématique) pour obtenir à la fois une colonne clavier bépoBase-clavier bépoMaj sur chaque touche, et un accès aux chiffres en clavier bépoPro mais aussi (sur la moitié droite) par une modificatrice clavier bépoNum à gauche ;
  3. de transformer la touche 105[99]en une modificatrice clavier bépoNum, qui active un agencement des chiffres en pavé, accompagné de fonctionnalités supplémentaires recouvrant tout le bloc alphanumérique. Cf. l’actuelle proposition de carte pour le bépo 2.0.

Les chiffres sur le pavé numérique

Pendant que sous Mac OS, le pavé numérique est dédié aux chiffres, sous Windows il est toujours fait pour un usage hybride, pour les utilisateurs d’anciens claviers sans pavé d’édition (T inversé et touches d’édition), et pour une partie de ceux qui posent un pavé numérique externe du côté opposé à la souris[100]. Cet usage polyvalent du pavé numérique sous Windows, avec une touche intégrée pour basculer entre les fonctions d’édition et les chiffres – avec les premières en clavier bépoMaj dans le second cas – est ambivalent :

  • Du point de vue ergonomique, il est fondamentalement bénéfique, dans le cas du remplissage de tableaux numériques dans les tableurs, avec la possibilité de naviguer, mais cette ergonomie est oblitérée par l’absence de touche de correction clavier bépoRetour arrière, car pour corriger une saisie, il faut d’abord déplacer le curseur vers la gauche avant de supprimer vers la droite ;
  • Du point de vue typographique, il est néfaste à cause de la désactivation des niveaux en clavier bépoMaj quand clavier bépoVerrNum est active.

Or en clavier bépoMaj sur le pavé numérique, on peut avoir :

  1. La virgule, sur la touche du séparateur décimal clavier bépo.. On propose en plus de rendre cette touche sensible à la bascule clavier bépoVerrCap, afin qu’à bascule allumée, la touche du séparateur décimal produise la virgule[101] ;
  2. Le séparateur de milliers français – l’espace fine insécable – sur la touche clavier bépo7, quand le clavier est en mode Langues, et en mode Programmeur le préfixe « \u » ;
  3. Les chiffres hexadécimaux A sur clavier bépo2, B sur clavier bépo3, C sur clavier bépo5 et ainsi de suite en deux colonnes, en majuscules quand le clavier est en mode Langues, pour l’écriture des unicodes en texte courant, et en minuscules quand le clavier est en mode Programmeur — quoique selon la règle, il peut être préférable de toujours les garder en majuscules, d’autant plus sur un clavier francophone qui traditionnellement produit les majuscules avec les chiffres ;
  4. Les opérateurs typographiques « −, ×, ÷ » sur les touches des opérateurs en mode Langues, et les parenthèses et le « ^ » en mode Programmeur ;
  5. Le signe égal[102] sur la touche du clavier bépo+ dans les deux modes (avec possibilité d’accéder aux symboles de valeur approchée en clavier bépoPro et clavier bépoMaj+clavier bépoPro) ;
  6. Le symbole plus ou moins sur clavier bépo4, très mnémonique par rapport à la forme de ce chiffre, en mode Langues, et « \x » en mode Programmeur ;
  7. Les double et triple zéros « 00 » et « 000 » sur clavier bépo0 et clavier bépo1 en mode Langues, et les préfixes « 0x » et « &#x » en mode Programmeur (avec le « ; » en clavier bépoMaj sur clavier bépo.).
Le pavé numérique en mode Langues :
Verr
Num
÷ ^
/ /
× (
* *
)
- -
\u
7 7
E e
8 8
F f
9 9
=
+
± \x
4 4
C c
5 5
D d
6 6
000 0x
1 1
A a
2 2
B b
3 3
00 &#x
0 0
, ;
. .
Légende : Les touches au bord gauche rouge pastel sont sensibles à la bascule clavier bépoVerrPro. Ce sont toutes les touches à caractères du pavé numérique physique sauf la touche clavier bépo+.
Quand clavier bépoVerrPro est active, soit en mode Programmeur, la moitié gauche des touches n’est pas valable, et ce sont les caractères en bas à droite sur les touches qui sont en accès direct.

Ce qui ressemble à une barre verticale mauve «  » sur la touche clavier bépo7 est l’espace fine insécable, qui est le séparateur de milliers. En saisissant un nombre, par exemple un montant, on appuie sur clavier bépoMaj[103] au niveau des séparateurs de milliers et sur clavier bépo7, et aussi pour le triple zéro en clavier bépoMaj+clavier bépo1, pour la virgule en clavier bépoMaj+clavier bépo.), et pour le double zéro en clavier bépoMaj+clavier bépo0[104].

La touche du séparateur décimal est sensible à la bascule clavier bépoVerrCap. Quand clavier bépoVerrCap est active, c’est la virgule qui est en accès direct, et le point est en clavier bépoMaj[105].

La touche bascule clavier bépoVerrNum ne sert plus sur les claviers de bureau qu’à déverrouiller le pavé numérique, faute de quoi la modificatrice clavier bépoMaj est désactivée (du fait que les fonctions d’édition sont désactivées par défaut, cf. ci-après).
L’administrateur peut la convertir en clavier bépoRetour arrière[106].

… et en mode Programmeur :
Verr
Num
^
/
(
*
)
-
\u
7
e
8
f
9
=
+
\x
4
c
5
d
6
0x
1
a
2
b
3
&#x
0
;
.

Désactivation des fonctions d’édition du pavé numérique

On observe que sur le pavé numérique intégré des claviers compacts sous Windows, la touche « Fonction » clavier bépoFn donne accès aux fonctions d’édition du pavé numérique, non imprimées sur les touches, et de fait présentes sur des touches dédiées plus complètes (avec clavier bépoRetour arrière !), mais non aux chiffres, alors qu’elle donne bien accès aux opérateurs. Sur les dispositions de clavier fournies avec Windows, clavier bépoFn ne donne jamais accès aux chiffres de ces pavés numériques intégrés, pour la simple raison que la bascule clavier bépoVerrFn/Num est toujours couplée avec la bascule clavier bépoVerrNum, de sorte que quand les chiffres seraient accessibles par clavier bépoFn, il n’est plus besoin d’appuyer sur clavier bépoFn puisqu’elle est verrouillée (sur les touches appartenant au pavé numérique intégré).

On en déduit que ces fonctions d’édition sont considérées comme assez utiles pour être accessibles en clavier bépoFn, mais pas assez pour être accessibles en accès direct. Or dans les navigateurs par exemple, faire défiler d’une seule main est intéressant, aussi sur clavier compact…

D’où deux desiderata :

  1. Sur les claviers compacts, une bascule Verrouillage Fonction sur pavé numérique clavier bépoVerrFn/Num est indispensable pour une ergonomie correcte. Elle peut être ajoutée par exemple sur clavier bépoFn+clavier bépoMaj droite. La bascule couplée clavier bépoVerrNum&clavier bépoVerrFn/Num quant à elle serait plus avantageuse sur clavier bépoFn+clavier bépoVerrCap, car elle y est plus accessible. Ainsi la touche clavier bépoVerrNum redeviendra sur les claviers compacts ce qu’elle est sur tous les autres claviers, et rien que cela ;
  2. Sur les pavés numériques avec fonctions d’édition, la touche « Suppression » sur clavier bépo. devrait être complétée par son équivalent symétrique, la touche « Retour arrière », peut-être sur clavier bépo-, voire sur clavier bépo+ (avec moins de logique de placement, mais davantage d’ergonomie. Ou sur clavier bépo5, car l’agencement actuel du pavé d’édition est sous-optimal, avec ses touches directionnelles non en T inversé, les touches de défilement espacées (clavier bépo3 et clavier bépo9), une touche clavier bépo5 inutilisée en pratique[107], mais aucune touche d’effacement arrière. Une alternative est facile à imaginer, où le T inversé serait sur clavier bépo1clavier bépo2clavier bépo3 et clavier bépo5, clavier bépoInsérer sur clavier bépo8, et clavier bépoRetour arrière sur clavier bépo0.

Malheureusement, jamais aucun constructeur n’a implémenté l’une quelconque de ces deux fonctionnalités sur les claviers standard ou compacts pour Windows, et encore moins les deux en même temps. Plutôt que de chercher à comprendre, je propose de ne plus rien attendre, et de prendre des mesures de notre côté.

L’utilité des fonctions d’édition du pavé numérique est proche de zéro, voire en-dessous de zéro dans la quasi-totalité des utilisations[108]. Sur les claviers de bureau PC 104 et 105, ces touches sont trop éloignées, vu la présence du pavé d’édition, et trop anti-ergonomiques comparées au T inversé, ce qui conduit non seulement Apple à ne pas les implémenter sous Mac OS, mais aussi les administrateurs sous Windows à paramétrer les ordinateurs de bureau pour verrouiller NumLock automatiquement au démarrage[109].

Pour toutes ces raisons, la désactivation des fonctions d’édition sur le pavé numérique est proposée. Cela est tout à fait faisable par l’ajout d’une dizaine de lignes dans la source en-tête des pilotes de disposition, et les tests pratiques sont concluants[110].

Probablement, une disposition qui supporte les fonctions d’édition du pavé numérique au détriment de l’utilisabilité du pavé numérique proprement dit, répond à des demandes particulières de la part d’utilisateurs qui ont un usage non-standard. Si la proposition ci-dessus est acceptée, le bépo pourrait se décliner en une variante avec ces fonctionnalités au même titre qu’il existe avec keycodes azerty et avec keycodes qwertz.

Chiffres en exposant et en indice

Dans les polices de caractères proportionnelles où les exposants et indices sont harmonisés avec les fractions[111], les exposants et indices fonctionnent avec la barre de fraction U+2044 pour former des fractions du même style que les fractions préformatées comme « ½ ». LaTeX et les logiciels de PAO wysiwyg ont des fonctionnalités pour faire représenter de telles fractions à partir de chiffres ASCII, et les traitements de texte permettent des macros au même effet[112], mais toutes ces méthodes rendent l’utilisateur prisonnier du ou des logiciels et des différents environnements supportés, alors qu’il devrait pouvoir garder la liberté de préférer la simplicité en recourant aux moyens disponibles en texte seul. Pour une fraction avec barre oblique, on peut en effet saisir le numérateur en exposant(s), faire suivre la barre de fraction U+2044 qui a un crénage spécialement conçu pour cette utilisation, et de terminer par le dénominateur tapé en indice(s). Or même cette option est susceptible de faire l’objet d’une saisie par autocorrection[113], ce qui rend l’utilisateur encore dépendant d’un logiciel, même si le résultat cesse de l’être et peut être utilisé librement dans tout environnement à jour d’Unicode. Le bépo va plus loin en offrant les exposants et indices à la saisie. Il reste d’ajouter la barre de fraction U+2044.

Pour la nouvelle version, on propose d’avoir les exposants et les indices ainsi que la barre de fraction aussi sur le pavé numérique physique (sous Windows en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt et en clavier bépoMaj+clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt).


Le mode Programmeur

Si le but est de s’exprimer dans une langue comme le français ou l’anglais avec une tymographie à jour et non en style dactylographique, la disposition de clavier doit s’adapter dans une mesure qui la rend hors d’usage pour coder efficacement. Voire, en programmation, l’accès direct aux chiffres est souvent apprécié, car il évite d’actionner la bascule clavier bépoVerrCap de manière excessive[114], même si ce n’est pas la seule raison pourquoi les programmeurs français sont nombreux à préférer l’US-qwerty.

Les discussions sur la ML ont démontré que l’absence des chiffres de l’accès direct n’est pas un problème pour les développeurs bépoètes. Néanmoins cette proposition explore la présence éventuelle d’une marge d’optimisation. Elle offre donc un mode Programmeur où toutes les touches sauf celle de l’apostrophe (qui a le point d’interrogation en clavier bépoMaj) ont en accès direct un caractère utilisé en programmation. Cela vaut aussi pour le niveau clavier bépoMaj du mode Programmeur, sauf sur la rangée des chiffres à l’exception du « + », et sur la touche baladeuse clavier bépo$ (ex-clavier bépoÇ) :

Mode Programmeur : carte des 95 caractères imprimables ASCII en accès direct, en clavier bépoMaj et en clavier bépoPro :

╔════╗────┬────╔════╤════╗────┬────┬────┬────╔════╤════╗────┬────╔══════════╗
║Verr║    │    ║    │    ║    │    │    │    ║    │    ║    │ +  ║          ║
║ Pro║ 1  │ 2  ║ 3  │ 4  ║ 5  │ 6  │ 7  │ 8  ║ 9  │ 0  ║ =  │ @ %║ ←‒‒‒‒    ║
╠════╩══╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗─┴──╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗═╚══╦═══════╣
║ |←‒‒‒ ║ B  │ %  │ P  │ O  │ `  ║ ^  ║ V  │ D  │ L  │ J  │ Z  ║ W  ║    |  ║
║ ‒‒‒→| ║ b  │ _  │ p &│ o  │ '  ║ "  ║ v  │ d  │ l  │ j  │ z  ║ w  ║ ←‒‒┘  ║
╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╦═══╝┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗───╚╗      ║
║ Verr   ║ A  │ U  │ I  │ E  │ ;  ║ C  │ T  │ S  │ R  │ N  │ M  ║    ║      ║
║  Cap   ║ a (│ u )│ i |│ e  │ , \║ c #│ t {│ s }│ r [│ n ]│ m  ║ $  ║      ║
╠══════╦═╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴══╤═┴──┬─╚══╗─┴══╤═┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔═╝──══╩══════╣
║  /\  ║    ║ Y  │ X  │ :  │ !  │ K  ║ ?  │ Q  │ G  │ H  │ F  ║       /\    ║
║  ||  ║ Num║ y <│ x >│ . /│ - *│ k ~║    │ q  │ g  │ h  │ f  ║       ||    ║
╠══════╩╦═══╩═╦══╧═══╦╧════╧════╧════╩════╧════╧╦═══╧══╦═╧═══╦╩═════╦═══════╣
║       ║     ║      ║                          ║      ║     ║      ║       ║
║ Ctrl  ║ Sys ║ Alt  ║ [espace]                 ║ Pro║ Sys ║ Menu ║ Ctrl  ║
╚═══════╩═════╩══════╩══════════════════════════╩══════╩═════╩══════╩═══════╝

À cela s’ajoutent les caractères accessibles tant que clavier bépoNum est pressée, comme ils figurent sur la carte Programmeur complète.

En effet, toutes les touches portant des caractères qui ne servent pas en programmation sauf la touche de l’apostrophe sont elles aussi soumises à la bascule clavier bépoVerrPro, en plus des touches des chiffres. Sur ces touches, le caractère en clavier bépoPro sera en accès direct, à l’instar des chiffres, quand clavier bépoVerrPro est active. Le clavier est ainsi mis dans un état qui le rend propice au codage.

L’avantage par rapport à une disposition Programmeur est la facilité avec laquelle on accède aux ressources pour écrire sa langue, à commencer par les commentaires s’ils ne sont pas en anglais ASCII, mais en particulier pour rédiger les sorties de l’interface utilisateur. Inversement, en cas d’utilisation majoritaire en mode Langues, il est possible de basculer à tout moment vers le mode Programmeur, par exemple pour écrire des noms de fichier ou des adresses mail ou internet, avec en accès direct le tiret bas et deux guillemets informatiques (simple et double, l’inverse étant en clavier bépoMaj) en plus des chiffres et lettres et du $ (et « @ » et « = » toujours).

Sur le plan de l’ergonomie, la carte proposée pour le mode Programmeur se distingue par la limitation des niveaux au seul accès direct sur la rangée des chiffres sauf sur la touche à gauche de clavier bépoRetour arrière, qui est la touche clavier bépoPLUS et où le « + » est en clavier bépoMaj (mais il est aussi en clavier bépoNum+clavier bépoN[115]). Elle se caractérise au contraire par l’utilisation du niveau clavier bépoPro sur les deux tiers des touches de la rangée de repos ainsi que sur la moitié gauche des rangées adjacentes. Le « % » est doublé de sorte qu’il soit en clavier bépoMaj, et qu’ainsi en mode Programmeur tous les caractères en clavier bépoPro hors des positions de repos et de clavier bépoC soient sur la moitié gauche du clavier (ou qu’ils y soient doublés). En cela, cette proposition se rapproche du bépo 1.0 où même aucun caractère informatique en clavier bépoAltGr n’est sur la moitié droite.

