Manuel : Différence entre versions

De Disposition de clavier francophone et ergonomique bépo

(Guillemets : exemple)
(Guillemets)
Ligne 94 : Ligne 94 :
 
Les guillemets<ref>[[wp:Guillemet]]</ref> sont :
 
Les guillemets<ref>[[wp:Guillemet]]</ref> sont :
 
* «°citation°» : guillemets de premier niveau en français, ils sont respectivement suivis et précédés d’espaces fines insécables.
 
* «°citation°» : guillemets de premier niveau en français, ils sont respectivement suivis et précédés d’espaces fines insécables.
* “citation” : guillemets de premier niveau en anglais et de second niveau en français : « C’est alors qu’il me dit “voit ces guillemets de second niveau !” tout en les désignant ». Il n’y a pas d’espace comme pour les chevrons.
+
* “citation” : guillemets de premier niveau en anglais et de second niveau en français : « C’est alors qu’il me dit “vois ces guillemets de second niveau !” tout en les désignant ». Il n’y a pas d’espace comme pour les chevrons.
 
* ‘citation’ : guillemets de second niveau en anglais. À ne pas utiliser en français.
 
* ‘citation’ : guillemets de second niveau en anglais. À ne pas utiliser en français.
 
* "code" : pour la programmation. Ils ne doivent être utilisés ni en français, ni anglais.
 
* "code" : pour la programmation. Ils ne doivent être utilisés ni en français, ni anglais.

Version du 14 septembre 2008 à 11:47

Guide d’utilisation de certains caractères présents sur la disposition fr-dvorak-bépo.

Carte de la disposition

Sur les cartes de la disposition, chaque case correspond à une touche du clavier. Comme sur le marquage d'un clavier, la position des caractères dans chaque case indique la méthode de saisie de ces caractères :

clavier bépoMaj

2 4
1 3

clavier bépoMaj+clavier bépoAltGr
clavier bépoAltGr

Ici par exemple, « 1 » est en accès direct sur la touche et pour obtenir un « 3 », il faut maintenir la touche modificatrice clavier bépoAltGr enfoncée pendant que l'on appuie sur la touche. La norme ISO utilise « séléction de niveau 2 et 3 » à la place des noms des modificateurs « Majuscule » et « AltGr »[1].

┌────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────┬────╔═════════╗
│ # §│1  │ 2 │ 3 │ 4 ≤│ 5 ≥║ 6  │ 7 °│ 8 │ 9 │ 0  │ ^  │ `  ║         ║
│ $ " ––« <│ » >│ ( [│ ) ]║ @  │ + ±│ - │ / ÷│ * ×│ = ¬│ % ‰║ <--     ║
╔════╧══╗─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──┬─╚══╦══════╣
║  |<-  ║ B ¦│ É ˝│ P ¶│ O Œ│ È `║ !  │ V  │ D Ð│ L  │ J IJ│ Z Ə│ W  ║   |  ║
║  ->|  ║ b |│ é ´│ p &│ o œ│ è `ˆ ¡│ v ˇ│ d ð│ l /│ j ij│ z ə│ w ˘║ <-'  ║
╠═══════╩╗───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───┴┬───╚╗     ║
║        ║ A Æ│ U Ù│ I ˙│ E ¤│ ;  ║ C  │ T Þ│ S  │ R │ N Ñ│ M º│ Ç  ║     ║
║  CAPS  ║ a æ│ u ù│ i ¨│ e €│ , ║ c ©│ t þ│ s ß│ r ®│ n ñ│ m ¯│ ç ¸║     ║
╠══════╦═╝──┬─┴──┬─┴──┬─┴─══─┴──┬─┴──┬─┴─══─┴──┬─┴──┬─┴──┬─┴──╔═╧════╩═════╣
║   ^  ║ Ê  │ À  │ Y ‘│ X ’│ : ·│ K ˜║ ?  │ Q  │ G  │ H │ F ª║     ^      ║
║   |  ║ ê /│ à \│ y {│ x }│ . …│ k ~║ ' ¿│ q °│ g µ│ h │ f ˛║     |      ║
╠══════╩╦═══╧══╦═╧═══╦╧════╧════╧════╧════╧════╧═╦══╧══╦═╧════╬═════╦══════╣
║       ║      ║     ║ insécable   fine insécable║     ║      ║     ║      ║
║ Ctrl  ║ WinG ║ Alt ║ SPACE        _            ║AltGr║ WinD ║WinM ║ Ctrl ║
╚═══════╩══════╩═════╩═══════════════════════════╩═════╩══════╩═════╩══════╝
  • Les caractères et symboles en vert sont ceux pour lesquels vous trouverez une explication dans cette page.
  • Les caractères et symboles en rouge sont les 17 touches mortes. Elles rendent accessible un maximum de caractères et de lettres accentuées. Lorsque ces touches sont frappées, rien n'apparaît à l'écran mais la saisie suivante s'en trouvera modifiée. L'exemple le plus fréquent est celui de l'accent circonflexe déjà présent en accès direct sur les claviers azerty.

