Utilisateur:Jeff/coin prevention

De Disposition de clavier francophone et ergonomique bépo

Le coin de la prévention — Témoignage sur le bépo

Le texte suivant a été diffusé dans le cadre d'une CHSCT, lors d'une présentation du bépo en milieu professionnel.

Lors d'une affectation m'amenant à travailler longuement sur ordinateur, j'ai commencé à ressentir une douleur dans l'épaule droite.

En parallèle, par une incitation forte et bienveillante, mon chef de l'époque m'a encouragé à me former à la dactylographie, la saisie à dix doigts sans le regarder clavier.

J'ai alors commencé à m'intéresser à l'ergonomie de mon poste de travail.

Un environnement de travail perfectible

Je me rendais compte que je fatiguais vite lors de mon travail sur ordinateur. Les yeux d'abord qui doivent en permanence faire l'adaptation entre le clavier et l'écran.

La nuque ensuite, qui endure les mouvements de tête de haut en bas pendant tout le travail sur ordinateur.

Et l'épaule ! En effet, après 1 minute à taper en regardant son clavier on lève les yeux et tout ce que l'on a saisi est à reprendre ; on attrape la souris et on joue du correcteur d'orthographe.

Le lien entre ces deux questions était fait ! En effet, les claviers fournis avec nos postes de travail ont tous un pavé numérique qui impose de placer la souris très loin sur la droite faisant travailler anormalement l’épaule.

Une absence de formation

Pour apprendre la dactylographie, pas simple. Il n'y a pas de cours, c'est une technique considérée comme acquise.

Or comme toute formation sur le tas sans guide, à moins de s'imposer à un moment une discipline stricte, on prend des défauts que l'on garde. Le plus courant est de continuer à regarder ses doigts. À l'usage on sait où les placer, mais regarder le clavier rassure. Certains tapent à deux doigts, d'autres plus. La vitesse de frappe est acceptable et l'on se contente de cette situation bancale.

J'ai tenté de me former à la dactylographie avec un outil gratuit sur internet. J F J F J F D K D K, en azerty, les exercices sont ennuyeux et mon apprentissage a été lent et laborieux. Et surtout il était très difficile pour moi de perdre mes mauvaises habitudes - mains trop écartées, coup d'œil rassurant au clavier.

Le site bepo.fr

Lors de recherches sur internet, j'ai découvert le site bepo.fr.

Il décrivait toutes mes difficultés et donnait des conseils d’ergonomie. Surtout il proposait une solution en apparence évidente mais radicale : changer la disposition des lettres sur le clavier.

Avec la disposition «BÉPO», en plaçant les lettres de façon plus pertinente, les mouvements des doigts sont réduits, la mémorisation musculaire est plus rapide et les exercices d'apprentissage sont plus motivants.

Cette solution a également l'avantage de saisir simplement tous les caractères français dont les majuscules accentuées.

Le bépo, un apprentissage simple, des bénéfices rapides

Le bénéfice a été pratiquement immédiat, et au-delà de mes espérances.

L'apprentissage a été rapide et simple - 15 minutes d'exercices par jour pendant deux semaines pour commencer à être opératif. Deux semaines de plus pour fignoler avec les caractères un peu moins fréquents. Ensuite je me suis rapidement rendu compte du bénéfice de réfléchir à ce que l'on veut écrire plutôt que de se concentrer sur la prochaine lettre.

J'ai donc commencé à utiliser la disposition bépo sur le clavier fourni par mon employeur. La disposition ne demande pas de clavier marqué avec la disposition ; il est au contraire préférable d’afficher la disposition à côté de l’écran et s’y référer en cas de doute et ainsi éviter de reprendre le réflexe de regarder le clavier.

Une adaptation physique du poste de travail

Convaincu par la disposition, j'ai investi dans un clavier marqué bépo.

Le bépo étant alors plutôt confidentiel, il n'y en avait alors globalement qu'un sur le marché, le typematrix qui fut pour moi une deuxième révélation - la nuisance crée par le décalage des touches sur un clavier courant !

En effet le typematrix est un clavier «orthogonal», les touches sont en colonnes. Le confort à l'utilisation est incomparable et le retour sur un clavier standard est systématiquement la redécouverte d'un calvaire. De plus, c’est un clavier «étroit» qui permet de rapprocher la souris d’une position naturelle du bras droit.

En complément, je me suis acheté un trackball afin de limiter les mouvements de l’épaule.

C’est un investissement qui n’est pas anecdotique, environ 150 €, mais négligeable par rapport un l’impact que peut avoir sur le long terme des douleurs chroniques.

Conclusion

Au final je ne suis pas forcément plus rapide que quelqu'un qui tape vite à deux doigts, mais grâce au bépo mon endurance et ma productivité ont été nettement améliorées. Un retour en arrière m'est aujourd'hui impensable.

En espérant que ce petit témoignage vous encourage à vous interroger à votre tour sur les outils que vous utilisez tous les jours en les regardant d'un œil critique, les habitudes ne sont pas toujours bonnes. Les interroger peut être utile.

Jeff


Pour aller plus loin :

  • bepo.fr : site de l’association Ergodis pour trouver des conseils d’ergonomie, installer le bépo, trouver des outils de formations à la dactylographie mais également décrire la démarche d’élaboration de la disposition.
  • Science et Avenir d’avril 2016, page 118 ;
  • les formations geste et posture au poste de travail délivrées par le BMR ;
  • le site afnor.fr pour la démarche de normalisation en cours ;
  • votre correspondant informatique pour demander l’installation du package bépo.