Un défaut est l’absence de caractère ASCII en accès direct sur la touche de l’apostrophe, qui a le point d’interrogation en clavier bépoMaj et le même avec EFI en clavier bépoMaj+clavier bépoPro, et n’a de ce fait pas pu être soumise à la bascule clavier bépoVerrPro. On peut considérer comme un idéal d’y avoir le guillemet simple informatique. Sur le bépo, cela nécessiterait d’avoir deux cartes entières à basculer, et la modificatrice sur Pro ne peut plus être 0x08 (Kana). En conséquence, il manquerait une modificatrice si l’on maintient les autres fonctionnalités. Si les deux “apostrophes” sont accessibles de la même manière en fonction du mode, l’utilisateur risque davantage d’être surpris d’avoir la “mauvaise” puisqu’il n’y a aucun témoin lumineux ou autre pour clavier bépoVerrPro. Actuellement en mode Programmeur, l’« apostrophe droite » est rapprochée de l’autre guillemet informatique, ce qui ne manque pas de logique non plus.

En complément, on peut aussi utiliser le pavé numérique émulé, dont la carte est reprise un peu plus bas, avec les caractères ASCII en bleu.

Le manque de témoin lumineux pour cette bascule Programmeur clavier bépoVerrPro peut être pallié de manière pragmatique en procédant à un essai sur une touche sensible. Sans doute plus anecdotique est la facilité qui apparaît dans la plupart des programmes qui acceptent la saisie, quand on appuie sur clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépoRetour arrière : cela produit une entrée de texte qui est « PRO_0 » si clavier bépoVerrPro est éteinte, et « PRO_1_VERROUILLÉ » si elle est active. L’utilité de la précision « _VERROUILLÉ » est de rendre l’état reconnaissable quand le texte est masqué, comme dans un champ de mot de passe. Cela fonctionne dans Internet Explorer, mais non dans Firefox, où par ailleurs clavier bépoVerrPro est prise en compte.

Cf. La nouvelle bascule Programmeur


Le mode pavé numérique émulé

Autre pierre dans l’édifice de la multimodalité, le mode pavé numérique est un état éphémère en ce qu’il ne dispose pas d’une bascule, impactant ainsi l’ergonomie d’un côté mais l’améliorant de l’autre par la rapidité de l’activation et de la désactivation ainsi que l’intuitivité de la connaissance de l’état (nul besoin de consulter un témoin lumineux).

Le mode pavé numérique émulé est actif tant que la modificatrice clavier bépoNum est pressée.

Carte actuellement proposée pour le pavé numérique émulé étendu :
Légende : caractère(s) ASCII

╔════╗────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────╔══════════╗
║Verr║    │    │    │    │    │    │    │    │    │    │    │    ║          ║
║ Pro║ ≈  │ ″  │ ′  │ °  │ EF7890  │ ‰  │ %  ║ ←‒‒‒‒    ║
╠════╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╥─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─╚══╦═══════╣
║ |←‒‒‒ ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    │    │    ║    |  ║
║ ‒‒‒→| ║ &#x;  │ ±  │ √  │ CD456-*^  ║ ←‒‒┘  ║
╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╨╥───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗      ║
║ Verr   ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    │    │    ║      ║
║  Cap   ║ ()  │ ≃  │ ᵉ  │ AB123+  │ €  │ $  ║      ║
╠══════╦═╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴══╤═┴──┬─╨──╥─┴══╤═┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔═╧════╩══════╣
║  /\  ║    ║    │    │    │    │    ║    │    │    │    │    ║       /\    ║
║  ||  ║ Num║ U+ │ ×  │ ÷  │ −  │ 000000,./  ║       ||    ║
╠══════╩╦═══╩═╦══╧═══╦╧════╧════╧════╩════╧════╧╦═══╧══╦═╧═══╦╩═════╦═══════╣
║       ║     ║      ║                          ║      ║     ║      ║       ║
║ Ctrl  ║ Sys ║ Alt  ║ [espace fine insécable]  ║ Pro║ Sys ║ Menu ║ Ctrl  ║
╚═══════╩═════╩══════╩══════════════════════════╩══════╩═════╩══════╩═══════╝

Cf. La nouvelle modificatrice Num

Carte Programmeur complète

Cette carte inclut les caractères du pavé numérique émulé, pour représenter l’accessibilité de tous les caractères (ASCII) utiles pour coder. Sur cette carte, les séquences « 00 », « 000 », « &#x » et « U+ » ne sont pas reprises.

Carte Programmeur : carte complète des 95 caractères imprimables ASCII :
Légende : bleu = en clavier bépoNum

╔════╗────┬────╔════╤════╗────┬────┬────┬────╔════╤════╗────┬────╔══════════╗
║Verr║    │    ║    │    ║   EF7890║    │ + %║          ║
║ Pro║ 1  │ 2  ║ 3  │ 4  ║ 5  │ 6  │ 7  │ 8  ║ 9  │ 0  ║ =  │ @ %║ ←‒‒‒‒    ║
╠════╩══╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗─┴──╔═╧══╤═╝──┬─┴──┬─╚══╤═╧══╗═╚══╦═══════╣
║ |←‒‒‒ ║ B  │ % ;│ P  │ O  │ ` C║ ^ D║ V 4│ D 5│ L 6│ J -│ Z *║ W ^║    |  ║
║ ‒‒‒→| ║ b  │ _  │ p &│ o  │ '  ║ "  ║ v  │ d  │ l  │ j  │ z  ║ w  ║ ←‒‒┘  ║
╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╦═══╝┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗───╚╗      ║
║ Verr   ║ A (│ U )│ I  │ E  │ ; A║ C B│ T 1│ S 2│ R 3│ N +│ M  ║   $║      ║
║  Cap   ║ a (│ u )│ i |│ e  │ , \║ c #│ t {│ s }│ r [│ n ]│ m  ║ $  ║      ║
╠══════╦═╩══╗─┴──┬─┴──┬─┴══╤═┴──┬─╚══╗─┴══╤═┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔═╝──══╩══════╣
║  /\  ║    ║ Y  │ X  │ :  │ !  │ K  ║ ?  │ Q 0│ G ,│ H .│ F /║       /\    ║
║  ||  ║ Num║ y <│ x >│ . /│ - *│ k ~║    │ q  │ g  │ h  │ f  ║       ||    ║
╠══════╩╦═══╩═╦══╧═══╦╧════╧════╧════╩════╧════╧╦═══╧══╦═╧═══╦╩═════╦═══════╣
║       ║     ║      ║                          ║      ║     ║      ║       ║
║ Ctrl  ║ Sys ║ Alt  ║ [espace]                 ║ Pro║ Sys ║ Menu ║ Ctrl  ║
╚═══════╩═════╩══════╩══════════════════════════╩══════╩═════╩══════╩═══════╝


Le mode exposant et les touches d’exposants

Pour les abréviations françaises, qui sont souvent sans aucun signe de ponctuation indiquant qu’il s’agit d’une abréviation, les exposants sont porteurs de sens. Il est donc légitime de les prendre dans les lettres en exposant encodées dans Unicode. Ces lettres sont mappées au niveau clavier bépoMaj+clavier bépoNum, sur toutes les touches marquées d’une lettre de l’alphabet de base sauf le q (cf. Exposants et Indices).

Sur une disposition ergonomique, l’accès à ces lettres en exposant se doit d’être facile. Pour la version 2.0 il y a par conséquent dans cette proposition :

  • Un niveau minuscule en exposant où toutes les touches de lettres produisent le caractère Unicode de leur minuscule sauf le Q, où apparaît le message « ^q_n’existe_pas » précédé d’une espace pour s’effacer plus facilement. Ce niveau est clavier bépoMaj+clavier bépoNum ;
  • Une touche exposant e « ᵉ » en clavier bépoNum+clavier bépoE ;
  • Une touche exposant o « ᵒ » en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoN comme « numéro », à côté de l’indicateur ordinal masculin ;
  • Les séquences automatiques « nᵒ », « nᵒˢ », « Nᵒ », « Nᵒˢ » :
    • sous Linux et Mac OS, ces séquences sont dans la touche morte rond en chef accessible par clavier bépoComposeclavier bépo° et en l’occurrence aussi par la touche morte sur clavier bépoMaj+clavier bépoProclavier bépoR (rayé) suivie de clavier bépoN ; la double frappe de la touche morte (ou du clavier bépo° en compose) les donne au pluriel ;
    • sous Windows : clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt+clavier bépo° (touche clavier bépo@ (v2.0) ou clavier bépo= (v1.0)) donne « nᵒ » ; pour l’avoir avec majuscule ajouter clavier bépoMaj ; pour le mettre au pluriel ajouter clavier bépoPro.


Touches mortes

Dans le prolongement des discussions pour la version 1.1, cette proposition de version 2.0 recommande de travailler les touches mortes sur plusieurs axes :

  • Augmenter le nombre de touches mortes en accès direct ;
  • Renforcer la mnémonique ;
  • Virtualiser un nombre suffisant de touches mortes grâce à la fonctionnalité compose ;
  • Optimiser le modèle de fonctionnement ;
  • Ajouter les touches mortes exposant et indice comme dans la proposition de version 1.1 et suite aux discussions sur la ML autour de la touche morte exposant qui fait partie du cahier des charges publié par l’Afnor[116] ;
  • Ajouter une double touche morte sélecteur de groupe donnant accès à dix groupes selon ISO/IEC 9995.


Modèle de fonctionnement des touches mortes classiques

Suite à l’optimisation de l’accessibilité par touches vives des caractères informatiques (cf. Accès direct à des caractères informatiques en mode Langues et Les autres caractères informatiques en Pro), une mise à jour des règles de fonctionnement des touches mortes est proposée pour améliorer la prise en charge d’Unicode et pour optimiser l’ergonomie.

S’il est déjà possible de s’appuyer sur au moins un modèle à suivre existant, plusieurs de ces fonctionnalités appellent une mise à jour d’ISO/IEC 9995 et en particulier, une remise à plat de sa partie 11.

Dans le but d’évaluer leur praticité et de valider leur pertinence, les différents points suivants sont proposés :

  1. Le caractère de touche morte est choisi parmi les caractères ciblés, afin de bénéficier de plusieurs avantages :
    1. Constituant la sortie par défaut sur la plupart des ordinateurs[117], il est toujours facilement reconnaissable et représentatif de la nature de la touche morte ;
    2. Sur certaines touches mortes, surtout l’accent circonflexe clavier bépoê, la sortie par défaut sous Windows – ou son émulation sous Linux et Mac OS – permettent d’abréger la saisie et d’économiser le même caractère en touche vive, c’est-à-dire sur un clavier français, l’clavier bépoê ;
    3. Plusieurs diacritiques espaçants, caractères de touche morte traditionnels, sont nouvellement requis comme caractères d’autres touches mortes et ainsi changent de sens :
      1. Le dit[118] circonflexe « ^ » est nouvellement requis comme caractère de touche morte exposant, afin que les caractères non supportés comme le « C »[119] s’insèrent directement en notation TeX : « ᴬᴮ^Cᴰᴱ^Fᴳ… » ;
      2. Le tilde « ~ » est souhaitable comme caractère de touche morte espace (qui donne accès aux diverses espaces et caractères de formatage)[120], parce qu’en notation TeX il a la signification d’une espace (insécable), et surtout parce que le tiret bas « _ » est nouvellement requis comme caractère de touche morte indice, afin que les caractères non supportés comme le « b » s’insèrent directement en notation TeX : « ₐ_b_c_dₑ… »[121] ;
    4. Les lettres diacritées représentatives améliorent la lisibilité des cartes d’agencement et de toute la documentation sans nécessiter le recours à des artifices tels que proposés dans ISO/IEC 9995 – Partie 10 : La représentation des diacritiques isolés, dont la représentation informatique est compliquée, et dont certains restent forcément peu évidents ;
    5. Évite aux développeurs d’avoir à rechercher des caractères de touche morte ressemblant à des diacritiques qui n’existent pas sous forme isolée.
  2. Un appui sur la barre d’espace après la touche morte produit le diacritique combinant, qui aujourd’hui est de loin le caractère générique le plus utile sur chacune des touches mortes, à condition que la saisie des trois caractères informatiques « ^ », « ~ » et « ` » soit assurée d’une manière ergonomique sur touches vives ;
  3. La ou les forme(s) espaçante(s) du diacritique s’obtiennent en faisant suivre l’une des deux espaces insécables qui sont sur la barre d’espace : clavier bépoMaj+clavier bépoEspace pour l’espace insécable classique (EIC) produisant le diacritique espaçant le plus commun (en général ASCII et/ou Latin-1), clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoEspace ou clavier bépoNum+clavier bépoEspace pour l’espace fine insécable (EFI) qui fait sortir la forme alternative plus spéciale (lettre modificative) si elle existe, sinon la même ;
  4. Les touches mortes peuvent s’enchaîner, en particulier pour permettre à l’utilisateur d’accéder de manière logique à des lettres portant plusieurs diacritiques[122] ;
  5. Les doubles frappes et, plus généralement, les frappes multiples de touches mortes telles qu’elles ont été discutées sur la ML sous l’impulsion d’A2, sont un moyen mnémonique, commode et rationnel d’augmenter la performance du système de touches mortes :
    1. Les diacritiques doubles[123] comme le double accent aigu n’occupent plus de touche morte à eux seuls ;
    2. Les diacritiques souscrits peuvent ainsi être pris en charge de manière simple et mnémonique.
  6. Les combinaisons inutilisées des touches mortes peuvent servir de raccourcis de saisie pour des symboles, voire pour des lettres avec d’autres diacritiques dans un souci de support multilingue, notamment grâce aux touches mortes en accès direct ; exemple : clavier bépoòclavier bépoà ➔ ä ; clavier bépoòclavier bépoè ➔ ö ; clavier bépoòclavier bépoé ➔ ü ; clavier bépoòclavier bépoç ➔ ß. Cf. Des raccourcis pour des lettres étrangères.


Modèle d’agencement des touches mortes classiques

Sur le bépo 1.0, les touches mortes tréma et tilde ont été placées sur la touche de leur caractère de base le plus fréquent. Ce principe directeur n’a pas fait ses preuves, car les doubles frappes qui en sont la conséquence, sont aujourd’hui ressenties comme une gêne et non comme une facilité. Le prix de ce moyen mnémotechnique en termes d’ergonomie est aujourd’hui jugé excessif. Voire, ce qui était conçu comme une facilité se retourne aujourd’hui dans son contraire. Lire le message d’A2 sur la page de discussion de la version 1.1 dans le fil Valse des touches mortes.

Cette nouvelle préconisation d’appliquer l’alternance aussi aux touches mortes, recoupe l’objectif de la présente proposition de consacrer la rangée de repos aux trois principales paires de ponctuations appariées, auxquelles s’ajoutent la barre verticale, la barre oblique inverse, le croisillon et le dollar[124] Au vu de tous ces éléments, il y a quelques chances que les transferts du tréma[125] et du tilde seront vus d’un bon œil, d’autant que les innovations rendues possibles par l’ajustement de la structure de base, ne se limitent pas à ces deux touches mortes.

Nouveau placement du tréma

Sur le bépo 1.0, le tréma en clavier bépoAltGr+clavier bépoI entraînait une double frappe dans le cas de l’« ï », et il rendait aussi la frappe de l’« ö » un peu plus compliquée qu’elle ne devrait l’être en écriture de l’allemand, du suédois… Ce qui à l’époque était conçu comme un avantage mnémotechnique est aujourd’hui remis en question. En conséquence, on peut considérer de transférer le tréma mort sur clavier bépoPro+clavier bépoL, la touche morte barré sur clavier bépoPro+clavier bépoB, et la barre verticale sur l’ancienne place du tréma en clavier bépoPro+clavier bépoI, car on obtient ainsi plusieurs avantages :

  1. La double frappe sur tréma est réservée au tréma souscrit. La fluidité de la frappe des lettres avec tréma normal est assurée, car la main gauche est libre, et même le « ẗ » (utilisé en transcription arabe), bien qu’étant sans alternance de main, n’est pas entravé (contrairement à ce qui serait le cas si le tréma prenait la place de l’hatchek sur clavier bépoProclavier bépoV) ;
  2. L’ergonomie s’accroît aussi pour la barre verticale qui bénéficie désormais d’une position de repos à l’instar des crochets et accolades, ce qui est cohérent avec son utilisation ;
  3. L’ergonomie de la frappe de l’o barré « ø » est maintenue parce que la touche morte et la lettre de base sont sur la même rangée, et celle du symbole d’inégalité « ≠ » par cette touche morte est même accrue. Mais ce dernier point n’entre en considération que si la proposition de ne plus avoir ce symbole sur la carte de base est acceptée (cf. Symboles retirés) ;
  4. La mnémonique par l’initiale sur clavier bépoB qui jusqu’alors servait à la barre verticale était partielle, vu l’appellation de « pipe » que ce caractère porte couramment pour des raisons évidentes[126]. Maintenant, l’accent est mis sur la mnémonique des touches mortes, et il est donc bon que le clavier bépoB puisse accueillir le barré en clavier bépoPro en plus de la brève en clavier bépoMaj+clavier bépoPro.