Remarque sur la 105e touche :

Ê  
ê /
La touche portant les signes « < » et « > » sur le clavier azerty français 105 touches n'existe pas sur les claviers à 104 touches. Sur la disposition fr-dvorak-bépo les trois caractères de cette touche peuvent être obtenus différemment : « ê » et « Ê » s'obtiennent avec l'accent circonflexe et la barre oblique « / » est en accès direct sur la touche clavier azerty9.

Tirets

Tiret sur cadratin (ou tiret long)

Le tiret sur cadratin[2][3](« — », en clavier bépoAltGr + clavier bépo1) est très utilisé en typographie française :

  • Pour introduire les dialogues ; il est placé en début de ligne et suivi d'une espace insécable ;
  • changement d’interlocuteur dans une phrase, suivi d’une espace insécable ;
  • pour borner une incise avec une espace justifiante à l’extérieur de l’incise et une espace justifiante insécable à l’intérieur ;
  • pour les énumération, suivi d’une insécable ;
  • dans les bibliographies.
Exemple :
— Bonjour Monsieur.
— Bonjour Madame.

Il ne doit pas être employé en double des guillemets car ces derniers ouvrent et ferment un dialogue. On rencontre également le tiret cadratin après les noms de personnages écrits en petites capitales et suivis d'un point dans les indications théâtrales. Le point est nécessaire à cause de la présence des didascalies qui forment une phrase. À l'inverse, il ne l'est pas si le nom est écrit au dessus de la réplique.

En typographie classique française, il est utilisé pour encadrer les incises, avec une espace justifiante avant et après, de nombreux éditeurs utilisent le tiret demi-cadratin à la place.

Tiret sur demi-cadratin (ou tiret moyen)

Le « tiret sur demi-cadratin », dit aussi « demi-tiret » (« – », en clavier bépoAltGr + clavier bépo$, ce qui donne clavier azertyAltGr + clavier azerty² en azerty). Bien que non recommandé en typographie française, il est parfois utilisé pour lister les énumérations, pour séparer les intervalles (délimités par deux espaces fines insécables), ou joindre une pair avec un lien moins fort que le trait d’union. Il est en fait surtout utilisé dans la typographie anglaise

Exemple d’usage en anglais :
Une phrase – avec une incise – s'écrit ainsi, un intervalle comme Paris – Saint-Germain et une énumération :
– premier ;
– second.

Il est parfois (c’est mal) utilisé en typographie française en remplacement du tiret sur cadratin pour encadrer les incises, avec une espace justifiante à l'extérieur et une espace insécable justifiante à l'intérieur de l'incise.

Tiret court

Différents tirets existent : le tiret de césure, le trait d'union… Pour simplifier l'usage du bépo, nous avons choisi de nous limiter à un seul symbole pour tous ces usages : le tiret « tiret quart-cadratin » accessible en clavier bépo8.

Il peut être utilisé comme trait d'union pour les mots composés ou pour séparer des intervalles.

Exemples :
garde-fou
1998 ‑ 2000

Signe moins

Le « signe moins » (« − », en clavier bépoAltGr + clavier bépo8) est utilisé, délimité par espaces, en mathématiques, comme signe de soustraction.

Exemple : 8 − 5 = 3

Tiret bas (underscore)

Le tiret de soulignement (situé sur la touche clavier azerty8 en azerty) est utilisé en programmation, ou dans les noms de fichiers, pour remplacer les espaces. Sur le bépo, il est accessible par la combinaison clavier bépoAltGr+clavier bépoEspace.

Guillemets

L'espace fine insécable est représentée par °. Les guillemets[4] sont :

  • «°citation°» : guillemets de premier niveau en français, ils sont respectivement suivis et précédés d’espaces fines insécables.
  • “citation” : guillemets de premier niveau en anglais et de second niveau en français : « C’est alors qu’il me dit “vois ces guillemets de second niveau !” tout en les désignant ». Il n’y a pas d’espace comme pour les chevrons.
  • ‘citation’ : guillemets de second niveau en anglais. À ne pas utiliser en français.
  • "code" : pour la programmation. Ils ne doivent être utilisés ni en français, ni anglais.
  • 'code' : pour, et uniquement pour, la programmation.
  • „citation“ : pour la typographie Allemande, on peut noter qu'ils utilisent aussi »citation«

L’espace fine insécable étant encore mal gérée et souvent absente des polices, on lui préférera pour les compositions courantes (courriels, wiki, blogs, chat, etc…) l’espace insécable.

