Méthodologie

De Disposition de clavier francophone et ergonomique bépo

La conception d'une disposition de clavier de type Dvorak est composée de plusieurs étapes qui peuvent être réalisées de plusieurs façons.

Voici la méthode envisagée, qui doit être transposable à d'autres langues :

  1. créer un corpus de textes représentatifs. Les proportions des différents types de texte constituant ce corpus sont à définir ;
  2. faire des statistiques d'utilisation des différents symboles :
  3. exploiter ces résultats afin d'en déduire les statistiques de touches ;
  4. déterminer les coûts dûs aux déplacements des doigts en fonction de la carte d'accessibilité des touches ;
  5. attribuer les symboles aux touches de façon à réduire au maximum le coup global.

Création d'un corpus

Concernant le bépo — à rédiger

Définition du texte-échantillon qui servira au calcul des fréquences.

Il y a déjà une bonne base de rédigée, reste à présenter en détails le corpus de référence qui à été utilisé en dernier lieu. Il n’y a que très peu d’information à ce sujet... Le schéma de base à été en grande partie proposé par N. Chartier qui (à ce que je sais) a utilisé son propre corpus. Les ajouts modifications ont dû soit s’effectuer par la suite en prenant appui sur :

  • d’autres corpus propres aux utilisateurs ;
  • les tables de fréquences de l’ancien wiki (qui proviennent d'ailleurs de quel corpus ?). Je ne pense pas que la méthode aie été mauvaise, mais il faudrait quand même mettre au clair tout ça pour pouvoir présenter la présenter convenablement, et bien-sûr mettre en ligne un corpus de référence correct.

Récolte de statistiques

  • il faudrait présenter dans cette section les différentes statistiques qui ont été effectuées (i.e. : statistiques des lettres, des digrammes, trigrammes, alternance des mains, etc.) en présentant de manière respective leur utilité et les liens vers les scripts qui ont été utilisés pour les récolter (faudrait trier ceux qui sont référencés sur l’ancien wiki, et si possible uploader ceux qui manquent).

Détermination des coûts

  • présenter la carte clavier utilisée pour faire le rapport d’accessibilité des touches en fonction des doigts. Il faudra également mettre au clair certains points (cf. mail de sylvain à ce sujet).

Placement des symboles sur chaque touche

La façon dont les symboles ont été attribués en fonction des statistiques et des autres principes de la méthode Dvorak (alternance, priorités des lignes, ...). Une section assez grosse qui devrait refléter certains choix de base, notamment celui des majuscules accentués, la préservation de la rangée des chiffres... À voir.

Outils

Règles de placement des majuscules et des symboles

En vue de faciliter l’apprentissage et l’utilisation, la disposition est créée de façon à simplifier au maximum le schéma corporel correspondant au clavier. De même, on cherche à diminuer la charge mentale nécessaire à son utilisation. Ces règles ne doivent pas interférer avec l’accessibilité des caractères concernés. On admet donc des exceptions. Voici donc les règles appliquées :

  • Toute majuscule se trouve en sur la position Maj. de sa minuscule ;
  • les caractères membres d’une paire sont toujours côte à côte : (), {}, <>, «», [], “”  ;
  • les opérateurs mathématiques sont ensembles ;
  • dans la mesure du possible les accents morts sont tous en AltGr placé sur la touche la plus logique possible qui leur correspond, rendant leur accès simple et logique même pour des accents peu utilisés. Ils ne sont jamais placés sur les combinaisons [Altgr]+[Maj.] sur la main droite, pour garantir qu'ils soient réellement utilisables ;
  • tout est fait pour rendre l’usage d’un français de qualité facile et indépendant des logiciels utilisés :
    • accès aux guillemets français : “«” et “»” ;
    • accès au tiret sur cadratin « — » et au « … » ;
    • majuscules accentués ;
    • présence de l’espace insécable et placement de signes qui le nécessitent avec le même modificateur que lui : l’espace insécable est sur [Maj.]+[espace] ; les « ; », « : », « ! » et « ? » sont tous en position [Maj.].
  • accès à tous les signes nécessaires à la programmation dans la logique de leur utilisation, sans diminuer la facilité d’usage du français (ce qui nécessite quelques concessions).

Références