Nouveau placement du tilde mort

Sur le bépo 1.0, le tilde en clavier bépoAltGr+clavier bépoN entraîne une double frappe dans le cas de l’« ñ ». Il est donc souhaitable que le tilde ne reste pas sur cette touche tout en restant à droite par égard pour l’« ã » et l’« õ », et que la frappe de l’« ɫ » soit aussi correcte. en plus de celle de l’« ñ ». La meilleure place pour cette touche morte est alors sur clavier bépoPro+clavier bépoT. Cela conduit à peser l’agencement des caractères informatiques contre le placement du tilde, afin de voir si un autre placement du tilde mort serait acceptable en vue de préserver l’agencement proposé des caractères informatiques sur la rangée de repos.

Il est probablement difficile de trouver mieux que de donner au tilde la place qu’occupe sur le bépo 1.0 l’hatchek. Avec un tilde mort sur clavier bépoPro+clavier bépoV, l’ergonomie de l’« ɫ » est assez bonne, et celle de l’« ñ » semble correcte, mieux qu’avec le tilde en clavier bépoPro+clavier bépoL. Si l’« ñ » est ainsi malgré tout trop incommode, il pourrait être doublé avec le « j » comme caractère de base, afin d’émuler l’ergonomie d’un placement idéal du tilde en clavier bépoPro+clavier bépoT.

Nouveau placement de l’hatchek alias caron

En cédant sa bonne place au tilde, l’hatchek perd la mnémonique graphique qu’il a en clavier bépoPro+clavier bépoV. Pour ce caractère au nom malmené, une mnémonique graphique est certainement ce qu’il y a de mieux. Vue sous un autre angle, elle n’améliore pas une situation où par la volonté d’un rédacteur en chef britannique d’ISO/IEC 10646, Unicode a été forcé à abandonner le vrai nom d’« HACEK »[127] qu’il avait associé à ce caractère, pour perpétuer l’étiquette « CARON » qui à l’origine était juste un terme technique à usage interne pris dans un manuel de style d’une administration US-américaine. C’est peut-être l’exemple le plus saillant de la dégradation du vocabulaire dont Unicode est devenu victime. Ses utilisateurs peuvent toutefois prendre leurs distances avec les mauvais noms, car Unicode prend soin d’indiquer les noms 1.0 dans les tableaux de caractères codés qu’il publie, partout où ces noms sont plus pertinents que les noms ISO/IEC[128].

Pour faire bénéficier l’hatchek de la mnémonique par l’initiale (voir plus bas Une mnémonique par l’initiale) qui couvre une dizaine de touches mortes, il faut trouver une meilleure place pour l’obèle, qui dans le bépo 1.0 se trouve sur clavier bépoPro+clavier bépoH. Cette meilleure place pourrait être sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoT, n’était le passage au niveau supérieur, à égalité avec le double obèle – forcément moins fréquent – qui demeure sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoH. Si pour l’obèle, la mnémonique avec le clavier bépoT est assurément ce qu’il y a de mieux, tous les autres indicateurs passent au rouge :

  • accès plus compliqué ;
  • perte de l’association avec sa variante à double barre.

Toutefois, rares sont les utilisateurs se servant à la fois de l’obèle et du double obèle, tant il est vrai que le premier figure majoritairement avant les dates de décès. Si la mnémonique de l’obèle sur clavier bépoT est ainsi correcte, c’est surtout du côté de l’ergonomie de l’hatchek que cette mutation doit faire ses preuves. Parmi les inconvénients :

  1. Les touches près d’clavier bépoPro sont réputées malaisées en combinaison avec clavier bépoPro ;
  2. Les indices des chiffres supérieurs à 6 ou 7 par la touche morte hatchek deviennent plus difficiles ;
  3. Et surtout, le « h » existant avec hatchek (« ȟ », utilisé en rromani et en lakota, qui est aussi le caractère de touche morte, pour la mnémonique), on se retrouve avec une touche morte de plus qui est sur l’une de ses lettres de base.

Il faut voir si le « č » ne devient pas plus facile, car avec l’hatchek sur clavier bépoV, c’était du même doigt.

Le nouveau placement du point en chef

Cette dernière situation serait désormais celle du point en chef s’il est placé sur la touche de son initiale, et qu’il est suivi de l’« i » comme en turc. Vaudrait-il alors mieux le laisser en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoI, et trouver une autre place à la nouvelle touche morte indice ?

C’est dire que si « valse des touches mortes » il y a, elle risque de dégénérer en chassé-croisé à l’issue duquel presque rien ne reste comme avant. Il appartient aux responsables et à la communauté d’évaluer les pertes et profits, de faire le bilan, et de se prononcer.

Davantage de touches mortes en accès direct

L’utilisation de la rangée des chiffres pour des lettres en mode Langues permet en même temps d’augmenter le nombre de touches mortes en accès direct pour augmenter toujours plus l’ergonomie. À première vue, le candidat favori serait le tréma, mais il ne sert que très peu en français, tandis que pour l’allemand, il existe d’autres méthodes de prise en charge (cf. Des raccourcis pour des lettres étrangères). On va donc se focaliser sur l’accent aigu et l’accent grave parce que :

  • Ils servent aussi en langues de France ;
  • Ce sont les accents les plus fréquents dans beaucoup de langues ;
  • Ils permettent d’accéder facilement aux guillemets-virgules les plus courants (cf. Des ponctuations et symboles par touches mortes).

Ces deux touches mortes en accès direct sont avantageusement placées sur des touches soumises à la bascule clavier bépoVerrPro afin de pouvoir s’éclipser en mode Programmeur au profit d’un chiffre ou d’un symbole informatique. Leurs places proposées sont :

  • Accent aigu clavier bépoá : sur l’actuelle touche clavier bépo+ (clavier bépo7), avec une mnémonique basée sur la barre oblique du chiffre 7, esquissant le traçé de cet accent, et aussi sur la position de la touche en haut du clavier, comme les sons aigus ;
  • Accent grave clavier bépoò : sur l’actuelle touche clavier bépoç, avec comme éléments mnémoniques la position plus basse de la touche et surtout le fait que le dollar, dont le symbole prend la place de l’accent grave en mode Programmeur (tout en y étant en clavier bépoPro en mode Langues) pèse lourd dans l’économie mondiale. [C’est peut-être chercher la mnémonique un peu loin…]

Sur un clavier ISO, il serait peut-être préférable de permuter ces deux touches mortes, mais sur un clavier ANSI, l’accent aigu se retrouverait sur la touche la moins accessible, alors qu’il est plus fréquent que l’accent grave.


Une mnémonique par l’initiale

Il arrive que des utilisateurs confondent des touches mortes ou peinent à les retrouver, et à plus forte raison à les retenir. Les raisons sont à chercher d’une part dans les graphèmes peu iconiques de la plupart des diacritiques isolés, et d’autre part dans la diversité mnémotechnique de l’agencement des touches mortes du bépo 1.0.

Pour tâcher de résoudre ces problèmes, on propose de considérer les différents points suivants :

  1. Si l’idéal est la prise en charge de tous les caractères latins qui sont dans Unicode, et dont le nombre stagne à environ 1 400, il s’ensuit la nécessité soit d’augmenter le nombre de touches mortes classiques, soit de virtualiser des touches mortes grâce à la fonctionnalité compose. En pratique, seule la dernière option est viable ;
  2. Il se trouve que les séquences compose sont souvent plus mnémoniques que les touches mortes, surtout si ces dernières doivent être apprises sur une carte. Ainsi la touche morte rond en chef, qui devient moins accessible, est doublée par une séquence compose qui utilise le symbole degré, et comme ce dernier et compose sont proposés pour le même niveau clavier bépoPro, la frappe clavier bépoComposeclavier bépo° devient ergonomique en ce qu’elle consiste à taper clavier bépoPro{clavier bépoEspaceclavier bépo=} ;
  3. Certaines touches mortes comme le rond en chef et le tilde ne servent la plupart du temps que pour deux ou trois lettres précomposées, que les utilisateurs intéressés saisiront plus facilement par des raccourcis composés de touches désormais toutes en accès direct, comme clavier bépoáclavier bépoà ➔ å, et clavier bépoáclavier bépoù ➔ ů, ou encore clavier bépoêclavier bépoà ➔ ã, clavier bépoêclavier bépoé ➔ ñ, et clavier bépoêclavier bépoè ➔ õ ;
  4. Les utilisateurs qui n’ont pas intérêt à apprendre ces raccourcis, pratiqueront les langues concernées de manière sporadique ou épisodique, utilisation qui s’accommode de touches mortes peu accessibles, reléguées en clavier bépoMaj+clavier bépoPro pour laisser les bonnes places aux usages majoritaires ;
  5. Certaines paires de touches mortes, comme la cédille et le cornu, et la crosse et l’ogonek, se prêtent à l’unification, parce que les ensembles des caractères de base ont une intersection vide ; de plus, il se trouve dans le premier exemple que leurs noms français ont la même initiale ;
  6. La touche morte crochet en chef peut rentrer dans la catégorie des diacritiques candidats pour un accès par double frappe d’une autre touche morte, en l’occurrence cédille[129], qui se trouve – encore une fois – d’avoir la même initiale ;
  7. Les initiales des noms français des touches mortes permettent en effet de créer une mnémonique forte, uniforme et inoubliable. Le bépo 1.1 l’applique déjà aux touches mortes macron et grec et, d’une certaine manière, cédille.

Sur les 20 touches mortes du bépo 1.0, cette proposition de version 2.0 en retient (actuellement) 17 ; mais en matière de touches mortes pour l’écriture latine, elle en ajoute les 3 nouvelles discutées sur la ML : rayé, exposant, indice. Ainsi elle retrouve le même total. S’y ajoutent la touche morte cyrillique[130], la touche compose et le sélecteur de groupe (dédoublé gauche-droite mais compté pour 1). (Les touches mortes du grec monotonique et du grec polytonique, ainsi que celles pour les alphabets mathématiques se trouvent sur d’autres niveaux et n’entrent pas dans ce décompte.)

  • Touches mortes économisées :
    • double accent aigu : par une double frappe de l’accent aigu ;
    • cornu : par l’unification avec la cédille ;
    • crochet en chef : par la double frappe de la cédille, selon le nouveau principe que la double frappe peut signifier un changement de niveau (suscrit devient souscrit et vice versa) ;
  • Touches mortes ajoutées (cf. les discussions sur la ML et la page Version_1.1) :
    • cyrillique : à l’instar de la touche morte grec (mais ces deux écritures sont aussi sur touches vives) ;
    • exposant : pour la prise en charge des abréviations françaises, cf. Les nouvelles touches mortes Exposant et Indice ;
    • indice : complément logique bien utile, cf. ibid. ;
    • rayé : pour la désunification de la barre horizontale traversante d’avec la barre oblique traversante, notamment à cause de l’L qui existe avec l’une et avec l’autre.

Sur les 21 touches mortes classiques :

  • 12 sont sur la touche de leur initiale, et une (point souscrit) sur l’initiale de son attribut, nommément : Barré, Brève, Cédille, Exposant, Grec, Háček, Indice, Macron, Ogonek, Point en chef, Rayé, point Souscrit, Virgule souscrite ;
  • Parmi les 8 autres :
    • 3 sont en accès direct :
      • Circonflexe,
      • Aigu (nouveau),
      • Grave (nouveau) ;
    • 2 sont en clavier bépoPro avec une bonne ergonomie :
      • Tréma en clavier bépoPro+clavier bépoL,
      • Tilde en clavier bépoPro+clavier bépoV ;
    • 3 sont en clavier bépoMaj+clavier bépoPro ou en clavier bépoMaj avec une bonne mnémonique de rechange :
      • Rond en chef en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo= sur la touche du « ° » ;
      • Cyrillique en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoQ à côté du grec ;
      • Monétaire en clavier bépoMaj+clavier bépoò sur la touche du $.

L’accessibilité globale des touches mortes doit impérativement être maintenue à son niveau actuel, alors que beaucoup de places en clavier bépoPro sont données à des caractères informatiques. Il apparaîtra à l’usage si ce défi aura été correctement relevé. Ce que l’on peut dire dès à présent, c’est que sur les 12 touches mortes en clavier bépoAltGr du bépo 1.0, :

  • 2 (aigu et grave) sont désormais en accès direct,
  • 5 (barré, hatchek, macron, tilde, tréma) restent en clavier bépoPro,
  • 1 (grec) a son contenu doublé sur touches vives. Il reste :
  • 4 touches mortes qui ont leur accessibilité dégradée par l’ajout de clavier bépoMaj :
    • brève,
    • cédille,
    • ogonek,
    • rond en chef.

Cela est à relativiser pour la brève, l’ogonek et le rond en chef, dont les séquences compose sont tout en clavier bépoPro :

  • clavier bépoComposeclavier bépo) a le même effet que la touche morte brève,
  • clavier bépoComposeclavier bépo[[131] a le même effet que la touche morte ogonek ;
  • clavier bépoComposeclavier bépo° a le même effet que la touche morte rond en chef.

De manière plus générale, l’utilisateur peut simuler une douzaine de touches mortes intéressantes par des séquences compose tout en clavier bépoPro. Tous les caractères informatiques en Pro sont transformés en autant de touches mortes quand on appuie en même temps sur la barre d’espace, en commençant par clavier bépoPro puis clavier bépoEspace. Cette nouvelle facilité inespérée devrait dédommager de la perte d’accessibilité dont certaines touches mortes précédemment en clavier bépoAltGr deviennent victimes selon cette proposition.

Un nouveau coup d’œil sur la carte prouve que le bépo comporte ainsi de nombreuses touches mortes bonus (cf. Le Compose de la disposition) :

Proposition provisoire pour le bépo normalisable version 2.0 (Voir avec les info-bulles) :

Prop prov bépo.png

Les nouvelles touches mortes Exposant et Indice

Malgré les différents accès ergonomiques à certains exposants, les touches mortes exposant et indice sont nécessaires et de ce fait prévues sur la proposition de version 1.1, car ce que le bépo contient déjà dans les touches mortes accent circonflexe et hatchek bénéficie par la nature des choses aux chiffres et symboles uniquement. Au vu de tous les accès alternatifs, l’accessibilité des touches mortes exposant et indice peut ne pas être priorisée, au contraire de la mnémonique de leur placement. Elles sont donc proposées au niveau clavier bépoMaj+clavier bépoPro comme suit :

  • Exposant : clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoE, parce que le point en chef est à son tour mnémonisé par son transfert sur la touche de son initiale (clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoP) ; accessible aussi par la nouvelle séquence clavier bépoComposeclavier bépo^[132] ;
  • Indice et petites capitales : clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoI, parce que la touche morte monétaire est ergonomisée grâce au compose en clavier bépoPro+clavier bépoEspace et peut elle-même être transférée sur la touche de l’autre devise (clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoò/clavier bépo$) ; accessible aussi par la nouvelle séquence clavier bépoComposeclavier bépo^clavier bépo^ (principe de la double frappe qui change la hauteur). Aucune majuscule n’a en effet été encodée en indice.

Comparatif des touches mortes classiques

Le tableau ci-après fait le tour des touches mortes classiques pour voir ce que chacune devient sur cette proposition de version 2.0.