Le clavier azerty ne nous permettait pas de taper les guillemets tels qu'ils devraient l'être normalement, et nous avons souvent pris l'habitude de compter sur les corrections automatiques de MS Word et OpenOffice.org.

Avec le bépo, il redevient possible de taper les guillemets «», situés sur les touches 2 et 3, en n'oubliant pas les espaces insécables (après « et avant »). Les guillemets droits, situés en clavier bépo1 doivent être réservés pour l'anglais la programmation.

Exemple :

  • Dieu a dit « que la lumière soit ». Chuck Norris a répondu « on dit “s’il vous plait” ».

Majuscules et capitales accentuées

 UN INTERNE TUE : un interne tue, un interné tue, un interne tué ou un interné tué ?

Les accents ont une valeur orthographique et doivent être mis sur les majuscules[5][6][7]. Le bépo place les majuscules en clavier bépoMaj comme toutes les autres lettres. Ainsi il est facile de taper É, È, Ê, À et Ç.

Exemples :

  • Éric, Émilie, État, Église
  • À gauche il y a…
  • UN INTERNÉ TUÉ

Apostrophe

L’apostrophe utilisée en français devrait toujours être l’apostrophe typographique « ’ » (accessible en clavier bépoAltGr+clavier bépo,). Ce symbole n’est malheureusement pas reconnus comme tel par certains logiciels (en programmation en particulier, dans des contextes non linguistiques) aussi l’apostrophe en accès prioritaire (sur la touche N de l’azerty) est-elle l’apostrophe droite : « ' ».

Vous trouverez plus de détails sur la page qui y est consacrée.

Espaces

Espace insécable

L’espace insécable (clavier bépoMaj + clavier bépobarre espace) est une espace typographique qui lie deux symboles ayant un lien sémantique fort[8][9][10]. Sa présence entre les deux symboles qui l’encadrent interdit qu’ils puissent être séparés (à l’occasion d’une justification ou un saut de ligne par exemple). En français elle est obligatoire devant les caractères suivant : « : », « ; », « ! », « ? », “»” et après “«”. En fait, typographiquement parlant, ce devrait être une espace fine insécable, sauf pour les « : » qui prennent avant eux une espace plus importante que la fine mais plus faible que l’espace qui les suit. L’espace fine étant bien moins supporté par les polices et les logiciels, nous lui avons préféré l’insécable qui reste un bon compromis. Bien que ce ne soit pas la règle typographique exacte, l’espace insécable peut aussi être utilisée pour suivre ou précéder — selon qu’il est ouvrant ou fermant — le tiret d’incise « — », ou tiret sur cadratin (elle devrait en fait être insécable et justifiante à la fois). Elle est aussi utilisée dans les nombres pour améliorer la lecture, avant les unités (€, kg…), après un titre de civilité abrégé.

Exemples (° = espace insécable) :

  • il a dit°: «°le bépo c'est le bien°».
  • J'ai gagné°! Combien°? 1°000°000°€°! (pour éviter les problèmes de coupure de ligne avec les grands chiffres on utilise les chiffres en lettres qu’on peut, eux, couper)
  • M.°Bépo vous devez aller voir la page°42 à 16°h°30.

Espace fine insécable

L’espace fine insécable est celle qui devrait précéder toutes les ponctuations hautes (et pas « doubles »)sauf le « : » qui est lui précédé par une insécable plus grosse que la fine et plus fine que l’espace-mot normal (de façon à ce qu’il appartienne encore à la phrase qui le précède). Comme précisé plus haut nous utilisons l’insécable « normal » car elle est plus présente dans les police et remplie la fonction que nous voulons : éviter que la ponctuation se retrouve en début de ligne.

Exposants et indices

Vous pouvez obtenir les chiffres en exposant et indice grâce aux accents morts « ^ » et « ˇ »

  • ^+chiffre : ^+2 => ²
  • ˇ+chiffre : ˇ+6 => ₆

Degrés, minutes et secondes

Le symbole degré se trouve en clavier bépoAltGr+clavier bépoMaj+clavier bépo7. Il est subdivisé en 60 minutes d’arc de symbole prime « ′ » en clavier bépoAltGr+clavier bépoMaj+clavier bépo8, elles-mêmes divisées en 60 secondes d’arc de symbole double prime « ″ » en clavier bépoAltGr+clavier bépoMaj+clavier bépo9 :

  • 1′ = 1/60° = 0,0166…° ;
  • 1″ = 1/3600° = 0,000277…°.