Les touches mortes classiques : transition proposée du bépo 1.0 au bépo 2.0
Nom actuel
bépo 1.0
proposition
bépo 2.0
caractère, icône remarques COMPOSE
Circonflexe accès direct accès direct « ê »   clavier bépoê inchangé, mais nouveau compose : (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo<
Aigu clavier bépoAltGr+clavier bépoÉ accès direct
sur la touche clavier bépo7
« á »   clavier bépoá sert aussi à des raccourcis de saisie clavier bépoComposeclavier bépo'
double aigu clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr+clavier bépoÉ clavier bépoáclavier bépoá
(double frappe de l’aigu)
« ő »   nouvelle séquence compose : (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo"
Grave clavier bépoAltGr+clavier bépoÈ accès direct à la place de clavier bépoç « ò »   clavier bépoò sert aussi à des raccourcis de saisie clavier bépoComposeclavier bépo`
Tréma clavier bépoAltGr+clavier bépoI clavier bépoPro+clavier bépoL « ë »   clavier bépoë nouveau placement, évite des doubles frappes (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo:
Tilde clavier bépoAltGr+clavier bépoN clavier bépoPro+clavier bépoV « õ »   clavier bépoõ nouveau placement, évite des doubles frappes clavier bépoComposeclavier bépo~
Rond en chef clavier bépoAltGr+clavier bépoQ clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo=
équivaut à :
clavier bépoMaj+clavier bépo°
« å »   clavier bépoå touche morte mnémonisée sur la touche du symbole degré clavier bépoComposeclavier bépo°
Monétaire clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr+clavier bépoE clavier bépoMaj+clavier bépoò « ¤ »   clavier bépo¤ décentrée en faveur de la touche morte exposant clavier bépoComposeclavier bépo ;
aussi par
clavier bépoComposeclavier bépoComposeclavier bépo$
Cyrillique clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoQ « ш »   clavier bépoш aussi en touches vives ; voir Version 1.1 clavier bépoComposeclavier bépocclavier bépoy
Les touches mortes suivantes bénéficient de la mnémonique par l’initiale :
Barré clavier bépoAltGr+clavier bépoL clavier bépoMaj+clavier bépoB « ø »   clavier bépoø cède sa place au tréma ; sur son initiale clavier bépoComposeclavier bépo/
Brève clavier bépoAltGr+clavier bépoW clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoB « ŏ »   clavier bépoŏ sur son initiale ; brève inversée en double frappe (nouveau avec parenthèse fermante, non ouvrante)
clavier bépoComposeclavier bépo)
Cédille clavier bépoAltGr+clavier bépoÇ clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoC « ȩ »   clavier bépoȩ unifiée avec le cornu ; sur son initiale clavier bépoComposeclavier bépo,
Cornu clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr+clavier bépo, unifié avec la cédille « ư » touche morte économisée clavier bépoComposeclavier bépoʼ
Crochet en chef clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr+clavier bépo? clavier bépoȩclavier bépoȩ
(double frappe de cédille)
« ẻ »   touche morte économisée clavier bépoComposeclavier bépo]
Exposant (en partie dans circonflexe) clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoE « ^ »   clavier bépo^
(comme en TeX)
nouveau ; sur son initiale (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo^
(comme en TeX)
Grec clavier bépoAltGr+clavier bépoG clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoG « Ω »   clavier bépoΩ aussi en touches vives ; sur son initiale clavier bépoComposeclavier bépogclavier bépor
aussi par :
clavier bépoComposeclavier bépoµ
Hatchek clavier bépoAltGr+clavier bépoV clavier bépoPro+clavier bépoH « ȟ »   clavier bépoȟ appelé « caron » par l’ISO malgré Unicode ; sur son initiale clavier bépoComposeclavier bépo>
Indice (en partie dans hatchek) clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoI « _ »   clavier bépo_
(comme en TeX)
nouveau ; sur son initiale (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo_
(comme en TeX)
Macron clavier bépoAltGr+clavier bépoM clavier bépoPro+clavier bépoM « ō »   clavier bépoō inchangé ; sur son initiale (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo|
Ogonek clavier bépoAltGr+clavier bépoF clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoO « ǫ »   clavier bépoǫ unifié avec la crosse ; sur son initiale (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo[
Point en chef clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr+clavier bépoI clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoP « ȯ »   clavier bépoȯ sur son initiale clavier bépoComposeclavier bépo.
aussi par :
clavier bépoComposeclavier bépo·
Rayé (unifié avec la touche morte barré) clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoR « ɍ »   clavier bépoɍ désunifié avec barré ; sur son initiale clavier bépoComposeclavier bépo-
Point Souscrit clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr+clavier bépoQ clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoS « ụ »   clavier bépo sur l’initiale de son attribut clavier bépoComposeclavier bépo!
aussi par :
clavier bépoComposeclavier bépo
Virgule souscrite clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr+clavier bépoÇ clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoV « ș »   clavier bépoș sur son initiale ; pas en double frappe de cédille (nouveau)
clavier bépoComposeclavier bépo;

Des ponctuations et symboles par touches mortes

L’ergonomisation du réagencement des caractères informatiques – et celle des ponctuations avec espace fine insécable – ont conduit cette proposition à ne plus avoir de place pour le guillemet-virgule simple ouvrant (tourné), et de ne pas pouvoir en faire pour les guillemets-chevrons simples sans EFI. Cela n’est pas surprenant puisque la richesse en ponctuations d’Unicode est telle qu’elle ne tiendrait jamais sur aucun clavier 105 touches, sauf par touches mortes et en compose. C’est donc ce qui est fait aussi bien pour la Version 1.1, que pour la présente version 2.0.

Cela dit, cette proposition elle aussi a fini par garder sur la carte de base le point médian (et ne pas l’avoir seulement en clavier bépoêclavier bépo., contrairement à ce qui était envisagé pour cette proposition), parce qu’il sert beaucoup aussi dans les terminaisons conditionnelles – alternativement au trait d’union – et doit pouvoir se taper en séquences avec l’clavier bépoe et l’clavier bépos, comme dans « ·e·s », et les points de suspension (et ne pas les avoir seulement en clavier bépoëclavier bépo:), pour l’ergonomie de la séquence manuelle « […] » (bien que celle-ci puisse aussi être saisie de manière automatique). Et aussi parce qu’ils sont un marqueur de qualité qui peut être recherché sur la carte de base.

Guillemets-virgules

Il y a une raison historique d’utiliser les touches mortes pour des ponctuations. C’est que le guillemet ouvrant était au début un accent grave, ou guillemet inverse (backquote), et le guillemet fermant était un guillemet simple, plus tard un accent aigu. Mais c’était vraiment à l’époque où les jeux de caractères étaient encore très limités. Plus tard, cette notation fut reprise dans TeX et s’utilise aujourd’hui dans LaTeX, tandis qu’en wysiwyg et en texte seul il fallut expliquer aux utilisateurs qu’il faudrait utiliser les vrais guillemets depuis qu’ils existent[133]. En les ayant sur le clavier, plutôt que d’accès plus ou moins facile sur touches vives, on pourrait préférer les saisir par touches mortes — à condition d’avoir ces dernières et les caractères de base en accès direct, au moins en mode Langues (comme sur cette proposition).

Ce projet de version 2.0 permet de retrouver l’intégralité de la gamme de guillemets-ponctuations d’Unicode (pour les distinguer des guillemets ornementaux) par les quatre touches mortes suivantes :

  • accent grave : donne les guillemets ouvrants (simple ou double) en anglais, le guillemet d’ironie ouvrant en français, et les guillemets-virgules fermants en allemand ; dans beaucoup de polices, ces guillemets ont la forme du 6 (ou 66) ou (selon la police) d’un accent grave, et les doubles sont aussi en touche vive sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo6 ;
  • accent aigu : donne les guillemets fermants (simple ou double) en anglais, et le guillemet d’ironie fermant en français ; dans beaucoup de polices, ces guillemets ont la forme du 9 (ou 99) ou (selon la police) d’un accent aigu, et les doubles sont aussi en touche vive sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo9 ;
  • tréma : donne les guillemets-virgules ouvrants en allemand ; ces guillemets ont la forme du 9 (ou 99) et sont sur la ligne de base, et les doubles sont aussi en touche vive sur clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépo0 ;
  • tilde : donne les guillemets-virgules réfléchis « ‟ » et « ‛ », utilisés dans certaines langues et parfois aussi en français pour des usages spéciaux en PAO.

Ensuite, le guillemet double ou simple informatique détermine si c’est le guillemet double ou le guillemet simple qui va sortir :

  • Pour les guillemets simples, le caractère de base est le guillemet simple informatique ;
  • Pour les guillemets doubles, le caractère de base est le guillemet double informatique, mais aussi le croisillon (dont le glyphe tient du double – deux traits verticaux et deux traits horizontaux – sur le plan de la mnémotechnique), car il prend la place autrement occupée par le guillemet double informatique en mode Langues.

On reprend dans l’autre sens (« historiquement » se réfère aux débuts de l’informatique, sans aucun rapport avec la typographie) :

  • Les guillemets-virgules « ’ » et « ” » sont en touche morte accent aigu clavier bépoá, car cet accent correspond graphiquement et historiquement à un guillemet-virgule simple (fermant en anglais) ;
  • Les guillemets-virgules tournés « ‘ » et « “ » sont en touche morte accent grave clavier bépoò, car cet accent correspond graphiquement et historiquement à un guillemet-virgule tourné ;
  • Les guillemets-virgules bas « ‚ » et « „ » sont en touche morte tréma clavier bépoë, car ce diacritique correspond linguistiquement à la langue qui utilise ce type de guillemet ;
  • Les guillemets-virgules réfléchis « ‛ » et « ‟ » sont en touche morte tilde clavier bépoõ.

Guillemets-chevrons simples

Comme les guillemets-chevrons doubles, les guillemets-chevrons simples font partie du cahier des charges de l’Afnor. Ils entourent les citations nichées dans d’autres citations, afin d’éviter aussi bien la répétition des guillemets doubles, que l’usage dans ce contexte des guillemets-virgules, qui en français sont utilisés surtout comme guillemets d’ironie. Les guillemets-chevrons simples ont ainsi l’avantage de clarifier la typographie.

Dans la mesure où la plupart des citations ne sont pas nichées dans d’autres citations, les guillemets-chevrons simples sont moins fréquents. Pourtant, avec espace fine insécable ils sont en touches vives (clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoY et clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoX). Sans EFI ils sont plus rares en français, car ainsi ils ne s’appliquent qu’après une ponctuation haute, qui a déjà une EFI et permet donc aux ponctuations suivantes de s’accoler à elle[134]. Mais c’est ainsi qu’ils s’utilisent en allemand, selon le schéma : Tttt: »Cccc: ›Nnnn.‹« Pour simplifier l’accès aux guillemets-chevrons simples, ils s’obtiennent à partir des guillemets-chevrons doubles en faisant précéder n’importe laquelle des touches mortes en accès direct. Alternativement on peut les taper par le biais du groupe tertiaire, accessible en premier par l’un ou l’autre sélecteur de groupe en clavier bépoPro+clavier bépoO et clavier bépoPro+clavier bépoD.

Autres ponctuations et symboles

Divers autres symboles et ponctuations s’obtiennent par touche morte :

  • La lettre apostrophe est en grave de l’apostrophe typographique : clavier bépoòclavier bépo. Elle est aussi en clavier bépoêclavier bépo, selon le schéma des guillemets-virgules, mais sur le bépo c’est anti-ergonomique. Ce serait bien d’avoir la lettre-apostrophe en clavier bépoMaj de l’apostrophe typographique, mais cette place est prise par le point d’interrogation ;
  • Les chiffres 2 et 3 en exposant sont accessibles par des séquences en accès direct avec comme caractères de base les caractères qui sont en accès direct en mode Langues : clavier bépoêclavier bépo# et clavier bépoêclavier bépo' ;
  • L’indice « ₂ »[135] à son tour est accessible aussi avec comme caractère de base le caractère qui est en accès direct sur la touche clavier bépo2 en mode Langues : clavier bépoȟclavier bépo#[136] ;
  • L’astérisme « ⁂ » est en circonflexe de l’astérisque : clavier bépoêclavier bépo* ;
  • Le symbole pour mille « ‰ » est en circonflexe du symbole pour cent : clavier bépoêclavier bépo%, mais il est aussi sur le pavé numérique émulé, avec un accès facile à l’EFI qui le précède ;
  • La barre brisée « ¦ » est en tréma de la barre : clavier bépoëclavier bépo| ;
  • La barre de citation « ― » est en grave du tiret : clavier bépoòclavier bépo- (et les tirets cadratin et demi-cadratin sont aussi en circonflexe et aigu du tiret) ;
  • Les symboles prime, double prime, triple prime et quadruple prime sont en aigu des chiffres 1 à 4 (les deux premiers étant aussi en accès direct), et les symboles prime réfléchi, double prime réfléchi et triple prime réfléchi sont en grave des chiffres 1 à 3 ;
  • Les 10 flèches simples basiques sont en macron des chiffres 0 à 9 peu près selon ce qui est imprimé sur les pavés numériques PC compatibles, sauf pour la flèche droite-gauche qui est sur clavier bépo5, et la flèche haut-bas qui est sur clavier bépo0 ; et les flèches doubles sont en tréma, par exemple clavier bépoëclavier bépo5 ➔ ⇔[137]. La mnémonique s’adosse dans le premier cas à la forme linéaire du macron et sa similitude avec un (petit) corps de flèche, et dans le second cas elle brode sur la dualité des points du tréma, qui préfigure ainsi le double trait du corps des flèches. Si pour éviter de partir sur une double frappe, on a le choix entre les touches mortes qui restent, pour l’ergonomie de la saisie des flèches avec les chiffres comme caractères de base il est essentiel que les touches mortes retenues soient en clavier bépoPro.


Des raccourcis pour des lettres étrangères

Des lettres inutilisées par les touches mortes, en particulier les précomposés et digrammes du français (é, è, à, ç, ù, œ et æ) peuvent – pour autant qu’elles sont en accès direct – servir quand même de caractères de base aux touches mortes, surtout à celles qui sont en accès direct, pour des raccourcis de saisie qui facilitent l’écriture de langues étrangères plus ou moins pratiquées dans la Francophonie, comme l’allemand, le bambara, le danois, l’espagnol, le flamand, le portugais, le suédois, et bien d’autres.

Ces facilités viennent en complément de l’ergonomie existante des touches mortes principales qui sont en clavier bépoPro. Mais vu la grande ergonomie de ces voyelles diacritées, il n’est pas sûr que ceci présente un intérêt sur le bépo.

Allemand

Dans la communauté bépo, il existe une demande[138] pour les lettres allemandes en clavier bépoPro, c’est-à-dire en plus de l’ß, de tous les umlauts, à commencer par l’ü qui en représente la moitié des occurrences. Le bépo étant une disposition francophone, cette demande est pratiquement insatisfaisable, mais avec une touche morte accent grave en accès direct, il est possible de créer une facilité pour l’allemand :

  • clavier bépoòclavier bépoà ➔ ä ;
  • clavier bépoòclavier bépoè ➔ ö ;
  • clavier bépoòclavier bépoé ➔ ü ;
  • clavier bépoòclavier bépoç ➔ ß.

Espagnol et portugais

En déclinant ce principe pour obtenir les lettres avec tilde, on aurait pour l’espagnol et le portugais grâce à la touche morte accent aigu en accès direct :

  • clavier bépoáclavier bépoà ➔ ã ;
  • clavier bépoáclavier bépoè ➔ õ ;
  • clavier bépoáclavier bépoé ➔ ñ.

Mais comme déjà dit, sur le bépo cela n’a pas d’intérêt.


Le Compose de la disposition

Cloisonner la disposition de clavier et le compose est irrationnel, car ce cloisonnement est à l’origine des dispositions de clavier à la fois trop incomplètes et trop compliquées, autrement dit, juste assez complètes pour être trop compliquées, mais pas assez complètes pour être pleinement utiles. La clé de résolution de ce dilemme est la fonctionnalité compose de la disposition, implémentée en tant que compose personnalisé dans l’XKB de Linux, et embarquée dans le pilote de disposition pour Windows et dans le fichier XML de configuration pour Mac OS.

Avantages d’avoir un compose dans la disposition

Le compose embarqué dans la disposition et le compose fourni avec l’OS (XKB) ou ajouté à l’OS (Wincompose) sont complémentaires, car chacun a ses forces et ses faiblesses. Mais le compose de la disposition participe pleinement de la couverture des caractères, et il est indispensable à l’ergonomie de la disposition. Les utilisateurs ont en effet des préférences variées, certains aiment tout avoir sur des cartes et sont prêts à en apprendre de nombreuses, d’autres ont une mémoire plus verbale et sont donc mieux servis avec les séquences compose. Mais le compose constitue la colonne vertébrale de la couverture totale de l’écriture latine (≃ 1 400 caractères). Les cartes plus ou moins spécialisées comme celles des touches mortes classiques et des groupes ne contiennent jamais que des sélections très réduites. De nombreuses touches mortes nécessaires à la couverture de l’écriture sont virtualisées et donc accessibles uniquement par la touche de composition, par exemple tourné, réfléchi, inversé, cramponné.

Le compose de la disposition présente donc de multiples avantages :

  • La touche de composition peut se faire extrêmement discrète, vu sa nature de touche morte normale (sur le plan technique). Un accès possible et réellement utilisable (par exemple pour se dépanner quand une application bugue sur la barre d’espace) est clavier bépoêclavier bépok.
  • Pour une bonne ergonomie, un placement de clavier bépoCompose en clavier bépoPro+clavier bépoEspace est recommandé. C’est l’unique position où clavier bépoCompose peut entrer pleinement en synergie avec les caractères informatiques en clavier bépoPro. Et c’est aussi le seul moyen d’avoir clavier bépoCompose sur les claviers compacts qui réduisent les touches au point d’omettre clavier bépoMenu contextuel dans le but de rapprocher la souris au maximum.
  • Du fait que le compose virtualise strictement toutes les touches mortes classiques, il est souvent plus ergonomique. Beaucoup de places en clavier bépoPro sont utilisées pour des caractères informatiques qui réduisent d’autant le nombre de toches mortes en clavier bépoPro. Par exemple, la touche morte brève est très accessible sur le bépo 1.0 en clavier bépoAltGr+clavier bépoW ; elle est proposée pour clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoB, mais clavier bépocomoposeclavier bépo) est plus ergonomique si clavier bépo) est clavier bépoPro+clavier bépoU. Au lieu de l’auriculaire droit et d’un seul pouce, on utilise les deux pouces. C’est même plus pratique qu’clavier bépoAltGr+clavier bépoW, car tout est sur des positions de repos à part le pouce droit qui va sur Pro.

Modèle de fonctionnement proposé du compose

En plus de doubler une partie du compose traditionnel et de compléter cette partie, le compose de la disposition va augmenter l’ergonomie du compose, ainsi que sa mnémonique et son pouvoir de couverture, en revisitant son modèle de fonctionnement :

  • Les touches mortes classiques sont reliées à l’arborescence compose. Elles deviennent autant de raccourcis de saisie qui mènent droit à la branche souhaitée. Ainsi même les touches mortes classiques se calent sur le compose ;
  • Les touches mortes classiques réelles fonctionnent dans le compose comme le symbole qui les représente, et elles peuvent commencer une séquence compose ;
  • Le caractère de touche morte de la touche compose est « © », pour prendre un caractère qui à la fois rime (par le début) et se trouve dans toutes les polices[139], contrairement à « ⎄ »[140] et « ♫ »[141].
  • Tout comme les autres touches mortes, la touche morte compose s’utilise elle aussi en double frappe, afin de pouvoir doubler une arborescence basée (au moins en principe) sur les seuls caractères ASCII. On propose d’appeler cette double frappe « Recompose », et d’y associer « ® » en tant que caractère de touche morte, mais de ne pas la noter autrement que « clavier bépoComposeclavier bépoCompose » (ou « clavier bépo©clavier bépo© »). Par exemple, la barre verticale (pipe) « | » assure en simple frappe de compose le macron (depuis la réquisition du tiret bas pour les indices) – macron qui à son tour survient en double frappe pour le macron souscrit – tandis qu’en recompose, le pipe couvre les caractères avec une “longueur”, comme « Ƞƞ »[142].
  • La touche clavier bépoCompose peut être utilisée aussi en cours de séquence, par exemple pour les digrammes diacrités : si l’ezh est clavier bépoComposeclavier bépozclavier bépoh, on peut l’avoir avec caron tout en compose par clavier bépoComposeclavier bépo>clavier bépoComposeclavier bépozclavier bépoh ;
  • Les caractères s’insèrent le plus tôt possible, de sorte que dans un même ensemble, les séquences peuvent être de longueur variable[143] ;
  • Pour déterminer les lettres des séquences, les noms français sont privilégiés toutes les fois que c’est possible ;
  • La majuscule s’obtient quand toutes les lettres ne sont pas en minuscule, dans les trois cas MM, Mm, mM[144] ;
  • Si la séquence se compose uniquement de lettres, son doublage en séquence inversée permet d’appuyer simplement sur les deux lettres à la fois[145]. L’ed par exemple, en plus d’être dans le groupe tertiaire en clavier bépo³clavier bépod, est en clavier bépoComposeclavier bépodclavier bépoh, mais aussi en clavier bépoComposeclavier bépohclavier bépod ;
  • Si la séquence commence par un symbole et se termine par une lettre, elle n’est pas doublée en séquence inversée, car cela poserait des problèmes pour les doubles diacrités et les digrammes diacrités. Peut-être on pourrait en doubler certaines quand il n’y a pas d’interférence, mais dans cette proposition, ces séquences se terminent toutes par la lettre ;
  • Le symbole du diacritique peut aussi s’intercaler entre la première et la seconde lettre. Pour l’exemple précédent : clavier bépoComposeclavier bépozclavier bépo>clavier bépoh ;
  • Les diacrités multiples ne sont en général pas sensibles à l’ordre des symboles représentant les diacritiques ;
  • Le diacritique combinant s’obtient comme sur une touche morte classique quand on fait suivre l’espace de la barre ;
  • Le sens des symboles informatiques dans le compose se détermine en faisant pivoter le symbole d’un quart de tour autour de la lettre pour le positionner au-dessus. Cela avait été fait dès les débuts du compose, sauf que le symbole venait en dernier. On propose de partir désormais d’une séquence où le symbole figure en premier :
    • Cela conduit à permuter les symboles de la brève et de la brève inversée. La brève est dorénavant représentée par la parenthèse fermante : « )a » ➔ « ă »[146] ;
  • Plusieurs symboles ont leur sens changé du tout au tout selon une logique qui adapte le corpus du compose à la complétion actuelle. Cette remise à plat est l’occasion de rationaliser toute l’arborescence en l’adaptant à la nécessité d’entrer le ou les symbole(s) en premier(s), afin de pouvoir prendre en charge les multidiacrités :
    • Le « ^ » est dédié à l’exponentiation, conformément à sa signification en TeX ;
    • Le circonflexe est lui repris par le « < », en miroir de l’hatchek qui reçoit le « > »[147] ;
    • Le « _ » est dédié à l’indiciation, conformément à sa signification en TeX ;
    • Le macron est repris par la « | », par analogie à la brève qui a la « ) », et au tréma qui reçoit le « : »[148] ;
    • Le tréma est symbolisé par le « : », conformément à sa signification dans VIM[149] ;
    • Le « " » est associé au double accent aigu, par analogie à l’accent aigu qui a le « ' », et pour éviter des conflits de séquences avec le guillemet bas ;
    • La virgule souscrite est symbolisée par le « ; », par analogie au point souscrit qui a le « ! », et à la différence de la cédille et sa « , »[150] ;
    • L’ogonek est unifié avec la crosse, avec laquelle il partage le symbole « [ », avec une mnémonique par moitiés : le bas du crochet retrace l’ogonek, tandis que le haut esquisse une crosse[151].

Ici est à venir une liste (ou un lien vers une sous-page à créer) de toutes les touches mortes virtualisées par compose.

Voici une énumération des touches mortes réelles et virtuelles prévues à ce jour :

ACCENT AIGU ; AIGU ET POINT EN CHEF ; ACCENT AIGU SOUSCRIT ; BARRÉ (= AVEC TRAVERSANTE OBLIQUE) ; BARRÉ AIGU ; BARRE COURTE ; BOUCLÉ ; BRÈVE [Historiquement on utilise « ( » parce qu’aux premiers temps, le symbole suivait la lettre] ; BRÈVE ET AIGU ; BRÈVE ET CROCHET EN CHEF ; BRÈVE ET GRAVE ; BRÈVE ET POINT SOUSCRIT ; BRÈVE ET TILDE ; BRÈVE INVERSÉE ou BRÈVE SOUSCRITE [Historiquement on utilise « ) » pour la brève inversée, parce qu’aux premiers temps, le symbole suivait la lettre] ; BRÈVE SOUSCRITE ; CÉDILLE AIGU : voir « CORNU AIGU et CÉDILLE AIGU » ; CÉDILLE ET BRÈVE ; CÉDILLE ou CORNU ; CERCLÉ EN NÉGATIF ; NOMBRE CERCLÉ EN NÉGATIF - UNITÉS ; NOMBRE CERCLÉ EN NÉGATIF - DANS LES DIX ; NOMBRE CERCLÉ EN NÉGATIF ; CERCLÉ ; CHIFFRES CERCLÉS : Séquence longue pour compléter. ; DIZAINE CERCLÉE ; VINGTAINE CERCLÉE ; TRENTAINE CERCLÉE ; QUARANTAINE CERCLÉE ; NOMBRE CERCLÉ ; DOUBLE CERCLÉ ; CERCLÉ SANS SÉRIF ; CERCLÉ EN NÉGATIF SANS SÉRIF (Les ‘%’ et ‘$’ peuvent aussi être saisis dans l’ordre inverse.) ; ACCENT CIRCONFLEXE ; CIRCONFLEXE ET AIGU ; CIRCONFLEXE ET CROCHET EN CHEF ; CIRCONFLEXE ET GRAVE ; CIRCONFLEXE ET POINT SOUSCRIT ; CIRCONFLEXE ET TILDE ; CIRCONFLEXE SOUSCRIT ; COMPOSE ; CORNU (uniquement à cause du diacritique combinant ; sinon, → 'CÉDILLE ou CORNU') ; CORNU AIGU ou CÉDILLE AIGU ; CORNU CROCHET EN CHEF ; CORNU GRAVE ; CORNU POINT SOUSCRIT ; CORNU TILDE ; CRAMPONNÉ ; CROCHET EN CHEF ou HAMEÇON PALATAL ; CURSIF (« script ») ; CYRILLIQUE PAR TOUCHE MORTE (pour pallier les bogues de touches vives sous Windows) ; DESCENDANTE RAYÉE ; DIACRITIQUE ENGLOBANT : voir « CERCLÉ » ; DIACRITIQUE INSCRIT (dit aussi DIACRITIQUE TRAVERSANT ; Unicode évite autant que possible ces diacritiques) ; DIACRITIQUE SOUSCRIT ; DIACRITIQUE SUSCRIT (dit aussi DIACRTIQUE EN CHEF) ; DOUBLE (DOUBLE BARRE, DOUBLE FLÈCHE, DOUBLE AIGU, DOUBLE DIACRITIQUE) ; DOUBLE ACCENT AIGU ; DOUBLE GRAVE espaçant (médian) ; DOUBLE TILDE MÉDIAN ; DOUBLE TILDE ; ESPACE  On y trouve aussi les caractères de formatage. La limite entre espaces et caractères de formatage n’est pas toujours nette. ; EXPOSANT ; GREC ESPRIT RUDE ACCENT AIGU IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, DASIA OXIA YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT RUDE ACCENT AIGU (DASIA OXIA ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT RUDE ACCENT CIRCONFLEXE IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, DASIA PERISPOMENI YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT RUDE CIRCONFLEXE (DASIA PERISPOMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT RUDE ACCENT GRAVE IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, DASIA VARIA YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT RUDE ACCENT GRAVE (DASIA VARIA ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT RUDE (DASIA, Spiritus asper ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT RUDE IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, DASIA YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC TRÉMA AIGU (DIALYTIKA OXIA ; Grec polytonique) ; GREC TRÉMA CIRCONFLEXE (DIALYTIKA PERISPOMENI ; Grec polytonique) ; GREC TRÉMA ET ACCENT (DIALYTIKA TONOS ; Grec monotonique) ; GREC TRÉMA GRAVE (DIALYTIKA VARIA ; Grec polytonique) ; GREC TRÉMA (DIALYTIKA ; Grec monotonique et polytonique) ; GREC COURONNÉ (KORONIS ; Grec polytonique) ; GREC MACRON (Grec polytonique) ; GREC ACCENT AIGU (OXIA ; Grec polytonique) ; GREC ACCENT AIGU IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, OXIA YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC CIRCONFLEXE ET IOTA SOUSCRIT (PERISPOMENI YPOGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ACCENT CIRCONFLEXE (PERISPOMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX ACCENT AIGU IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, PSILI OXIA YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX ACCENT AIGU (PSILI OXIA ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX ACCENT CIRCONFLEXE IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, PSILI PERISPOMENI YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX CIRCONFLEXE (PSILI PERISPOMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX ACCENT GRAVE IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, PSILI VARIA YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX ACCENT GRAVE (PSILI VARIA ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX (PSILI, Spiritus lenis ; Grec polytonique) ; GREC ESPRIT DOUX IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, PSILI YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC ACCENT (TONOS ; Grec monotonique) ; GREC ACCENT GRAVE (VARIA ; Grec polytonique) ; GREC ACCENT GRAVE IOTA SOUSCRIT (ou ADSCRIT, VARIA YPOGEGRAMMENI/PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GREC BRÈVE (VRACHY ; Grec polytonique) ; GREC IOTA SOUSCRIT ou IOTA ADSCRIT(YPOGEGRAMMENI ou PROSGEGRAMMENI ; Grec polytonique) ; GOTHIQUE ; ACCENT GRAVE (ou CROSSE en renfort) ; ACCENT GRAVE SOUSCRIT ; ALPHABET GREC (chaque lettre latine donne la même lettre grecque que sur lʼagencement grec, sauf le Q et le W) [Ceci est uniquement pour avoir des lettres grecques isolées. Pour écrire en grec polytonique ou monotonique, maintenir la touche VerrCap enfoncée.] ; GROUPE 10 ; GROUPE 11 ; GROUPE 12 ; GROUPE 3 ISO/IEC 9995 ; GROUPE 4 ISO/IEC 9995 ; GROUPE 5 ISO/IEC 9995 ; GROUPE 6 ISO/IEC 9995 ; GROUPE 7 ISO/IEC 9995 ; GROUPE 8 ISO/IEC 9995 ; GROUPE 9 ISO/IEC 9995 ; hatchek [S’appelle “caron” en standardais américain, que l’ISO a forcé Unicode d’adopter pour ce diacritique.] ; hatchek ET POINT EN CHEF ; HAMEÇON PALATAL ou HAMEÇON ou PARAPHE ou FIORITURE ; HAMEÇON RÉTROFLEXE ; HAMPE RAYÉE ou RAIE LONGUE ; HÉBREU PAR TOUCHE MORTE (uniquement pour pallier des bogues de touches vives sous Windows) ; INDICE OU PETITE CAPITALE [Les lettres en indice sont toutes des minuscules, dʼoù la possibilité de regrouper les deux.] ; INSULAIRE [Formes de lettres historiques de Grande-Bretagne] ; INVERSÉ ; LONG ; CURSIF GRAS (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; GOTHIQUE GRAS [FRACTURE GRAS] (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; GOTHIQUE [FRACTURE] (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; GRAS ITALIQUE (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; SANS-SERIF GRAS ITALIQUE (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; SANS-SERIF GRAS (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; SANS-SERIF ITALIQUE (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; SANS-SERIF (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; MACRON (aussi bien SUSCRIT que SOUSCRIT) ; MACRON ET AIGU ; MACRON ET GRAVE ; MACRON ET TRÉMA [Attention le U existe aussi avec tréma et macron empilés dans l’ordre inverse.] ; MACRON SOUSCRIT [= LIGNE SOUSCRITE] ; AJOURÉ (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; ALPHABETS MATHÉMATIQUES ; CHASSE FIXE (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; CURSIF (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; GRAS (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; ITALIQUE (ALPHABET MATHÉMATIQUE) ; SYMBOLE MONÉTAIRE [Contient tous les symboles disponibles, même redondants.] ; OGONEK ET MACRON ; OGONEK ou CROSSE (ou CROCHET ou HAMEÇON) ; PARENTHÉSÉ (ENTOURÉ DE PARENTHÈSES, ENTRE PARENTHÈSES) ; POINT EN CHEF ; POINT SOUSCRIT ; POINT EN CHEF ET MACRON ; POINT SOUSCRIT ET MACRON ; POINT SOUSCRIT ET POINT EN CHEF ; QUEUE CROISÉE ; RAIE LONGUE ; RAYÉ (= AVEC TRAVERSANTE HORIZONTALE) ; RAYÉ ET BARRÉ ; RECOMPOSE ; RÉDUIT (lettres mutilées) ; RÉFLÉCHI ; ROND EN CHEF ou ROND MÉDIAN ; ROND EN CHEF ET AIGU ; ROND SOUSCRIT ou ROND À DROITE ou CEINTURÉ ; TILDE ; TILDE ET AIGU ; TILDE ET MACRON ; TILDE ET TRÉMA ; TILDE MÉDIAN ; TILDE SOUSCRIT ou DOUBLE TILDE INSCRIT ; TOURNÉ ; TRÉMA ; TRÉMA ET AIGU ; TRÉMA ET GRAVE ; TRÉMA ET hatchek ; TRÉMA ET MACRON ; TRÉMA SOUSCRIT ; VIRGULE SOUSCRITE.

Ici est à venir une liste (ou un lien vers une sous-page à créer) de tous les caractères obtenables par compose.

Ici est à venir une liste (ou un lien vers une sous-page à créer) de toutes les séquences compose.


Un double sélecteur de groupe rémanent

Traditionnellement, les dispositions de clavier disposent sur le clavier la totalité des caractères pris en charge sauf tout ou partie de ceux qui portent des diacritiques. La capacité de ce dispositif est limitée par l’intersection de l’ensemble des niveaux supportés par le système d’exploitation, et de l’ensemble des modificatrices présentes sur le clavier. Dans cette logique, les éventuelles touches mortes ne peuvent donner accès qu’aux lettres portant un diacritique pris en charge par une touche morte.

Ce sens du concept de touche morte s’est parfois tellement figé, que pour clarifier la terminologie, les concepteurs d’ISO/IEC 9995 ont été amenés à innover en matière de vocabulaire. Dès qu’une touche morte donne accès à davantage qu’à ses propres lettres diacritées, elle est appelée sélecteur de groupe (rémanent).