Le prime est utilisé pour le symbole de la dérivée en mathématique et représente l’unité du pied. De même, le double prime sert pour les dérivées secondes et représente l’unité du pouce. On écrit par exemple : « un écran 15″ ».

º et ª

Le º (clavier bépoAltGr + clavier bépoMaj + clavier bépom) est utilisé pour[11]  :

  • Le º dans nº
  • Comme indicateur ordinal masculin pour l'Italien, le Portugais et l'Espagnol¹ : 1º (primo), 2º (secondo). ATTENTION en Français nous devons utiliser -er (par ex., 1er — premier), -re (par ex., 1re — première), et -e (par ex., 2edeuxième).


Le ª (clavier bépoAltGr + clavier bépoMaj + clavier bépof) est utilisé comme indicateur ordinal féminin :

  • Primo : 1º
  • Prima : 1ª

®, © et ™

  • ™ (clavier bépoAltGr + clavier bépoMaj + clavier bépoT): pour les marques commerciales[12][13][14]. C'est un mot, une phrase, un symbole, un logo ou une combinaison de ces éléments, utilisé pour identifier ou distinguer le bien et le service d'une entreprise des autres entreprises. Le symbole ™ est souvent utilisé pour indiquer que le fabricant a entamé une procédure pour obtenir une marque déposée mais qu'elle ne l'a pas encore obtenue.
  • ® (clavier bépoAltGr + clavier bépoR): C'est le symbole des marques déposées. Cela prévient les concurrents : « regardez ! C'est une marque déposée ! N'essayez pas de la copier ». Contrairement au ™ cela veut dire que la procédure de dépôt est terminée et que la protection de la marque est garantie au fabricant. Les symboles ™ et ® sont très utilisés aux États-Unis mais ils n'ont aucune valeur légale en France et en Europe.
  • © (clavier bépoAltGr + clavier bépoC): C'est le symbole du droit d'auteur (copyright), il permet d'indiquer que l'œuvre n'est pas dans le domaine public. Ce symbole est toujours accompagné de la date de la première publication et du nom de l'auteur. Par exemple : © 2008 tiot. (Malheureusement, son pendant en miroir vertical, le copyleft, n’est pas encore dans l’unicode).

Obèle et double obèle

L'obèle « † » en clavier bépoAltGr+clavier bépoH) peut servir, en complément avec l'astérisque, comme appel de note[15]. L'usage veut que l'on utilise l'astérisque comme premier appel de note, l'obèle (simple †) comme second, le double obèle (‡ en clavier bépoAltGr + clavier bépoMaj + clavier bépoH) comme troisième. Au-delà de trois, aucune convention ou usage ne prévaut.

Dans le domaine de la critique textuelle, et donc dans l'édition de textes anciens, les obèles indiquent un passage incertain ou contesté. Ainsi : « Passage assuré †passage contesté† passage assuré. »

À la suite du nom d'une personne, il signale qu'elle est morte, et, après une date, signale celle d'un décès (connotation funéraire de la croix). Son équivalent pour la date de naissance est l'astérisque.

ð, Ð, ij et ə

Ce sont des lettres utilisées dans d'autres alphabets :

  • Le ð (clavier bépoAltGr+clavier bépoD) est utilisé en Islandais. Sa forme majuscule Ð sert aussi dans d'autres langues (voir Ð).
  • Le ij (clavier bépoAltGr+clavier bépoJ) en Néerlandais ;
  • Le ə (clavier bépoAltGr+clavier bépoZ) en Azéri.

Notes et références

  1. Office québecois de la langue française — Le clavier de votre ordinateur est-il normalisé ?
  2. wp:Tiret
  3. wp:Cadratin
  4. wp:Guillemet
  5. http://accentuez.mon.nom.free.fr/ association pour l'accentuation des noms
  6. wp:Majuscule
  7. wp:Usage_des_majuscules_en_français
  8. http://www.cuy.be/orthotypo/orthotypo_ponct_esp.htm
  9. http://www.cortexte.com/fautes/espace.html
  10. Glossaire#Espace insécable
  11. wp:Indicateur_ordinal
  12. wp:™
  13. wp:Droit_d'auteur
  14. http://lawjustice.blogspot.com/2005/10/tm-r-c-pat-pend.html
  15. http://www.orthotypographie.fr/volume-I/correcteur-cul-de-lampe.html