DÉFINITION Sélecteur de groupe rémanent : Touche morte donnant accès à des caractères qui ne sont pas dérivables des lettres de base à l’aide d’un diacritique pouvant être gravé sur la touche.
  • Exemple 1 : La touche morte grec du bépo 1.0 est (au sens de la norme) un sélecteur de groupe ;
  • Exemple 2 : La touche morte accent circonflexe du bépo 1.0 est (au sens de la norme) un sélecteur de groupe, car elle donne accès aussi aux chiffres, signes et parenthèses en exposant ;
  • Exemple 3 : La touche morte exposant est (au sens de la norme) un sélecteur de groupe. Le groupe de cette touche, ce sont les chiffres, lettres (minuscules et majuscules) et symboles en exposant encodés dans Unicode ;
  • Exemple 4 : La touche morte Latin étendu et ponctuation étendue de Flavien21 est (au sens de la norme) un sélecteur de groupe.

Sélecteurs de groupe dans ISO/IEC 9995

Les dispositions de clavier conformes à la norme internationale ISO/IEC 9995 ont typiquement des sélecteurs de groupe, mais ces sélecteurs peuvent être implémentés de différentes manières. Le sélecteur de groupe principal spécifié dans cette norme est soit sur une touche en bas à droite d’AltGr, auquel cas ce peut être une modificatrice[152], ou alors pour ne pas occuper de touche (et ne pas en rajouter), c’est la combinaison clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr, avec une touche Pro[153] qui agit dans ce cas précis comme une touche morte.[154].

S’il faut reconnaître que la plupart des dispositions de clavier courantes n’utilisent pas le niveau clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr, ce fait constitue en soi une limitation sévère, puisque l’utilisation simultanée de plus de deux doigts est une pratique reconnue, qui augmente la force de travail et permet une saisie riche plus rapide, au cas où il est souhaitable que davantage de caractères bénéficient de la frappe en un seul temps. Aussi l’Afnor a-t-elle décidé de faire abstraction du schéma de la norme, et d’utiliser la modificatrice sur Pro aussi avec clavier bépoMaj, comme c’est le cas sur le bépo, et d’ailleurs aussi sur le clavier US international. Or sur ce dernier, clavier bépoAltGr est comptée comme sélecteur de groupe. C’est la manière d’être conforme à ISO/IEC 9995 sans rien sacrifier, et c’est la raison pourquoi le niveau clavier bépoPro et le niveau clavier bépoMaj+clavier bépoPro forment ce qui s’appelle le groupe secondaire. D’où le fait de commencer à 3 quand il s’agit de numéroter les niveaux accessibles par les sélecteurs de groupe rémanents.

Sélecteurs de groupe sur le bépo

Ces groupes correspondent à ce que le BÉPO2FM prévoit sous forme de touches mortes spécialisées. On peut y verser le contenu des touches mortes Latin étendu et ponctuation étendue, Alphabet phonétique international et Symboles mathématiques, entre autres.

La présente proposition de version 2.0 prévoit une symétrie des sélecteurs de groupe, afin que l’utilisateur puisse choisir le sélecteur gauche ou le sélecteur droit en fonction de la touche qui va suivre. Idéalement les deux seraient sous les médians, mais à gauche cette place est prise par la perluète, ce qui n’est en même temps pas grave puisqu’avec le pouce droit sur clavier bépoPro, la main gauche a plus de mobilité que la main droite. Cette dualité des sélecteurs de groupe est particulière en ce qu’elle n’est pas spécifiée dans la norme internationale. Elle est néanmoins souhaitable, notamment sur une disposition ergonomique.

Il est proposé que ce dispositif soit étendu pour englober dix groupes, sans aucune incidence sur l’utilisabilité des groupes accessibles sans complications :

  • Le groupe tertiaire (le premier de cette série) est actif après un appui sur clavier bépoPro+clavier bépoO ou clavier bépoPro+clavier bépoD (au choix).
  • Chaque nouvel appui sur l’une ou l’autre de ces touches mortes active le groupe suivant, selon une progression circulaire (une fois dans le dernier, on revient au premier)[155].
  • L’appui simultané sur les deux remplace une double frappe.
  • On accède directement à tel groupe en entrant son numéro une fois que l’on est dans le groupe tertiaire ;
    • C’est ergonomique puisque les chiffres sont proposés pour le même niveau où se trouvent les sélecteurs de groupe ;
    • Pour les groupes 10, 11 et 12 (le compte commence à 3), on tape le chiffre des unités.

Sur l’agencement proposé des groupes

Dans ISO/IEC 9995, chaque groupe ne comporte que trois niveaux maximum. On propose de faire de même sur le bépo, parce que cela présente de sérieux avantages en termes d’ergonomie, de mnémotechnique et de technique.

  1. Ergonomie :
    1. Les lettres bicamérales se tapent comme les lettres de la carte de base une fois le groupe sélectionné ;
    2. Les symboles ou éventuelles touches mortes au niveau 3 sont disposés au même niveau que le sélecteur de groupe.
  2. Mnémotechnique :
    1. L’utilisateur n’a pas besoin de retenir, en plus du groupe et de la touche, s’il doit appuyer sur clavier bépoPro pour obtenir telle lettre bicamérale, et il évite ainsi de se retrouver face à autant de groupes “bis” qu’il y a de groupes ;
    2. Le quatrième caractère d’une touche (en clavier bépoMaj) est souvent moins mnémonique que les trois autres, vu que son apprentissage fait déjà appel à la mnémotechnique ;
    3. Sur les cartes d’agencement, on peut utiliser la place en clavier bépoMaj+clavier bépoPro pour rappeler la lettre ou le chiffre de la touche ou le numéro du groupe.
  3. Technique :
    1. Sur cette proposition, le groupe secondaire (niveaux clavier bépoPro et clavier bépoMaj+clavier bépoPro) est insensible à la bascule clavier bépoVerrCap, de sorte qu’il faut éviter d’utiliser ses caractères comme caractères de base pour des lettres bicamérales ;
    2. Sur plusieurs touches, la position en clavier bépoMaj+clavier bépoPro double pour le mode Programmeur un caractère qui en mode Langues est en accès direct ailleurs, ou le reprend en faisant suivre une espace fine insécable, ou l’utilise comme caractère de touche morte, de sorte que cette position n’est plus librement utilisable comme caractère de base pour les groupes.

Toutefois, si la situation le justifie, on peut bien sûr utiliser les quatre niveaux, puisque sur de nombreuses touches c’est techniquement possible.

Cartes proposées à ce jour

Groupe tertiaire : Actif après une simple pression sur l’un des deux sélecteurs de groupe en clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoO ou clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoD, représentés par leur caractère de touche morte qui est l’exposant 3 : clavier bépo³.

Attention

La carte ci-dessous n’est pas encore terminée.

Verr
Pro
32 1
ʻ ¹
2
31 ²
3
ʼ ³
32 4
31
32 5
31
32 6
31
ɂ 7
ɂ
32 8
31
32 9
31
32 0
31
32 3
31 33
32 3
31 33
Ɓ B
ɓ ¦
32 É
31 33
P
π 33
Ɔ O
ɔ
Ɛ È
ɛ ʼ
32 3
31 33
Ʌ V
ʌ 33
Ð D
ð
Ŀ L
ŀ 33
IJ J
ij 33
Ʒ Z
ʒ 33
Ə W
ə 33
 ⏎ 
32 A
31 33
Ŭ U
ŭ  33
I
ɪ 33
Ǝ E
ǝ 33
32 3
ʻ ʻ
C
¢ ©
Þ T
þ 33
S
ß 33
R
ɾ ®
Ŋ N
ŋ 33
M
32 3
31 33
Num
Ɲ Y
ɲ
X
32 3
ʼ ʼ
¡ -
­ ­
Ƙ K
ƙ 33
¿ 3
ʼ ʼ
Ɋ Q
ɋ 33
Ȝ G
ȝ 33
H
ɦ 33
Ƒ F
ƒ 33
Ctrl
Sys
Alt
Groupe3 Niveau2 3
Groupe3 Niveau1 Groupe3 Niveau3
Pro
Sys
Menu
Ctrl


Ci-dessous est à venir la carte du groupe quaternaire. Quelques places sont déjà proposées.

Verr
Pro
42 1
41 43
42 2
41 43
42 3
41 43
42 4
41 43
42 5
41 43
42 6
41 43
42 7
41 43
42 8
41 43
42 9
41 43
42 0
41 43
42 4
41 43
42 4
41 43
42 B
41 43
42 É
41 43
42 P
41 43
42 O
41 43
42 È
41 43
42 4
41 43
42 V
41 43
42 D
41 43
42 L
43
42 J
41 43
Ǯ Z
ǯ 43
42 W
41 43
 ⏎ 
42 A
41 43
42 U
41 43
42 I
41 43
42 E
41 43
42 4
41 43
42 C
41 43
ϴ T
θ 43
42 S
41 43
42 R
41 43
42 N
41 43
42 M
41 43
42 4
41 43
Num
42 Y
41
42 X
41
42 4
41 43
42 4
42 K
41 43
42 4
41 43
42 Q
41 43
42 G
41 43
42 H
41 43
42 F
41 43
Ctrl
Sys
Alt
Groupe4 Niveau2 4
Groupe4 Niveau1 Groupe4 Niveau3
Pro
Sys
Menu
Ctrl


Les autres cartes seront ajoutées à mesure qu’elles se remplissent. Au cas où la communauté se décide en faveur d’une forme de bépo 2.0 avec des groupes, on veillera notamment à intégrer les groupes que Flavien et Miltøn ont déjà constitués pour le bépo 1.1.


Notes

  1. De nombreuses idées attendent sur les pages v2:Idées et v2:Projet, mais pour leur concrétisation sous Windows – traditionnellement l’OS le plus limitatif – il en manquait une ou deux. On essaie de faire le tour dans la section Point de départ.
  2. Moi aussi (Marcel) j’ai un clavier marqué en bépo, style Apple compact filaire, du constructeur suédois Penclic, acheté chez Zenlap début octobre 2016 [il y a deux semaines], avec la promo sur le wiki, mais nous sommes encore relativement peu nombreux dans la situation d’avoir du matériel de l’ère du bépo 1.0, comparés à tous ceux qui probablement vont rejoindre la communauté des utilisateurs une fois que le bépo sera normalisé, que ce soit en 1.1 ou en 2.0.
  3. Ces deux innovations sont proposées depuis longtemps par NémOlivier, mais elles se heurtaient au fait que l’agencement du bépo avait été figé pour permettre la fabrication de produits marqués en bépo ; du point de vue du développement, cette mesure a été quasi unanimement regrettée, car à cette époque il n’y avait aucun signe d’achèvement, bien au contraire.
  4. Sous Windows : grâce au Scan Code Mapper for Keyboards fourni avec Windows depuis 2000 ; des clés de registre pour les principales possibilités demandées seront mis à disposition sur le wiki. Pour le faire soi-même, les informations sont sur le site de Microsoft : Keyboard and mouse class drivers (Windows Drivers), section Scan Code Mapper for Keyboards, ainsi que dans le fichier kbd.h fourni avec le Microsoft Keyboard Layout Creator (MSKLC) en téléchargement gratuit chez Microsoft.
  5. D’autant plus que sous Windows, au niveau fonctionnel, cette modificatrice n’est plus AltGr. Dans tous les cas, l’usage accru de cette modificatrice rend un nom court intéressant. Sur le plan de la normalisation, il faut aussi noter que ce n’est plus le « sélecteur de niveau 3 », mais le « sélecteur du groupe secondaire » (on y reviendra dans Sélecteurs de groupe dans ISO/IEC 9995).
  6. L’Afnor prévoit a priori toutes les minuscules en exposant, en tout cas pour les ordinaux. Les lettres en exposant des ordinaux et autres abréviations françaises ont une fonction d’indicateur d’abréviation, en l’absence de ponctuation. Le PowerPoint de la réunion du 30 juin 2016 dit page 3 : « On envisage de prévoir un emplacement pour les abréviations d’ordinaux français (par exemple e) ». Il s’agit des exposants « ᵉ » et « ʳ », mais aussi « ˢ » et « ᵈ » ; voir Abréviations des adjectifs numéraux ordinaux.
  7. Le bépo est répand en Belgique, où les utilisateurs sont bilingues français-flamand. Si même aux Pays-Bas, la représentation du digramme « ij » par lettres séparées est fréquente, les machines à écrire y avaient tout de même une touche pour la minuscule (avec le florin en clavier bépoMaj), car le digramme est compté comme une lettre à part.
  8. Toutes les notations phonétiques utilisées en Occident devraient être couvertes, car l’alphabet latin est pris en charge dans sa totalité.
  9. On aurait pu utiliser clavier bépoVerrXxx+clavier bépoNum, mais sous Windows, dans ces niveaux, une touche sur cinq est défaillante sans raison apparente, suite à un bug ou par le fait d’un bridage. Pour le contexte, voir cette discussion sur la ML publique d’Unicode.
  10. Sous Windows uniquement, et uniquement sur les touches périphériques, où ils risquent le moins d’interférer avec des raccourcis en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt. Les autres systèmes d’exploitation, qui n’utilisent pas les niveaux en clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt, permettent d’accéder à ces caractères par touches mortes. Pour Windows, un tableau dédié complet reprendra la carte des caractères accessibles avec clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt (et avec ou sans clavier bépoNum).
  11. Cette argumentation risquera de tomber à plat parce que les révélations sur la politique de la peur ont déja immunisé l’opinion publique. Il faudrait toutefois diriger ce réflexe contre ceux qui font surtout des discours, non contre ceux qui proposent des solutions et qui ont peur de les voir rejetées faute d’une conscience des tenants et aboutissants.
  12. Le niveau Pro clavier bépoPro est associé à un bit modificateur dont les niveaux ne peuvent être reliés à la bascule VerrCap. Ce choix a été fait parce que ce n’est pas le cas non plus du sélecteur de groupe prévu, malgré l’existence d’un attribut dédié, et parce que le niveau clavier bépoAltGr manque d’une bascule et interfère avec des raccourcis clavier.
  13. Sur les questions que soulève l’utilisation d’exposants préformatés plutôt que de la mise en forme « Exposant », cf. une discussion en cours [au 1ᵉʳ octobre 2016] sur la ML publique d’Unicode qui commence ici, avec des prises de position pour (praticité ; préservation du formatage en texte brut ; formules chimiques) et contre ainsi qu’une vue d’ensemble du sujet. En français, la preuve que les exposants sont nécessaires est peut-être l’abréviation « nos », qui pour être univoque en texte brut doit s’écrire avec des lettres en exposant : « nᵒˢ ». La DGLFLF et l’Afnor préconisent cet usage (cf. la présentation PowerPoint de la réunion du 30 juin 2016).
  14. Il existe différentes recommandations et différentes pratiques, dont certaines tiennent mieux la route que d’autres, mais depuis l’existence dans Unicode de tout l’alphabet en exposants minuscules sauf le q, les Français sont en situation de bénéficier d’un support adapté à la nature de la langue et de son écriture. Le q en exposant a été refusé par le comité technique d’Unicode pour brider les performances du texte brut
  15. Un peu comme sur l’implémentation actuelle du clavier allemand T2, à la différence près que pris de court par l’impossibilité d’avoir sous Windows, dans le MSKLC, un sélecteur de groupe rémanent sur clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr, l’auteur fut réduit à improviser une solution de dépannage ; cf. le site du clavier allemand normalisé T2. Cette proposition de version 2.0 du bépo prévoit d’emblée un sélecteur de groupe comme touche morte normale, et prévoit aussi de quoi le dédoubler pour l’ergonomie.
  16. Le Joint Technical Committee (JTC).
  17. ISO/CEI 9995 : Histoire d’ISO/CEI 9995
  18. C’est la traduction française de Microsoft Keyboard Layout Creator (MSKLC). À télécharger gratuitement sur le site officiel de Microsoft : https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=22339
  19. Quand je ne le savais pas, je le réclamais sur les forums de Microsoft Community, MSDN et Technet… Marcel (discussion) 13 septembre 2016 à 12:57 (CEST)
  20. Cette situation de Windows s’explique par une externalisation de fait. Les dispositions de clavier performantes y sont devenues l’apanage d’autres maisons, qui ont développé des éditeurs d’entrée. Même l’ISO/IEC a pris ce virage avec la nouvelle partie 11 d’ISO/IEC 9995 (tout en restant ancrée dans une certaine tradition à dominante théorique, qui en matière de dispositions de clavier d’ordinateur s’est révélée peu efficace en pratique).
  21. Public review of draft repertoire for ISO/IEC 10646. Les nouveaux caractères sont mis en évidence dans deux tables de caractères codés : Draft additional repertoire for Amendment 1 (PDAM) to ISO/IEC 10646:2016 (5th edition) et Draft additional repertoire for ISO/IEC 10646:2016 (5th edition) DIS. (« PDAM » = Proposed Draft Amendment ; « DIS » = Draft International Standard. Le tableau suivant donne une vue d’ensemble de toute l’actualité de l’évolution du répertoire d’Unicode : Proposed New Characters: Pipeline Table (En pratique, les points de code des caractères acceptés sont déjà immuables bien avant leur publication finale.
  22. Document diffusé en PDF sur la ML par les représentants d’Ergodis.
  23. Compte-rendu de réunion publié sur la ML, et page 3 de la présentation utilisée lors de la réunion du 30 juin 2016 : « On envisage de prévoir un emplacement pour les abréviations d’ordinaux français (par exemple e) ».
  24. Voir l’historique d’encodage et les références dans Denis Jacquerye’s answer to Why is there no character for « superscript q » in Unicode? - Quora, 2015 (11 novembre). Consulté le 5 octobre 2016, à l’adresse https://www.quora.com/Why-is-there-no-character-for-superscript-q-in-Unicode/answer/Denis-Jacquerye-1
  25. Re: Fwd: Why incomplete subscript/superscript alphabet ?
  26. Ces lettres en exposant, latines la plupart, ont été encodées, tout comme les lettres en indice et les petites capitales, suivant les besoins de la phonétique, à mesure que ces caractères ont été ajoutés à l’alphabet phonétique international (API). Les minuscules comprennent tout l’alphabet sauf le q. Karl PENTZLIN a bien mérité de la France en proposant cette dernière lettre manquante (utilisée dans « Biblioque », ou « Bibque »), mais elle a été rejetée à l’instigation d’éditeurs de logiciels alors que plusieurs experts y sont favorables, et malgré que la mise en exposant soit la plupart du temps le seul signe d’une abréviation en français.
  27. Dans MS Word, l’application d’un style de caractères annule la mise en exposant. Même l’exponentiation automatique est ainsi perdue, car les lettres concernées ne sont pas remplacées par de vrais exposants, elles sont seulement affichées d’une manière un peu différente. Ce système ne survit pas à la transformation en texte brut, où il est remplacé au mieux par un « ^ ». Et souvent il n’est même pas applicable, à commencer par les objets de mail.
  28. Exemple en Tahoma : http://dispoclavier.com/French-abbrev-super-vs-modif.png et http://dispoclavier.com/French-abbrev-super-vs-modif.docx
  29. Suggestion reçue sur la ML : [lien aux archives de la ML à venir]
  30. À en juger d’après la disposition vietnamienne de Windows, où les niveaux 1 et 2 sont doublés en (Maj+)AltGr (niveaux 3 et 4) sauf les chiffres et symboles ASCII qui n’existent qu’en (Maj+)AltGr, et les diacrités et les diacritiques combinants qui ne sont qu’en Base/Maj.
  31. Cet agencement est basé sur ISO/IEC 646 au lieu d’être basé sur l’ASCII.
  32. Une modificatrice rémanente est implémentée en tant que touche morte, autrement dit, une position de touche dont le caractère est mis en attente pour être remplacé selon une liste en fonction du caractère qui suit. Une touche (comme AltGr) ne peut pas être à la fois une modificatrice et une touche à caractères. Cela fait que pour implémenter son clavier allemand multilingue standard sous Windows, Karl PENTZLIN a été amené à détourner une touche vive (celle du symbole multiplication, en clavier bépoAltGr+[la touche au-dessus de Tab]) pour en faire une touche morte sélectrice de groupe. Voir le site du clavier allemand normalisé T2.
  33. Un autre avantage est que Microsoft évite ainsi de canoniser un panel d’écritures obligées (“must have”) alors que c’est à chaque utilisateur de configurer sa barre de langues avec les dispositions de son choix, qu’il peut d’ailleurs adapter à tout moment selon ses préférences avec le MSKLC (Microsoft Keyboard Layout Creator, prend en charge les dispositions fournies avec Windows sauf le clavier Canadien multilingue standard).
  34. Rappelons que le fondement historique de la civilisation française (et européenne) est le christianisme, qui depuis la Réforme utilise en France le grec et l’hébreu en plus du français et du latin ; que depuis la Renaissance, la civilisation occidentale serait impensable sans le rôle joué par les savants arabes ; et qu’enfin, depuis l’époque de la colonialisation, la France a délibérément lié son sort à celui de plusieurs nations de civilisation arabe. Inutile de préciser que le vietnamien à son tour est couvert dans le cadre de la prise en charge (totale) de l’écriture latine.
  35. Le Scan Code Mapper for Keyboards fait partie de Windows depuis 2000. Il permet de remapper les codes des touches. Son fichier de paramètres est dans la valeur « Scancode Map » à ajouter dans la clé de registre « HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Keyboard Layout ». Pour écrire la valeur Scancode Map, toutes les explications sont sur la page Keyboard and mouse class drivers (Windows Drivers), section Scan Code Mapper for Keyboards.
  36. Réalisés seulement par Marcel le 14 septembre 2016 ; d’autres tests seraient sans doute nécessaire pour corroborer les conclusions, mais ces dernières servent ici comme hypothèse de travail afin d’éviter de se disperser, vu le peu de temps qui reste.
  37. Le test a été effectué sur la touche VK_A, qui a déjà l’attribut 0x01 qui la soumet à la bascule VerrCap pour les niveaux Base et Shift. La valeur 0x80 de l’attribut « GRPSELTAP » a été additionnée, il en résulte l’attribut 0x81. Mais au test, à bascule VerrCap active, la sortie avec la modificatrice KBDGRPSELTAP (qui était alors implémentée sous la forme de la modificatrice clavier bépoNum) était inchangée.
  38. Admettant que le reste signifie « group selector ». Cela reviendrait à imaginer que les développeurs auraient reçu la consigne de prévoir de quoi « singer » ce sélecteur de groupe, ce qui à son tour s’interprète comme un indice du mépris ou de la détestation que Microsoft conçoit pour la norme ISO/IEC 9995. Cela explique pourquoi Microsoft a refusé l’invitation à participer au groupe de travail de cette norme internationale pour les claviers d’ordinateur.
  39. C’est le scénario le plus probable, qui toutefois est issu d’un décryptage personnel (adresser les critiques à Marcel).
  40. N’oublions pas toutefois que les noms de cellules et de fonctions n’y sont pas sensibles à la casse, et que le tableur les convertit automatiquement en capitales.
  41. Cette fonctionnalité porte le nom de SGCaps pour « Swiss German Capitals », d’après la région où elle avait été utilisée la première fois. (Information dans l’Aide du MSKLC : « The "SG" in the name orginiates from the first keyboard layout to use the functionality, the Swiss German keyboard layout. ».)
  42. Sur les claviers de bureau ANSI, la touche Windows gauche peut être remappée pour faire office de touche 105. Cette dernière peut être ajoutée aussi sur les claviers de portables ANSI en mettant à contribution la touche F1, car l’aide peut être invoquée à l’aide du dispositif de pointage, qui de toute manière est en général indispensable pour y naviguer. Sous Windows, ces remappages sont faits avec le Scan Code Mapper for Keyboards inclus.
  43. La disposition de clavier ergonomique allemande Neo2 a un pavé numérique au niveau 4, mais clavier bépoMod4 est aussi sur Pro pour les touches d’édition sur la moitié gauche.
  44. En particulier le clavier compact plat Penclic style Apple vendu en bépo par Zenlap, avec code promo sur le wiki : Claviers bépo.
  45. L’agencement des pavés numériques intégrés courants ressemble aux pavés numériques physiques en ce que les opérateurs sont dans le même ordre, tandis que l’agencement optimisé rapproche les deux sur le critère de la position de la touche clavier bépo+.
  46. Il aurait peut-être été souhaitable de tripler le zéro à gauche du clavier bépo1, mais cette place est prise par le chiffre hexadécimal clavier bépoB. Une autre option serait de tripler le zéro à la place du double zéro clavier bépo00.
  47. Jusqu’à ce que l’administrateur de l’ordinateur mappe la modificatrice Num sur une touche inutilisée, à l’aide du Scan Code Mapper for Keyboards de Windows.
  48. Karl PENTZLIN a demandé en 2010 à Unicode de l’encoder pour les abréviations françaises, parce que contrairement à d’autres langues, en français les exposants ont une fonction d’indicateur d’abréviation en l’absence de toute ponctuation, et parce qu’il souhaitait compléter l’alphabet en vue des touches mortes qu’il planifiait. Certes l’argumentation() à dominante théorique, bien que rigoureuse, sortait du cadre habituel où il faut citer des occurrences en texte courant possiblement imprimé. Mais la manière complètement ridicule() dont un employé d’Adobe s’évertua à la démonter le premier jour du meeting de l’UTC, indique probablement que le rejet de la proposition était le fait d’un certain lobbying à l’instigation d’une industrie qui vit en partie du besoin des gens d’avoir des exposants dans leurs documents. (réponse)
  49. Jusqu’à preuve du contraire.
  50. À part de servir dans les tableurs (et en mode console), Arrêt Défilement permet de basculer entre deux modes d’action de Clavier+ tout en restant sans effet par ailleurs dans la plupart des programmes. (Clavier+, l’utilitaire de raccourcis clavier pour Windows, est gratuit, à télécharger notamment sur le site de son auteur : http://utilfr42.free.fr/util/Clavier.php
  51. « Dispositions trilogiques multimodales dispoclavier »
  52. Ce phénomène s’atténue mais ne disparaît pas quand clavier bépoGrec et clavier bépoArabe sont placées sur des touches propres au lieu d’être ajoutées sur des bascules. Le test a consisté à banaliser les touches clavier bépoF1 à clavier bépoF3 et à les affecter aux modificatrices clavier bépoGrec, clavier bépoArabe et clavier bépoCyrillique.
  53. En principe, cela reste à vérifier.
  54. Car à la clé, il y a des avantages autrement plus substantiels comme l’évitement de PowerPoint au profit de Keynote, qui a la réputation d’induire d’énormes gains de temps et de qualité.
  55. Qu’on imagine Apple faire ça derrière les dispositions de clavier en XML…
  56. C’est dans une moindre mesure l’un des inconvénients de l’implémentation du support multiécritures sur une seule et même disposition de clavier. Un jeu de plusieurs dispositions coordonnées “à la carte”, solution préconisée par les éditeurs d’OS, a l’avantage de bénéficier de la gestion des options linguistiques déjà implémentée sous les OS.
  57. La rangée des chiffres est utilisée pour les touches mortes et le surrogat haut des alphabets mathématiques.
  58. L’arabe reste à intégrer dans l’arborescence Compose, mais cela représente un gros travail ; il faut prendre en charge à la fois les noms des lettres selon leur prononciation, et les noms des lettres selon la romanisation normalisée (devenus les noms Unicode).
  59. cpsdqs/monotext, (« monotext - A small utility for converting text to a mathematical monospace (unicode) version » [Mais par un drapeau on peut obtenir les autres alphabets aussi]). Consulté le 16 août 2016, à l’adresse https://github.com/cpsdqs/monotext
  60. Bing au contraire cherche les occurrences où ces caractères figurent tels quels.
  61. Cette obsolescence de Windows ressort d’un échange public entre Karl PENTZLIN, concepteur et rédacteur de la nouvelle norme de clavier allemande et de la dernière révision d’ISO/IEC 9995, et Michael S. KAPLAN, développeur chez Microsoft et auteur du MSKLC, dans ce fil de discussion sur la ML publique d’Unicode (en anglais).
  62. Il faudrait vérifier si Office 2013, 2016 ou 365 ont été mis à jour, sachant que le gluon U+2060 existe dans Unicode depuis la version 3.2 (mars 2002).
  63. Cela doit être demandé individuellement par l’administrateur de l’ordinateur. Des clés de registre à fusionner contenant des valeurs « Scancode Map » doivent être mis à la disposition des utilisateurs de bépo pour Windows.
  64. Dans l’idéal, il faut pouvoir en faire bénéficier aussi la paire nouvellement ajoutée des guillemets-chevrons simples (‹ … ›), mais en pratique ce sera la prise en charge de l’espace insécable avec les guillemets-chevrons simples se limitera à l’espace fine insécable, car il n’est guère possible de dédoubler aussi les guillemets-chevrons simples.
  65. Jusqu’à la version 3.0 du standard Unicode, publiée en 1999, on pouvait considérer qu’une espace insécable est une espace insécable. Depuis l’encodage de la fine et sa préférence en français, il est utile de préciser. L’espace insécable traditionnelle U+00A0 étant normalement justifiante, on pourrait l’appeler « Espace insécable justifiante », mais cela prête à confusion du fait que dans certains environnements courants (traitements de texte), elle est à largeur (chasse) fixe. Quant au sigle, un essai de francisation du traditionnel « NBSP » a donné « ESPINC », tandis que l’option la plus évidente, « EI », est actuellement grevée d’une autre signification. On a essayé de lui trouver un nom le plus neutre possible, donnant le sigle « EIC » pour « Espace insécable classique ».
  66. On verra d’autres exemples où le côte-à-côte cède la place à une mnémonique plus graphique que spatiale ; il s’agit surtout des guillemets-virgules et des opérateurs mathématiques, mais aussi du ¶. Un autre principe mnémonique est l’assonance, utilisée pour ¬ et avant tout pour les touches mortes.
  67. Le caractère U+202F s’appelle bien « Narrow No-break space » et s’abrège en « NNBSP », mais il ne dispose pas d’une entité nommée en HTML (‘&nnbsp;’ n’existe pas et s’affiche donc verbatim). Pour lui donner un sigle français maniable, on propose de l’appeler « EFI » pour « Espace fine insécable », son nom français officiel.
  68. Cette permutation fait partie des options, voir Version_1.1 : Changements proposés depuis la version 1.0, Discussion Version_1.1 : Inversion espace fine insécable et espace insécable
  69. Cf. ce qu’en dit une section obsolète sur le wiki d’OpenOffice : Wiki OpenOffice.org: Non Breaking Spaces Before Punctuation In French (espaces insécables): Exclusion of the NARROW NO-BREAK SPACE (U+202F)
  70. Ou pire : la présence d’une “mauvaise” espace. En réalité, c’est tout le contaire : la prise en charge de l’espace fine insécable est excellente de par sa stabilité, pendant que MS Word détruit toutes les espaces insécables classiques dès que le texte est collé au format texte brut depuis Word. LibreOffice et OpenOffice sont exempts de ce bug.
  71. Mais selon les polices, ce changement est parfois minime, et il est aussi perçu comme tel. Si l’on a “l’œil” ou l’habitude, on le voit tout de suite, autrement il faudrait comparer les deux versions.
  72. Pour s’en justifier, ils prétextent l’indisponibilité de l’espace insécable sur le web — ignorance ou hypocrisie ? Le Huffington Post peut être cité en exemple, pour alléguer que le but est l’alignement de la charte graphique sur le modèle US-américain, malgré le partenariat avec Le Monde, lequel emboîta le pas pendant un moment dans son édition en ligne. Cf. « Les malheurs de l'espace dure », tribune d’Antoine COMPAGNON dans le Huffington Post.
  73. Une partie des utilisateurs de traitements de texte wysiwyg écrivent directement dans la police finale, qui lorsqu’elle ne contient pas un caractère utilisé, présente un glyphe d’indisponibilité, ou certains logiciels vieillots affichent un point d’interrogation ; d’autres comme Word qui basculent automatiquement vers une police par défaut, ne retournent pas à la police précédente à la suite. Parmi les solutions on peut citer la saisie en fonte de labeur avant l’application de la fonte finale ; la saisie avec EIC puis rechercher-remplacer de tous les EIC par des EFI si l’EIC sert uniquement aux ponctuations.
  74. Comparée à l’effort global d’apprentissage du bépo, la mnémonique du placement de quelques lettres moins fréquentes ou rares ne représente qu’un faible gain, qui se retourne même en perte si l’on considère aussi la perte d’ergonomie pour les autres caractères exclus de ces bonnes places. Autrement dit, l’utilisateur a plus d’avantages à consentir un petit effort d’apprentissage supplémentaire, qu’à s’arrêter devant l’apprentissage d’une rangée de plus.
  75. Un avantage subsidiaire est le débogage facile de Word, dont un défaut consiste à désactiver les touches mortes quand elles finissent en AltGr. Actuellement c’est le cas de l’Ǽ, qui certes ne sert pas en français. De plus, ce genre de bug n’a pas lieu d’être.
  76. Même pour l’anglais, les logiciels d’autocorrection ne sont pas assez performants pour gérer tous les guillemets et l’apostrophe par-dessus le marché, il faut donc s’en occuper soi-même avec le moyen régulier qu’est la disposition de clavier, cf. http://charupdate.info/#catastrophe
  77. Yves NEUVILLE, Le Clavier bureautique et informatique, Paris, Cedic/Nathan, 1985, page 67.
  78. De par la mnémonique liée à la forme des lettres – aussi sur les dispositions héritées – ces touches étaient souvent choisies pour les guillemets-chevrons.
  79. Sans compter que ce sera aussi disponible en tant que séquence automatique, sur un niveau clavier bépoNum.
  80. À propos de l’utilité d’avoir le micro sur touche vive, cf. une discussion sur la ML [lien à venir]
  81. Si toutefois ce n’était pas suffisant, à cause de son usage en informatique, il faudra le remettre en accès direct, mais aux dépens de quel caractère ?
  82. La touche MOINS avait été éliminée de l’azerty, et le bépo a probablement été le premier à la réintroduire sur le pavé alphanumérique en France.
  83. Il reste sur clavier bépoMaj+clavier bépoK. Il est aussi en clavier bépoComposeclavier bépokclavier bépob, parce que clavier bépoComposeclavier bépocclavier bépol est le symbole copyleft.
  84. Cf. Chiffres en exposant et en indice.
  85. Cet usage est conforme au standard Unicode, voir dans le Standard Unicode version 9.0, chapitre 22 ⟨Symboles⟩, section 3 ⟨Nombres⟩, page 784 : « Fractions » (en anglais), tandis que la synergie avec les exposants et indices est laissée à la discrétion des dessinateurs de fontes, qui la font fonctionner à merveille par exemple dans Arial Unicode MS (jadis fournie gratuitement avec Windows, aujourd’hui rendue inaccessible mais vendue à prix d’or aux utilisateurs souhaitant la récupérer). La représentation des fractions par des exposants et indices, bien que probablement assez courante (cf. Styled Fractions in Windows - Microsoft Community, 2013 (18 juillet). Consulté le 24 juillet 2015, à l’adresse http://answers.microsoft.com/en-us/office/wiki/office_2013_release-word/styled-fractions-in-windows/4a07d5fa-2484-4e39-b1f3-70bb3eb0c332), concerne les seuls chiffres arabes occidentaux, tandis que le fonctionnement de la barre de fraction indiqué dans le Standard est de portée plus globale tout en s’adossant à des moteurs de rendu plus sophistiqués tels que les écritures très complexes les rendent indispensables. En écriture latine au contraire, le rendu des fractions selon Unicode est généralement réservé aux logiciels de PAO, cf. le Standard Unicode version 9.0, chapitre 6 ⟨Systèmes d’écriture et ponctuation⟩, section 2 ⟨Ponctuation générale⟩, page 277 : « Fraction Slash » (en anglais). Ces logiciels ainsi que des scripts (cf. How do I create fractions in InDesign? - Cari Jansen | Cari Jansen, 2008 (25 août). Consulté le 24 juillet 2015, à l’adresse http://carijansen.com/2008/08/25/tip075/), assurent ce rendu des fractions aussi avec la barre oblique ASCII. — Le Standard Unicode étant un texte normatif validé par l’industrie à l’attention des implémenteurs, il n’est pas un manuel complet de typographie à l’intention des utilisateurs.
  86. Les fractions précomposées d’Unicode sont principalement ½, ⅓ ⅔, ¼ ¾, ⅕ ⅖ ⅗ ⅘, ⅙ ⅚, ⅐, ⅛ ⅜ ⅝ ⅞, ⅑.
  87. On propose pour le copyleft la séquence clavier bépoComposeclavier bépocclavier bépol. Cela fait que pour le symbole clavier « ⌨ » il reste clavier bépoComposeclavier bépokclavier bépob, maisl il est de toute manière sur touche vive en tant qu’easter egg (clavier bépoMaj+clavier bépoPro+clavier bépoK).
  88. La raison est que les dispositions de clavier sous Windows sont des bibliothèques programmées en C, donc sous Windows entièrement en UTF-16, et que la fonction structurant le répertoire des touches mortes ne prévoit rien pour les caractères combinés excédant une unité de code, tandis que Microsoft refuse d’upgrader les API par Windows Update, probablement parce qu’au lieu d’un retour sur le coût de développement, Microsoft et ses partenaires subiraient des pertes.
  89. Pour l’azerty, le ¥ est aussi proposé ; mais sur le bépo, la touche concernée est occupée ; reste la possibilité de mettre « ¥ » à la place de la touche morte monétaire au-dessus de « $ », car cette touche morte est plus ergonomique en clavier bépoComposeclavier bépo.
  90. Le niveau proposé pour cette touche morte est le même que celui des points d’interrogation et d’exclamation.
  91. Les comparateurs « beaucoup… » et « considérablement… » sont eux aussi en compose : clavier bépoComposeclavier bépo2clavier bépo< pour « ≪ », clavier bépoComposeclavier bépo3clavier bépo< pour « ⋘ ».
  92. Ce furent les trois fractions de Latin-1 — et auront cédé leurs places aux trois caractères français manquants quand ç’aura été le tour de Latin-9. ISO/IEC 6937 leur adjoignit les huitièmes, et c’est ainsi que les fractions entrèrent dans ISO/IEC 9995 — pour le meilleur et le pire puisque sur l’implémentation Windows du clavier Canadien multilingue standard, la place du ⅛ reste vide !
  93. Le sélecteur de groupe à la manière d’ISO/IEC 9995 est la touche morte clavier bépoPro+clavier bépoO, doublée en clavier bépoPro+clavier bépoD ; cf. Un double sélecteur de groupe rémanent
  94. Des discussions ont été menées pour utiliser sa touche à d’autres fins et le reléguer dans la touche morte latin étendu, cf. les archives de la ML.
  95. Mais non dans sa graphie francisée « chva ». La graphie « schwa » est toutefois utilisée en France.
  96. Comme par le compose de la disposition ergonomique allemande Neo2.
  97. Dans certaines langues, le coup de glotte s’écrit à l’aide du chiffre 7.
  98. Renseignements recueillis sur la page Kṫb­Darija Ammendements de Fauve. Merci à A2 pour ce lien !
  99. Sur claviers ISO ; placement alternatif sur mesure pour claviers ANSI, par exemple – dans un certain nombre de pays où elle est victime d’une détestation certaine – à la place de la bascule clavier bépoVerrCap.
  100. Sur le clavier ergonomique allemand Neo2, le pavé numérique et le pavé d’édition sont tous les deux sur le bloc alphanumérique.
  101. Cette fonctionnalité est hors d’atteinte de la désactivation du niveau clavier bépoMaj par la bascule clavier bépoVerrNum. Le reste du pavé numérique fonctionne normalement. Cette alternative entre le point et la virgule amène plusieurs dispositions – notamment le clavier belge – à se décliner en deux variantes ; dilemme surmonté par le clavier brésilien, qui ajoute une touche clavier bépo. (cf. Prise en charge du clavier brésilien).
  102. Présent sur les pavés numériques Mac (exemple).
  103. Normalement sur les claviers standard, ce sera clavier bépoMaj gauche ; mais si le pavé numérique est posé à gauche, on appuiera sur clavier bépoMaj droite.
  104. Cela aide à émuler en écriture courante ce qu’autrement on a surtout comme formatage automatique dans les tableurs.
  105. Cela vaut uniquement pour le mode Langues, car les niveaux 3 et 4 ne peuvent pas être soumis à clavier bépoVerrCap.
  106. Sous Windows : grâce au Scan Code Mapper for Keyboards fourni avec Windows depuis 2000 ; des clés de registre seront mis à disposition sur le wiki, dont celles qui remappent NumLock en (second) Backspace. Pour le faire soi-même, les informations sont sur le site de Microsoft : Keyboard and mouse class drivers (Windows Drivers), section Scan Code Mapper for Keyboards, ainsi que dans le fichier kbd.h fourni avec le Microsoft Keyboard Layout Creator (MSKLC) en téléchargement gratuit chez Microsoft.
  107. Bien qu’étant appelée « clear », la fonctionnalité n’a pas l’effet d’un effacement (arrière). Dans la calculatrice Windows, c’est Del/Suppr, et non Clear, qui agit comme clavier bépoC.
  108. Il faudrait faire un sondage, si un tel n’existe pas encore
  109. http://sospc.name/activer-le-pave-numerique-au-demarrage/
  110. Testé par Marcel, qui l’utilise depuis décembre 2014.
  111. C’est le cas par exemple d’Arial Unicode MS
  112. Formatting Fractions
  113. Styled Fractions in Windows
  114. Normalement, clavier bépoVerrCap est réservée aux noms de variables en capitales, qu’on évite en général à leur tour. Autant les blocs entiers sans aucun chiffre ne sont pas rares, encore plus l’usage des capitales est souvent absent des programmes. L’exception, c’est les chiffres hexadécimaux écrits sur un clavier qui a les chiffres en clavier bépoMaj, et cela tombe bien car l’écriture des chiffres hexadécimaux avec majuscules est la normale. Aussi cette proposition a-t-elle les chiffres hexadécimaux en majuscule, en mode pavé numérique.
  115. Voir La nouvelle modificatrice Num.
  116. Voir la présentation PowerPoint de la réunion du 30 juin 2016.
  117. Windows insère le caractère de touche morte précédant le caractère de la touche vive si la séquence ne figure pas dans la deadlist.
  118. Ce chevron pointant vers le haut est parfois appelé “caret”, bien que ce soit autre chose. Le vrai circonflexe est la lettre modificative circonflexe, dont le glyphe (« ˆ ») était déjà présent dans certains jeux de caractères nationaux à l’époque d’ISO/IEC 646 (ASCII et variantes).
  119. Dans le cas du ‘q’, le message «  ^q_n’existe_pas » s’affiche à la place, parce que c’est la seule minuscule à manquer en exposant.
  120. De préférence à des caractères plus rares comme la caisse ouverte U+2423 « ␣ » ou le symbole de l’espace U+2422 « ␢ » qui en plus, peut prêter à confusion avec le b rayé « ƀ ».
  121. Toutefois, dans LaTeX, les suites de plusieurs caractères en indice ou en exposant sont entourées d’accolades et précédées de « _ » ou « ^ ».
  122. Les touches mortes enchaînées étaient longtemps méconnues parce que le MSKLC ne les supporte pas. Mais dès avril 2011, l’auteur du logiciel, Michael S. KAPLAN, développeur chez Microsoft, donnait dans un billet de blog un mode d’emploi de l’enchaînement des touches mortes dans la source .klc (ce qu’on propose d’éviter de faire dans la source .klc à cause de plusieurs inconvénients, pour préconiser l’édition de la source .C).
  123. Au sens strict, ce sont des diacritiques dédoublés. Unicode a encodé aussi des diacritiques qui portent sur deux lettres et s’insèrent entre la première et la deuxième, par exemple le double circonflexe (voir dans le tableau des caractères particuliers d’ISO/IEC 9995), et la norme internationale spécifie qu’ils doivent s’insérer après une double frappe. Or celle-ci sert mieux aux diacritiques souscrits, comme le préconise le bépo, puisqu’il y a des lettres précomposées. Les diacritiques combinants sur deux lettres quant à eux sont dans la touche morte virtuelle diacritiques suscrits, en clavier bépoComposeclavier bépo*.
  124. Ce dernier est sur la rangée de repos sur les claviers ISO uniquement.
  125. Après avoir cédé sa place à la barre dans cette proposition, le tréma a effectivement récupéré sa position historique, jusqu’au 18/10/2016 où la recommandation d’A2 a été appliquée pour de vrai, soit précisé comme gage de loyauté. C’est-à-dire qu’on voudrait bien laisser le bépo comme il est, mais honnêtement c’est très difficile.
  126. C’est pareil pour l’esperluette, dont le nom alternatif ne commençant pas par ‘P’ est même français. Parmi les caractères informatiques, le croisillon semble être le seul dont la mnémonique par l’initiale soit univoque.
  127. Les noms de caractères Unicode sont des identifiants écrits tout en capitales non diacritées. La version 1.0 avait été élaborée par Unicode avant la fusion avec ISO/IEC 10646 qui est devenu son avatar par la suite.
  128. D’ailleurs la publication ISO/IEC des tableaux de caractères codés de sa norme internationale nᵒ 10646 reprend exactement le même contenu. De nos jours, le climat d’entente est aux antipodes de ce qu’il a dû être au moment des négociations de fusion.
  129. L’exemple type est le circonflexe souscrit, en double frappe du circonflexe. Cf. Modèle de fonctionnement des touches mortes classiques.
  130. Le cyrillique est aussi sur touches vives, en clavier bépoPro+clavier bépoVerrPro
  131. C’est en fait la touche morte ogonek et crosse suite à une autre unification.
  132. Dans les langages de formatage, « ^ » signifie typiquement une mise en exposant. Le fait que ce soit le « circonflexe » avait conduit à l’utiliser en compose pour l’accent circonflexe, mais c’est incohérent avec l’hatchek et ne laisse plus rien à l’exposant. On propose de composer le circonflexe et l’hatchek avec les chevrons, et de réserver le ^ à l’exposant et à l’indice.
  133. Markus KUHN, ASCII and Unicode quotation marks, publié le 19 décembre 1999, après qu’Unicode eut changé la recommandation pour le caractère utilisé comme apostrophe, la même année (de la lettre apostrophe U+02BC au guillemet-virgule simple U+2019).
  134. Référence à fournir (info donnée de mémoire).
  135. À l’ère du dérèglement climatique, inutile de préciser pourquoi uniquement l’indice deux et pas les autres…
  136. Quoique sur le bépo ce soit peu utile vu que la touche clavier bépoPro est déjà pressée pour la touche morte.
  137. Les dispositions de clavier sous Linux ont ces flèches en touches vives sur clavier bépoAltGr ou clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr + [touche à chiffre du pavé numérique]. Sur cette proposition, les niveaux Pro ont un autre usage sur le pavé numérique, mais il est prévu d’y avoir les flèches aussi en touches vives, sauf que sous Windows, les niveaux composés avec clavier bépoNum buguent sur le pavé numérique, tandis que les niveaux clavier bépoCtrl+clavier bépoAlt sont utilisés pour les exposants et indices.
  138. Je me souviens de l’avoir lu sur la ML.
  139. Faute de quoi, en cas de séquences non supportées, en wysiwyg, on risque des ennuis dans les traitements de texte qui ne retournent pas de la police de substitution vers la police courante.
  140. U+2384, le symbole de composition selon ISO/IEC 9995-7 (article Touche de composition dans Wikipédia).
  141. U+266B, le symbole de composition selon la disposition de clavier ergonomique allemande Neo2 (chapitre sur le compose).
  142. L’n à long jambage de droite est aussi dans le groupe quaternaire en clavier bépo³clavier bépo³clavier bépon. Il fait partie du Jeu partiel multilingue latin et se trouve donc sur le clavier allemand multilingue normalisé T3 (dans le groupe secondaire, en clavier bépo×clavier bépon ; voir la carte à la fin du PDF de la proposition du T2).
  143. 10 symboles du zodiaque arrivent ainsi au bout de la deuxième lettre, tandis que Cancer et Capricorne ont besoin d’une troisième.
  144. Comme exemplifié sur Kṫb­Darija Ammendements de Fauve
  145. Sur les claviers gérant les roulements, c’est-à-dire tous les claviers et portables actuels.
  146. C’est malheureusement l’opposé de la tradition qui associe la brève à la parenthèse ouvrante, et la parenthèse fermante à la brève inversée. Mais les autres ruptures nécessitées par la mise à jour du compose conduisent à considérer de mettre à jour aussi ce principe.
  147. Dans le compose traditionnel et dans VIM, le « > » est associé au circonflexe, parce que les premières séquences compose de l’histoire avaient le symbole en dernier et ne supportaient donc pas les multidiacrités ; pour VIM, cf. le fichier Digraphs VIM, que LeBret a partagé sur la ML le 2/2/2016.
  148. Traditionnellement, le tiret bas sert au macron et aux chiffres et symboles en indice, cf. Xlib compose (voir aussi dans Wikipedia Touche de composition), à une époque où les lettres en indice n’étaient pas encore supportées.
  149. Digraphs VIM
  150. Le compose traditionnel utilise le point-virgule pour l’ogonek.
  151. L’accolade ouvrante est plus juste au niveau des formes de ces deux diacritiques, mais elle est prise pour l’hameçon rétroflexe, en miroir de l’accolade fermante pour l’hameçon palatal.
  152. L’exemple connu est le clavier Canadien multilingue standard, qui a le sélecteur de groupe sur Contrôle droite. (Sous Windows, c’est la modificatrice Kana.)
  153. En fait, la norme n’appelle pas cette touche « AltGr », mais « sélecteur du troisième niveau » (« third level chooser » ou « Level 3 select »).
  154. C’est cohérent avec la non-utilisation du niveau clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr telle que spécifiée par la norme, mais c’est inimplémentable de manière normale sous Windows, où une touche ne peut pas à la fois produire des caractères (et donc pouvoir être une touche morte) et être une modificatrice. Dans l’implémentation de dépannage de la norme de clavier allemande de 2012, le sélecteur de groupe est sur clavier bépoAltGr+clavier bépo^ (touche clavier bépo$ du bépo 1.0), où se trouve le symbole multiplication. C’est donc la touche morte clavier bépo×.
  155. Malheureusement, rien de visible n’indique dans quel groupe on se trouve. L’utilité pratique de cette progression circulaire est donc proche de zéro.